3 façons de transmettre

Dites nous dans les commentaires quelle est  pour vous la forme idéale de transmission dans les apprentissages ?

Puis vous pouvez librement télécharger votre cadeau : la box « les 5 sens ».

Je vous dis à très vite pour la dernière vidéo de cette série avec son lot de surprises !

473 Commentaires. En écrire un nouveau

  • 🙂🙂🙂

    Répondre
  • J’apprécie la clarté et l’esprit de synthèse de cette vidéo; c’est apaisant pour moi. Un grand Bravo et merci pour ces partages.
    De mon côté, je suis en train d’envisager sérieusement l’IEF pour mon fils de 7 ans actuellement en CP et qui souffre beaucoup du manque de liberté.
    Lui adorerait les apprentissages autonomes et je pense que cela convient à son caractère. De mon côté, je suis convaincue par l’idée mais ai beaucoup de peurs de ne pas être à la hauteur, de ne pas lui offrir assez de nourriture pour sa curiosité infinie, de me perdre et le perdre dans cette grande liberté. Je suis en ce moment bousculée par le fait de ne pas me sentir capable d’incarner mes idéaux. J’ai moi même toujours été « tres bonne élève », sage et obéissante, j’ai fait de longues études mais n’ai pas retenu grand chose…j’ai le souvenir de beaucoup d’ennui, d’efforts, de frustrations. Ce projet d’IEF en apprentissages autonomes (je ne me vois pas faire autrement avec mon fils ) serait un vrai travail de libération et de déconditionnement pour moi même! Gros défi, quoi!

    Répondre
    • Bonjour Lora, merci de ton commentaire 🙂 La liberté est vertigineuse. Et je vous rejoins, c’est flippant (souvent !) 🙂 Pour autant, rien n’est figé. Vous pouvez essayer, et sans cesse adapter. Vous pouvez aussi commencer avec beaucoup de libertés, puis rajouter un petit cadre de temps en temps, pour voir. Imaginez-vous en tant que chercheurs. Vous et votre enfant. Vous cherchez ensemble la façon qui vous correspond le plus à tous les deux 😉 Bon courage !

      Répondre
  • Je débute l’iEF avec mes deux enfants cette année, le but étant de se détaché du mode guidé qui ne me convient pas. Ils étaient dans une école alternative(PS et CP) et aujourd’hui j’aimerai passer en apprentissage autonome, mais je sais que ça se fera petit à petit avec un passage par l’apprentissage actif!

    Répondre
  • Merci pour cette nouvelle vidéo.
    Jusqu’à maintenant je faisais un mélange de la première façon d’apprendre et de la deuxième. Je souhaite de plus en plus que ce soit la deuxième qui se mette en place.
    Je pense y intégrer la troisième sur certains sujets mais ne suis pas du tout prête à « n’utiliser »que celle-ci.

    Répondre
  • Je dois avouer si je suis vraiment honnête que je connais plus l’apprentissage guidé ou imposé et en tant qu’enseignante j’ai principalement utilisé cette méthode. Je découvre depuis la naissance de ma fille la méthode Montessori qui m’intéresse énormément et je vois les bienfaits de l’apprentissage actif. J’avoue aussi avoir peur de me lancer dans l’apprentissage autonome ms j’ai bcp entendu parler du documentaire etre et devenir. Il faut que je le regarde pour mieux comprendre. Merci beaucoup pour ces vidéos en tt cas 😉

    Répondre
    • « Etre et Devenir » est un support extraordinaire pour mieux comprendre et surtout nourrir sa réflexion. Et vous n’êtes pas obligée de basculer forcément dans une toute autre façon de faire. Vous pouvez prendre ce qui vous convient, laisser le reste 🙂

      Répondre
  • J’ai toujours appris en guidé parce que c’est comme ça que fonctionne l’école (tout du moins celle que j’ai fréquentée!) mais je suis très attirée par l’apprentissage actif, je crois que c’est un réel plus de pouvoir apprendre de cette manière. J’avoue que je fais partie des personnes qui craignent un peu les apprentissages autonomes…peur de « manquer » quelque chose, de passer à côté d’un apprentissage qui pourrait se révéler important par la suite…mais c’est vrai que ça fait rêver!

    Répondre
    • Après, on peut essayer l’apprentissage autonome et réintroduire au fur et à mesure de l’actif, jusqu’à trouver le point d’équilibre qui convient à chacun 🙂 Il n’y a pas de méthode universelle unique absolue et parfaite 🙂

      Répondre
  • Bonjour,
    Je suis un peu coincée, car personnellement j’ai toujours adoré apprendre, et le format traditionnel de l’école me convenait bien enfant.
    Je suis très attirée par l’apprentissage actif et autonome pour aider les enfants à surmonter leur difficultés et à acquérir de l’intérêt pour les choses, mais j’ai l’impression que ma personnalité ne s’y prête malheureusement pas.

    Répondre
    • Parfois, on peut faire certains choix pour les enfants, pas pour soi. En en faisant pour eux, cela ne veut pas dire qu’on se renie. Essayer vous donnera peut-être envie de tester autre chose que ce que vous avez toujours connu 🙂

      Répondre
  • Bonjour, je suis pour un apprentissage actif qui me semble être le plus approprié pour mon fils, et aussi pour qu’il s’adapte au mieux au système scolaire. Par contre il me faut plus de trucs et astuces pour lui donner envie de dépasser sa peur de l’échec et pour qu’il apprenne en manipulant et en jouant. Je compte acheter les manuels de la méthode de Singapour pour les maths, après je pratique un peu la méthode Montessori mais j’aimerais des outils un peu plus fous fous !

    Répondre
    • Vous trouverez quelques idées sur le blog : comme les réglettes de cuisenaire, les chasses au trésor, multimalin (pour les tables de multiplication, orthographe et conjugaison, Djanaé a beaucoup aimé), les jeux détournés (comme le UNO), vous avez aussi un article sur les escape game pédagogiques… Nous avons acheté un manuel sur la méthode singapour niveau CM1, avec des étiquettes rigides à découper à la fin et franchement, c’est top !

      Répondre
  • pardon pour l’erreur de prénom Anne-Estelle ^^ oups

    Répondre
  • Bonjour Estelle,
    Il est clair que pour moi l’apprentissage autonome est bien plus intéressant pour l’adulte qui voit l’enfant découvrir à son rythme et avec plaisir de nouvelles choses. Ma fille est clairement réceptive à cela.
    Merci pour ces vidéos qui me font réfléchir tout en me confortant dans mes choix récents.
    Cela fait du bien d’avoir des gens de son côté pour réussir à s’affirmer

    Répondre
  • Bonsoir,

    Merci pour c’est vidéos très clair, ça m’a fait prendre encore plus conscience sur le pourquoi de nos difficultés d’apprentissages avec mon aîné de 8 ans.
    J’ai pu constater, grâce aux explications de cette vidéos, que mon mari a une méthode d’apprentissage guidé (je l’étais aussi avant sans le savoir car en plein burn-out maternel, ce qui m’a permis de prendre conscience de beaucoup de chose depuis et donc beaucoup de changement me concernant).
    je pense que le mieux serais clairement un apprentissage autonome mais comme vous l’avez dit, cela fait peur, surtout quand on est dans l’apprentissage guidé depuis si longtemps.
    Donc pendant le confinement j’ai fais de l’apprentissage participatif en mathématiques et français (pour essayer de pallier aux lacunes que j’ai pu constater chez mon fils et parce que mes filles sont en demande de calcul pour l’une et d’apprendre à lire pour l’autre) et l’apprentissages autonomes pour le reste. Je vois déjà des changements positif vis-à-vis de leurs comportement entre eux (moins de rivalités et plus d’entraide), plus d’imagination, plus autonome,…
    Par contre, si monsieur se mêle lors des mathématiques ou du français, alors on est repartie vers le guidé et tout ce que j’avais fais avec mon fils s’évanoui. Mais c’est certains que quand il nous dit « j’y arrive pas », « c’est trop dur », « je suis trop nul », … pendant 20 minutes alors qu’il sais très bien faire l’exercice (clairement de la faible estime de lui), il met nos nerfs à (très) rude épreuves et je pas encore trouver de solution suffisante (si vous avez des pistes, je suis preneuses).
    En tout cas je vais montrer cette vidéo à ma moitié, en espérant qu’il est le déclic et donc facilitera les apprentissages car il n’y aura plus ce stress, peurs et émotions négatives.

    Amicalement.

    Répondre
    • Bonjour Jessica,
      Je comprends que parfois, en couple, on ait pas les mêmes façons de fonctionner et même de concevoir les choses. L’idée n’est pas de dire que l’un a plus raison que l’autre, mais plutôt de voir ce qui fonctionne le mieux avec votre fils. Et comme vous le dites, vous voyez des changements selon la façon de l’accompagner. C’est sur cela qu’il faut s’appuyer. Sur l’expérience. Essayez, comparez, et adoptez ce qui est le mieux pour votre fils, mais aussi pour vous (l’idée n’est pas de vous sentir mal par rapport à une façon de faire).
      Concernant la faible estime de soi, il n’y a pas grand chose à faire si ce n’est remettre l’enfant au coeur de ses apprentissages, pour que les nouvelles expériences viennent forger ses nouvelles croyances. C’est un fait que lorsque l’enfant a du temps, a le droit à l’erreur, peut chercher des solutions, et y arrive, alors forcément, sa confiance en lui remonte petit à petit; En sachant qu’il y a certains caractères qui sont plus à douter d’eux que les autres. Le savoir permet de les encourager à chaque instant 🙂

      Répondre
  • Bonjour
    merci pour cette vidéo, j’avoue que je butte en « système directionnel traditionnel » avec ma fille et je ne m’y sens pas à l’aise, ne sentant pas le plaisir .. les explications sont rassurantes .
    De mon côté, j’aimerais accompagner ma fille et avoir des outils motivants pour elle utilisable de façon autonome

    Répondre
    • C’est bien de s’écouter et de se diriger vers ce qui semble mieux. Même si on n’a pas forcément d’autres exemples pour s’inspirer, l’instinct fait déjà du très bon boulot 🙂 Faites vous confiance 🙂

      Répondre
  • Je crois que je choisirais l apprentissage actif à mi-chemin entre les 2, encore besoin de sécurité et pourtant l’apprentissage autonome semble bien plus agreable….à voir! Merci pour toutes ces précieuses info!

    Répondre
    • Après, il n’y a pas de pression pour adopter un mode plus qu’un autre. En tous cas, pas de ma part L’idée, c’est de réfléchir à pourquoi on fait les choses pour adopter les fonctionnements et les comportements que l’on juge les meilleurs. En gros, ne pas faire parce qu’on a toujours fait comme ça, ou parce que le monde autour de nous fait comme ça, mais faire en choisissant réellement. Pas en subissant

      Répondre
  • Merci pour cette vidéo, puis je avoir un résumé en pdf pour garder toutes ces infos sous la main?
    Merci

    Répondre
  • Le mieux c’est de combiner les 3.

    Répondre
  • vidéo très enrichissante! merci! naturellement je navigue entre la pédagogie active et la pédagogie autonome et essaye au maximum de suivre les centres d’intérêt et questionnements que montre mes enfants et c’est vraiment très enrichissant pour nous ‘avoir cette éclairage . encore merci

    Répondre
  • Bonjour, je pense tester les deux pédagogies, active et autonome avec notre fille de 4 ans, afin de voir ce qui lui parle le plus, bien que nous soyons déjà très porté sur l’autonomie à la maison ! Mais quand même…à tester, ça me donne plein d’idées ! Merci pour toutes ces explications très intéressantes.

    Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle, mon grand fils de 5 ans me parait plus à l’aise en apprentissage actif même si il lui arrive de me poser des colles du type « c’est quelle partie de l’oeil qui voit ? Le noir ou le marron ? ». Avec mon petit de 3 ans je ne mettais rien en place parce qu’il refusait simplement mes propositions, et maintenant il commence à écrire son prénom alors qu’il n’a pas touché les lettres rugueuses, du coup il écrit en bâton et moi j’essaie de lui dire « non c’est mieux d’écrire en attaché ». Mais il ne fait que ce qu’il a décidé. Donc je me dis qu’il ne fonctionne qu’en apprentissage autonome. C’est rassurant d’avoir une explication, de savoir que le refus de mes propositions correspond tout de même à une forme d’apprentissage. Après il n’a que 3 ans, mais cela me permettra de respecter son fonctionnement même si il perdure. J’ai découvert dans la box qu’il y avait plus que 5 sens et quel bonheur de découvrir la thermoception. J’y suis très sensible et je pense que cela m’aide à maitriser mes émotions.
    Merci d’exister Anne-Estelle.

    Répondre
    • Ohhhhh merci de me faire ce genre de commentaire !!!!! <3
      Pour votre fils de 3 ans, sachez que pour l'écriture, peu importe à son âge quel forme il préfère, l'essentiel c'est qu'il garde son enthousiasme pour écrire (certains ne l'ont que plus tard, d'autres le perdent très vite quand ils sont obligés de tenir un crayon). Je suis ravie que vous puissiez comprendre pourquoi vos deux fils sont différents et uniques dans leurs façons d'apprendre 🙂 Votre sincérité dans votre démarche prouve que vous cherchez le meilleur pour eux, et quand on cherche, on trouve 🙂

      Répondre
  • GALL Stéphanie
    17 mars 2019 21 h 33 min

    Bonjour,
    Mon fils ayant 2 ans et demi, je ne me suis pas encore beaucoup renseignée. Je m’intéresse beaucoup à la pédagogie active et c’est celle qui me parle le plus.
    Merci pour vos vidéos,
    SGB

    Répondre
    • Il n’y a pas de « bon » moment pour se poser certaines questions, mais c’est vrai que plus on s’ouvre tôt à différentes façons d’accompagner les apprentissages, plus on s’adapte tôt à l’enfant, plus on trouve notre propre équilibre, moins c’est difficile 🙂

      Répondre
  • Je commence à suivre vos commentaires et suis épatée par toutes ces connaissances !!
    Nous pratiquons l’école à la maison depuis septembre 2017 pour nos deux garçons de 11 et 7 ans , et j’avoue que parfois j’ai peur, peur de ne pas être à la hauteur, peur du jugement de l’autre si mes enfants n’y arrivent plus lors de leur reprise scolaire, l’année prochaine (nous sommes à l’étranger pendant 4 mois). Je pense que l’apprentissage autonome est vraiment le plus propice au développement des enfants , mais j’ai un gros travail à faire sur moi ….!! Je commence tout juste à lâcher mes peurs !!

    Merci pour toutes vos belles vidéos et bon courage dans votre camping car !!!…..Y a pas de problème y a que des solutions !!
    Bien sincèrement

    Répondre
    • Hello Cyrille,
      Je vous rassure (ou pas), on a tous des craintes. C’est facile pour personne. On a tellement de fausses croyances sur l’instruction liées à notre propre vécu et ce qu’on a toujours connu que c’est difficile de lâcher prise totalement. Mais c’est un cheminement qui vaut le cout. On a le droit de douter, de se tromper, de recommencer… On n’a aucune obligation de résultat. L’essentiel c’est de suivre le thermomètre du bienêtre des uns et des autres pour ajuster si besoin 🙂

      Répondre
  • Merci !
    Mes enfants apprennent à une vitesse phénoménale dès que nous jouons en famille et qu’ils voient que les adultes s amusent à apprendre. Rien ne vaut un jeu partagé avec papa et maman !

    Répondre
  • je pense que la variété des modes d’apprentissages est ce qu’il y a de plus intéressant !

    Répondre
  • Encore une super vidéo merci beaucoup 🙂 Je la partage sans modération aux mamans que je connais et qui pratiquent l’ief et aux autres.

    Pour ma part j’essaye autant que possible de ne pas imposer… mais notre esprit est trop imprégné de cette façon de transmettre donc parfois on rechute.

    Grâce à votre vidéo j’ai pris conscience de la l’impact de la méthode autonome sur l’enfant et sur l’accompagnant. Ce serait vraiment sympa que TOUS les apprentissages soient un plaisir partagé. Je me lance ce nouveau défi dès aujourd’hui 😉

    Merci encore !
    Hâte de voir la 4eme vidéo.

    Répondre
    • C’est super de partager ! Merci pour tous les enfants qui en profiteront 🙂
      Alors oui, on a tous des rechutes. Pas facile de s’extraire d’un système qui nous imprègne jusqu’à la moelle. Mais heureusement, ce qu’on vise ce n’est pas la perfection, c’est de s’améliorer. C’est déjà un super cadeau qu’on se fait à soi-même et aux autres 🙂

      Répondre
  • top!

    Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle ! Merci pour ce résumé clair. Pour ma part, c’est l’apprentissage autonome qui me semble le plus juste, c’est celui qui s’est mis en place naturellement pour l’enfant depuis sa naissance. En revanche, je le trouve difficile à mettre en place au sein d’un groupe (non familial). Mon expérience m’a fait vivre des moments merveilleux où le groupe a pu être porté par l’enthousiasme naturel d’apprentissage et donc apprendre de manière informelle la grande majorité du temps mais bien souvent au contraire le groupe (classe) s’est avéré avoir bien du mal à y entrer s’il était composé de trop d’enfants malmenés par le système scolaire ou avec des souffrances ou des difficultés trop fortes pour que perdure leur engouement naturel, emmenant quasi tout le groupe avec eux ! A ce moment là, la pédagogie active me semble un bon tremplin pour bifurquer au fil du temps vers de plus en plus d’autonomie.

    Répondre
    • Disons que l’apprentissage autonome au sein d’un groupe signifie que chaque personne de ce groupe a la possibilité de faire « ce qu’il veut », en respectant les autres et les règles du groupe. Mais quand tout le groupe fait une activité commune, alors évidemment, c’est plutôt l’apprentissage actif qui entre en jeu. On n’est pas des artistes du cirque mais on apprend à jongler 😀
      Après, c’est un fait que plus un enfant a été « malmené par un système scolaire classique » comme vous dites, plus l’apprentissage autonome est délicat, car l’enfant ne sais plus trouver de motivation intrinsèque pour apprendre. Il faut forcément passer par une période de « sevrage ».

      Répondre
  • Catherine BONJOUR
    19 janvier 2019 16 h 12 min

    Mes enfants sont encore petits mais j’ai fait le choix du unschooling…donc apprentissages 100% autonomes!
    Merci pour votre travail!

    Répondre
  • A la maison la puce n’ayant que 2 ans et demi j’essai de me caler sur ce qui l’interresse il y a quelques mois c’était apprendre à compter, maintenant c’est plus les couleurs. De toute facon si je tente de lui apprendre un domaine qui ne l’attire pas au moment T ca reponse arrive très vite c’est non et elle part sur une autre activité. Ce n’est pas grave on y reviendra plus tard. Pour le chant c’est l’inverse de chez vous, si j’ai le malheur de chanté en sa présence c’est « Non maman, que Aube » lol. Elle aime apprendre elle aime gagner en autonomie et c’est un plaisir d’etre la pour l’accompagner. Pourvu que ca dure.

    Répondre
    • En fait, on a tendance à beaucoup plus respecter les « périodes sensibles » chez les tout-petits, leurs phases où ils sont à fond sur un truc. On ne les force pas sur ce qui ne les attire pas du tout. Ce qui est dommage, c’est de croire qu’en grandissant, l’enfant change. Alors qu’en fait, il fonctionne de la même façon, et si il s’écoute, il apprendra très vite les domaines qui l’intéressent, et ça tourne, ça change. Quoi qu’il en soit, c’est vraiment chouette de pouvoir s’adapter à nos enfants 🙂

      Répondre
  • chez nous on y mélange tous 3 façons. Notre fils a 8 ans donc ce sont les choses qui sont imposées: comme des dictées pour travailler orthographe ou les productions d’écrits (il les déteste donc si je n’impose pas il va pas travailler sur sa écriture et orthographe, jamais). Pour maths il y a un peu de temps avec travail guidée (parce que pour apprendre quelque chose de nouveau il a besoin d’aide) et de temps autonome ou il travail quoi il veut et quand il veut. Pour les sciences est pareil comme avec maths. Avec les choses comme lecture, éducation civique, histoire, histoire d’arts, arts, de la musique je donne mon fils liberté totale: il travail en autonomie.

    Répondre
  • c l’apprentissage le plus naturel qui tient compte des spécificités de l’enfant et le responsabilise.naturellement le 3ème.

    Répondre
  • Super je vais essayer de tester les 2 façons.

    Répondre
  • Un mix autonome et actif

    Répondre
  • Je ne peux que constater bien sûr que le « must » pour moi est l’apprentissage autonome…
    Il demeure cependant réel qu’en terme de transmission, cela demande « confiance, patience, implication et présence » pour l’offrir …
    quel cadeau chaque fois que cela est possible …

    Répondre
    • Le mot cadeau correspond vraiment bien. Après, on peut faire d’autres “cadeaux” aux enfants quand on ne peut pas mettre en place les apprentissages autonomes

      Répondre
  • bonjour,
    je pense que les apprentissage actif permettent un encadrement tout en laissant une certaine liberté à l’enfant.
    merci pour vos vidéo très enrichissantes !!!

    Répondre
  • Je pense que je fais un mélange des 2 derniers . À la maison je ne force pas à apprendre, je leur met à disposition des jeux :puzzle, plus plus (C’est fou l’imagination qu’ils ont avec ça,ils passent des heures !!), pâte à modeler, dessin
    Je joue aussi avec eux à des jeux de société
    On fait des sorties nature minimum une fois par semaine on est en Bretagne (plage, forêt, bord de rance)
    On va à la bibliothèque une fois par semaine
    On fait la cuisine ensemble

    Répondre
  • bonjour Anne estelle et merci beaucoup de toutes ces informations hyper importantes…pour moi s’est le unschooling qui resone en moi comme une évidence mais les contrôles en France font peur donc je pense opter pour l enseignement actif.

    Répondre
  • Pour moi, c’est sans hésiter l’apprentissage autonome qui est merveilleux. Je m’efforce donc de l’appliquer ou plutôt de le laisser grandir dans le cadre familial. Mais effectivement, il y a des différences entre les enfants. J’ai des jumeaux, mais malgré cette proximité entre les enfants, l’un est complètement adapté au modèle autonome, l’autre pas du tout, et cela depuis tout petit. Il a besoin d’être guidé, orienté, stimulé, alors que le premier est plein d’entrain, de questions, de curiosité naturelle et de créativité.

    Avec mes élèves, c’est plus compliqué. Lorsque l’on travaille en parallèle du système scolaire pour aider les enfants en difficulté, il n’est pas possible d’appliquer le troisième modèle car les exigences du premier doivent être respectées… Donc je jongle entre exigences imposées par le système, et un mix de participation et d’autonomie pour tenter de faire renaître le plaisir d’apprendre!!! Bref, tout un progamme 😉
    Merci pour cette nouvelle vidéo très bien construite!

    Répondre
  • Bonjour. Ma fille est en IEF et on est beaucoup en apprentissage autonome. 🙂

    Répondre
  • Bonjour, j’opte pour l’apprentissage actif, nous sommes adeptes des méthodes d’apprentissages qui tiennent compte des neurosciences et qui respectent l’enfant. D’ailleurs, par manque de moyens financiers, nous regrettons vivement de ne pas pouvoir inscrire nos petits-enfants dans une école qui propose ce type d’apprentissage scolaire. Merci pour cette 3ème vidéo.

    Répondre
    • Parfois on ne peut pas choisir l’option « idéale » qu’on aurait en tête, mais on peut déjà faire beaucoup avec nos propres moyens 🙂 Et c’est ça qui compte : tout ce que vous faites vous et que vous offrez déjà comme alternative à l’enfant 🙂

      Répondre
  • Merci pour ce beau partage!
    Je suis enseignante depuis 21 ans et je tente de mettre en place l’apprentissage actif dans ma classe de CP / CE1 depuis une dizaine d’années . À partir de là, je mets en place des parcours très individualisés qui tiennent compte des différentes façon d’apprendre. La majorité des parents d’élèves est trés réceptive à ces méthodes d’apprentissage.
    Je suis convaincue pourtant que l’apprentissage autonome est la formule la plus profitable aux enfants. Il me semble que le plaisir et l’intention, la passion que l’on met à vouloir connaître et apprendre est la clé de la réussite.
    Alors pourquoi ne pas aller au bout de la démarche?
    Parce que je souhaite d’abord sortir de ce système cadrant et normatif qu’est l’école pour prendre cette liberté et que je n’ai pas encore lâcher-prise.

    Répondre
    • Ah, ce lâcher prise. Déjà juste en étant maman, face à ma fille, parfois je réalise que je suis (encore) en train d’avoir des attentes par rapport à tout un tas de détails. Pas facile de lâcher prise de manière constante. Et j’imagine que ça doit encore être plus complexe quand on a plusieurs enfants à accompagner. Mais je crois que même si le chemin est long, il vaut le coût, et ce coût, c’est simplement de se demander régulièrement pourquoi je fais ceci ou cela, pourquoi je demande ceci ou cela, pourquoi je réagis comme ceci ou cela. Être en pleine conscience, pour mieux lâcher prise, petit à petit 🙂

      Répondre
  • Je suis justement en pleine réflexion sur le sujet : actif ou autonome ? J’aurais pour l’instant tendance à mixer un peu les deux même si j’ai bien conscience que ce n’est pas très cohérent.

    Répondre
    • Hello Hélène, il n’y a pas d’incohérence à faire des mix. Ce qui est incohérent, c’est quand on utilise une méthode avec laquelle on n’est pas à l’aise, ou alors une méthode pour laquelle on voit bien que ça ne colle pas avec l’enfant, mais qu’on ne fait rien pour en changer. Ce n’est pas du tout votre cas. Faites comme vous le sentez, le feeling est souvent un bon guide. Et il y aura toujours des ajustements à faire, ça fait partie du jeu. Mais pas de pression 🙂

      Répondre
  • Bonjour
    Pour moi c’est l’apprentissage actif avec lequel je pensais me sentir le plus à l’aise. Et je me suis rendue compte en visionnant la vidéo que je pratique assez spontanément l’apprentissage autonome.
    Ma fille n’a que 2 ans donc pour l’instant c’est plus par passion que je me suis plongée dans la pédagogie Montessori. Afin de vraiment m’en imprégner et d’être prête quand ma fille sera demandeuse.
    Mais elle atteint justement un âge où elle commence à poser des questions et demander pourquoi ci ? C’est quoi ça?
    Ce qui donne de bonnes occasions de pratiquer l’apprentissage autonome.
    Merci pour votre travail que j’admire. Je suis impatiente de découvrir votre box.

    Répondre
  • Bonjour,
    Tout d’abord bravo pour votre investissement pour nos enfants et merci!
    Je suis pour ma part mitigée entre l’apprenyissahe Actif et l’apprentissage autonome. Si je reprend l’exemple d’une passion que l’on souhaite transmettre à notre enfant je pencherai plus pour l’apprentissage autonome car pourquoi forcer son enfant à forcément aimer ce qu’en nous aimons nous-mêmes? Par contre concernant les apprentissages « scolaires » comme apprendre à écrire, à compter ect… je pencherai plutôt pour l’apprentissage actif si l’enfant ne montre pas d’interet par lui-même pour cet apprentissage.
    Qu’en pensez-vous?

    Répondre
    • Écrire, lire, compter, l’enfant y montrera forcément de l’intérêt à un moment donné. Peut-être pas quand nous on juge qu’il doit acquérir ces connaissances, mais ce sont des acquisitions dont il aura besoin à un moment donné, dans la vraie vie. Pas seulement parce qu’il doit l’apprendre sinon il a une mauvaise notre. Donc si on laisse l’enfant avancer à son rythme, il viendra forcément un moment où ces notions lui seront nécessaires pour aller plus loin, et il sera alors disposé pour les comprendre et les apprendre, ça viendra de lui, d’un besoin réel, d’une nécessité, et sa motivation sera très forte. Et d’ailleurs, même si c’est « plus tard » que ce qu’on aurait « voulu », en général, c’est très rapide, et l’enfant n’y passe pas beaucoup de temps. Il y a plusieurs exemples de familles pratiquant des apprentissages autonomes, où les enfants se sont intéressés « tard » (dans le sens plus tard que ce qu’on a défini comme « normal ») à la lecture ou à un certain type de calculs, et quand ça s’est fait, c’était très rapide, parce que l’enfant était prêt et disposié à ce moment là. 🙂
      Anne-Estelle

      Répondre
  • Bonjour,
    Je pense que c’est l’apprentissage actif qui la plus approprié pour nos enfants afin que les parents et les enfants s’investissent ensemble dans ce beau projet de vie

    Répondre
  • Je pense que les apprentissages autonomes sont l’idéal mais n’étant pas prête à lâcher autant prise, j’opterai plutôt pour les apprentissages guidés.

    Répondre
  • En fait nous pratiquons les 3 types d’apprentissage !
    Dans le cadre de l’IEF, depuis 10 ans, nous sommes plutôt dans l’apprentissage guidé car comme nous voyagions, que je n’avais aucune expérience dans le domaine de l’éducation et que nous avions de grosses pressions familiales par rapport à nos choix de vie. Ce n’était pas ce que j’avais prévu en pensant le voyage mais c’est qui a été le plus facile pour limiter nos doutes quant à nos choix.
    Ensuite j’ai réintroduit de l’apprentissage actif en me détachant un peu des cours par correspondance pour que les enfants soient plus motivés, en particulier en histoire, géographie, sciences.
    Mais nous pratiquons beaucoup l’apprentissage autonome aussi car nous, les parents, sommes très curieux et transmettons beaucoup de nos passions aux enfants. Nous avons également profité de nos 6 ans en bateau pour découvrir le monde naturellement. Nous avons de très nombreux supports à la maison permettant aux enfants d’apprendre de cette manière, livres, jeux, jardin, animaux, lapbooks (CarpeDiem), lego education, jeux scientifiques allemands, …. Avec 5 enfants entre 16 et 1 an, un Noël et un anniversaire par an, ça fait beaucoup de matériel bien rentabilisé 😉
    Pour ma fille de 6 ans (née aussi en janvier 2012 ;-)) en école à la maison et le petit dernier je souhaite rendre l’apprentissage beaucoup plus autonome ou au moins actif autant pour eux que pour moi. Ayant moins de pression sociale puisque nous ne voyageons plus et que j’ai fait largement mes preuves avec les grands et que j’ai gagné en maturité, je veux vraiment me faire plaisir et que les enfants soient heureux même dans l’école.

    Répondre
    • Beau parcours de vie que vous nous avez partagé. C’est dommage cette pression des autres qui vous poussait à devoir « prouver » que vous faisiez le bon choix. J’espère, comme vous le dites, que vous êtes plus légers maintenant 🙂

      Répondre
  • L’apprentissage autonome est pour moi le meilleur, le plus naturel … tant que les enfants n’ont pas été dénaturés par les pressions des adultes. Mes enfants ne sont pas allés à l’école, ils ont appris dans la joie le plus naturellement du monde, chacun à sa façon et à son rythme …
    Depuis qu’ils sont grands, j’ai repris mon métier d’instit dans une petite école de village : tous niveaux de maternelle, CP et CE1. J’essaie d’introduire dans l’éducation nationale cette merveilleuse forme d’apprentissage … Je suis malheureusement souvent obligée de ne pratiquer que l’apprentissage actif, les enfants plus grands (Grande section de maternelle, CP et CE1) ayant déjà souvent perdu leur soif d’apprendre et leur confiance en eux par manque de confiance des adultes qui les entourent …
    D’ailleurs, si vous connaissez des parents en recherche d’une école publique favorisant les apprentissages personnalisés et/ou autonomes, je les accueillerai avec grand bonheur à la rentrée. (Ecole d’Arques, dans l’Aude, de 3 à 8 ans)
    Merci pour vos vidéos, qui me rafraichissent la mémoire, et réactivent mes convictions profondes

    Répondre
    • Bonjour Catie, effectivement, plus un enfant a été « habitué » aux apprentissages par le haut, dans le sens où l’adulte détient la vérité et il faut faire ce qu’il dit, plus c’est difficile d’intégrer les apprentissages autonomes. Mais déjà l’apprentissage actif, puis quelques projets en apprentissages autonomes, de la confiance, du respect et de la bienveillance, et les enfants peuvent déjà apprendre autrement et retrouver un peu le goût et le plaisir d’apprendre 🙂 Merci pour votre message et continuez à semer des graines de joie aux enfants que vous accompagnez 🙂 (ce sont les gouttes d’eau qui forment les océans n’est-ce pas ?) 🙂

      Répondre
  • l’apprentissage actif avec des touches d’apprentissage autonome afin de basculé petit à petit. Il est clair qu’au vu des explications l’autonome est parfait pour l’enfant car il suit son développement mais du coup avec l’actif je penses que l’on peut l’y aider petit à petit

    Répondre
  • Merci pour cette vidéo Anne Estelle.

    Moi je dirais que l’apprentissage active + autonome par moment pourrais me correspondre selon le thème.
    Exemple je pense à ma passion pour le crochet et le dessin. Jen fais et ma fille me voyant faire, me demande de lui apprendre. Mes pour les autres apprentissages le mode guide d’apprentissage me semble correct .

    Répondre
  • Bonjour Anne -Estelle,

    Maman IEF et instit, je vis ces différentes formes de transmission et d’accompagnement dans mon quotidien.
    Lasse, à l’école, de devoir partir du programme à faire avaler à nos enfants et actuellement en projet de reconversion professionnelle, je m’éclate en revanche, avec mon fils, à suivre au quotidien ses centres d’intérêt (de l’accordéon au modélisme en passant par les gastéropodes ou la sculpture sur bois au couteau).

    Je suis toutefois convaincue que nous vivons une belle période de transition éducative et que les choses bougent très rapidement, grâce à une prise de conscience collective, notamment grâce à des vidéos comme les vôtres ! Merci à vous d’être ainsi actrice du changement.

    A bientôt !

    Répondre
    • Merci beaucoup pour votre commentaire si encourageant! Et j’espère que vous dites vrai, que les choses vont vraiment changer de manière globale pour notre système d’instruction 🙂 Mais en attendant, on peut tous être acteur de changements dans notre sphère à nous 🙂

      Répondre
  • Bonjour merci pour tes vidéos je sais déjà tout cela mais ça fait du bien de l écouter pour me donner courage pour sortir mon enfant de l école.il à 7 ans et fréquenté école Steiner moindre mal par rapport à d autres lieux scolaires mais quand même pas mon idéal de le déscolariser . Je l ai mis à l école parce que je suis entièrement seule pour l élever .En tous cas je me suis déterminée pour septembre soit j obtiens une place dans une école Freinet proche de chez moi pour limiter les dégâts relationnels causés par les contraintes horaires imposées par l école et amplifiées par l éloignement entre domicile et lieu de scolarisation ,soit je fais le pas et j arrête de le mettre à l école pour ne pas gâcher l accompagnement accompli jusqu’ à auj et lui garder son enthousiasme de découvrir et de créer . Je devrai adapter mes activités lucratives pour subvenir à nos besoins mais je sens que je vais y arriver en depit de cet individualisme européen profondément ancre dans les comportements merci et bonne chance dans ton entreprise Emma

    Répondre
  • Merci pour la vidéo
    Mon enfant est encore petit mais je me sens attirée par l’apprentissage actif, et pourquoi pas aller vers l’autonome si je me sens prête et elle aussi

    Répondre
  • j’ai du cliquer deux fois et du coup je n’ai pas eu le lien pour le téléchargement…

    Répondre
  • Sûrement l’apprentissage autonome, mais est-ce vraiment possible pour tout ? Pour apprendre à lire à mes enfants par exemple, je leur ai appris les lettes, puis j’ai fait des jeux autour de la lecture des syllabes, puis je les ai encouragés à lire des mots puis des petits textes… ils ne se seraient pas passionnés pour la lecture avant de savoir lire!

    Répondre
    • Je comprends votre interrogation, mais je sais que les enfants, à un moment donné, ont tous envie de lire (puisqu’il y a des écritures partout). Certains y arrivent par eux-mêmes,d ‘autres demandent de l’aide autour d’eux. Mais ce qui est important, c’est de proposer, mais jamais de forcer. Certains parents ont fait le choix de faire confiance à leur enfant, et même si celui-ci ne s’est intéressé à la lecture qu’après 10 ou 11 ans, ils lui ont fait confiance. Quand l’enfant a décidé d’apprendre, l’apprentissage s’est fait très vite, et l’enfant a su lire très vite de manière fluide.
      Je pense que ce sont principalement nos craintes à nous qui entravent les apprentissages autonomes. Mais ce n’est que mon avis 🙂

      Répondre
  • Je pense que l apprentissage automne est mieux car l enfant est acteur de son apprentissage dans ce cas la .

    Répondre
  • Pour moi, c’est l’apprentissage participatif qui me correspond le mieux et c’est dans cette attitude que j’essaie de « travailler » avec mes enfants mais difficile de lutter contre les vieux démons de l’apprentissage imposé !
    Bien à vous,

    Répondre
  • Bonjour
    Il est vrai que lorsqu’on parle passion, intérêt l’apprentissage autonome est le plus évident, cette exemple était très parlant, dommage qu’on soit à l’opposé à l’ecole. Je trouvais déjà cette méthode (l’apprentissage guidé) inadaptée mais l’appliquais un peu, sans m’en rendre compte de suite, sur certains points et j’essaye d’être dans l’apprentissage actif avec mon fils et sans le savoir je pratique aussi l’autonome, cela me semble le mieux. Sinon dans mon boulot, malheureusement comme je dois suivre l’instit ( je suis Avs) je n’ai pas le choix nous sommes dans un apprentissage guidé. Toutefois comme j’accompagne une enfant en particulier je m’adapte et essaye d’être le plus à son écoute.
    En tout cas encore merci pour cette super vidéo et à bientôt. Je vais être plus vigilante à ma façon de transmettre. Et merci pour la box.

    Répondre
  • souad el bakali
    29 avril 2018 19 h 47 min

    j’admire les personnes qui ont osé l’apprentissage autonome. Je suis plus à l’aise avec l’apprentissage actif.
    merci merci et encore merci à vous Anne Estelle.

    Répondre
  • Pour ma part j’opterai pour l’apprentissage actif. Si un enfant se sens responsable de quelque chose, il aura plus à coeur d’avancer et de persévérer dans ses apprentissages. Il sera fier de montrer ce qu’il est capable de faire.
    Je pense que les apprentissages autonomes pourront trouver leur place pendant les vacances ou lors des loisirs en famille.
    Merci pour cette vidéo, votre passion est communicative !

    Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle,
    Tout ce qui est expliqué dans cette vidéo esr la raison pour laquelle nous allons commencer l’instruction en famille l’année prochaine.
    J’aimerais que mes trois enfants apprennent d’eux-même, ce qu’ils désirent apprendre aussi.
    Je suis contente des explications car cela me donne une bonne idée pour m’affirmer dans ce choix. L’exemple de la fin sur notre passion est tellement parlante, j’ai adoré.
    J’adore aussi l’explication avec l’ère industrielle.
    MErci pour cette vidéo.
    Véronique

    Répondre
    • Avec grand plaisir Véronique, et merci pour ce joli choix que vous faites et cette possibilité que vous offrez à vos enfants! Belles aventures dans cette nouvelle façon de vivre les apprentissages 🙂

      Répondre
  • L’apprentissage autonome est le plus juste !

    Répondre
  • Je suis intéressée par les 2 dernières…

    Répondre
  • Super video, tres instructif.
    L’apprentissage actif et autonome eveille la curiosité et l’apprentissage!

    Répondre
  • Partir de leur intérêt, l’apprentissage actif est celle qui permet de garder la motivation et l’envie d’ apprendre.

    Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle,
    Merci pour ces vidéos passionnantes!
    Pour moi la meilleure façon de transmettre sera l’apprentissage actif car mon fils de 3 ans est très curieux mais vite perdu lorsqu’on le laisse complètement libre…

    Répondre
    • Parfois c’est aussi le temps de gagner en autonomie. Les enfants évoluent aussi dans leurs façons d’apprendre avec le temps. D’où l’importance de les observer et de s’adapter 🙂

      Répondre
  • Bonjour.
    Merci pour cette vidéo. Malheureusement à l école ou sont inscrites mes filles, c est l apprentissage guidé qui est de mise. (Heureusement que mes filles y réussissent malgré tout). Mais à la maison je privilégie les apprentissage actifs pour leur permette d avancer plus.. Et je pense que j essayerai l apprentissage autonome quand je serais moi même plus à l aise avec celle ci.

    Répondre
  • J’opte pour les apprentissages actifs voir autonomes dans certains cas. Je ne le pratique pas mais avec plaisir que je tenterais cette mise en place.
    Merci pour le partage

    Répondre
  • Merci encore une fois pour ces explications tres claires. Je suis adepte de la pedagogie Montessori et mes 2 enfants sont allee dans une ecole Montessori tant qu’on a pu y avoir de la place. J’ai pu constater a quel point ils s’epanouissaent. L’apprentissage autonome fait un peu peur. Mais en y reflechissant, c’est ce qu’on pratique le week-end pendant les ballades en foret, ou les seances de jardinage et d’arts creatifs a a la maison. On ne s’en rend juste pas compte. Ta video donne envie d’approfondir ce sujet. Si cela est possible, j’aimerais bien tester ta box pour mieux comprendre comment tu t’y prends.

    Bon courage avec la caravane, et Thumbs Up a Djanae. Elle a l’air tres heureuse dans son nouvel environnement.

    Répondre
  • Notre petite famille de 4 (deux enfants) pratique déjà les apprentissages autonomes, donc nous sommes convaincus de cette forma d’apprentissage. La plus dure à descolariser c’est moi : ancienne instit j’ai des peurs qui remontent régulièrement. Du coup dans ces moments là je propose plus de choses à mes enfants mais nous revenons très rapidement à la liberté car cela génère très rapidement des tentions au sein de notre famille. et du coup cela m’aide à faire encore plus confiance à mes enfants. La seule question : est ce que je fourni un environnement assez riche à mes enfants ?
    Bref c’est un défis très stimulant !

    Répondre
    • La réponse à votre question est facile : si vos enfants continuent à être curieux, à jouer, s’amuser, à apprendre, à poser des question, tout en étant épanouis… alors c’est que ça va. Pas besoin d’aller au musée chaque semaine, d’avoir plein de livres d’expériences, ni même de faire 3h d’histoire par semaine 🙂

      Répondre
  • Merci Anne Estelle pour cette video très instructive.
    Pour moi, la forme idéale d’apprentissage est celle qui éveille la curiosité de l’enfant, puis répond à ses questions, tout en joignant l’expérience à la théorie. J’essaie d’appliquer cela le week-end avec mes enfants qui sont très en demande, et lorsqu’on y arrive, j’y prend autant de plaisir qu’eux !
    J’ai hâte de découvrir la box et de la proposer à mes enfants.
    Aurore

    Répondre
  • Merci pour la video. Je pense que les apprentissages autonomes sont bien sur plus adaptes pour tous, néanmoins je ne me sens pas encore capable de le pratiquer avec mes enfants et je me sens plus à l’aise avec l’apprentissage actif.
    A bientot,

    Répondre
  • On apprend mieux qd on est ds le plaisir, qd on éveille la curiosité naturelle des enfants.

    Répondre
  • Merci Anne-Estelle!
    Pour ma part, je me suis lancée dans l’IEF cette année avec mes 2 filles aînée (et la présence de la petite 3e de 1 an et une grossesse pour juin).
    Nous nous régalons.
    Nous pensions faire des apprentissages autonomes avec mon mari, mais nous avons constaté que nos filles flottaient et se sentaient mal au quotidien. Nous avons donc créé un « planning familial » avec les activités de chacun par colonne. Activités communes parfois, et activités perso et séparées d’autres fois. Elles A-DO-RENT!!! Elles savent ce qui les attendent et du coup, s’épanouissent à fond dans l’activité présente.
    Deuxièmement, elles sont encore jeunes (6 et 7 ans) et il nous a semblé logique et même un beau cadeau de leur transmettre les fondamentaux de l’apprentissage (lire, écrire, compter) que je leur enseigne le matin (2H). Ensuite, le reste de la journée, elles sont autonomes par le jeu, les activités, les sorties, les rencontres, et… LES LECTURES!!! savoir lire, outil fondamental pour déployer l’autonomie d’apprentissage chez l’enfant.

    En somme, ce que je préfère? L’apprentissage ACTIF, un beau juste milieu, harmonieux et rassurant pour tout le monde, où la curiosité n’est pas bridée!

    Répondre
    • Bonjour Emmanuelle, et merci de ce beau partage. C’est une chouette idée le planning familial. Comme je l’ai dit dans la vidéo, l’apprentissage autonome ne convient pas toujours à 100% et peut créer de l’appréhension chez l’enfant. C’est super que vous ayez su trouver le bon fonctionnement. L’essentiel c’est toujours l’épanouissement de chacun, et en vous lisant, on sent cette sérénité chez vos filles et chez vous 🙂 Merci merci merci <3

      Répondre
  • Super !

    Répondre
  • Bonjour et merci pour cette vidéo très intéressante. L’apprentissage idéal est sans aucun doute l’apprentissage autonome car l’enfant apprend à son rythme et sans aucune contrainte; il y trouvera forcément du plaisir. Mais j’ai le sentiment que nous sommes quand même obligés de suivre une partie du programme de l’éducation national à partir d’un certain âge.

    Répondre
    • Effectivement, depuis quelques mois, les inspecteurs ont comme base le socle commun lors des contrôles des enfants. Après, il n’y a pas l’obligation de tout suivre du programme à la lettre, simplement d’avoir le socle commun en ligne rouge. Avec de l’imagination, on arrive à adapter la majorité des notions du socle commun à l’enfant : on peut lui proposer des activités et s’il dit non les lui proposer dans plusieurs mois, souvent ils apprennent très vite quand ils sont prêts, il faut juste accepter que parfois ce n’est pas le bon moment. Ensuite, en voyant tout ce que l’enfant fait ou à quoi il s’intéresse, on réalise qu’implicitement, il a abordé des notions du socle commun sans s’en rendre compte, il suffit juste de le nommer pour que l’inspecteur en soit pleinement conscient. Enfin, le socle commun est un fil rouge, aucun enfant même à l’école ne maîtrise toutes les notions, donc on peut valoriser celles que l’enfant a acquises et le laisser tranquille sur les autres 🙂 Ce sont quelques pistes

      Répondre
  • Bonjour,
    J’ai choisi de faire l’IEF pour justement ne pas scolariser mes enfants dans un système où le mode d’apprentissage est le premier que vous décrivez… Je ne le met donc pas en place à la maison 🙂 Par contre, à ce jour (nous venons de débuter), j’oscille entre l’apprentissage actif et l’apprentissage autonome. Je suis formée à la pédagogie Montessori donc j’ai créé quelques matériels que je propose à mes enfants. Mais si je vois qu’ils portent un intérêt par eux-même pour quelque chose, je les laisse entrer dans cette découverte et essaie de répondre à leurs questionnements.
    Gaëlle

    Répondre
  • Merci pour les vidéos toujours très intéressantes. Cependant, même si je trouve très appétissant la 3ème façon d’apprendre, cela me semble encore difficile d’envisager cela avec mes collégiens mais bon, je vais peut-être essayer à la maison.

    Répondre
  • Merci

    Répondre
  • Bonjour,
    Nous sommes en réflexion/organisation pour retirer notre aînée de l’école, et votre travail m’outille et m’encourage beaucoup. Merci!!
    Considérant d’où l’on part (système scolaire), je crois que l’apprentissage actif sera un bon terrain de départ, mais je pense bien offrir la possibilité qu’elle se découvre à travers les apprentissages autonomes. Je crois aussi que ces 2 types d’apprentissage peuvent très bien se compléter.
    Merci encore de partager avec nous toutes ces connaissances et ces outils. J’ai très hâte de découvrir cette fameuse box!

    Répondre
  • Merci!!

    Répondre
  • Merci pour votre travail.
    A la maison, nous pencherions plis vers l’apprentissage autonome, proposant à nos enfants des activités diverses et variées selon leurs envies, les saisons, leur curiosité, leur disponibilité. .. partant du principe qu’à l’école, on leur impose quoi faire, quand et, la plupart du temps, comment.

    Répondre
  • Merci pour cette vidéo, je vous ai découvert depuis peu. L’apprentissage actif est bien sûr intéressant mais en autonomie encore plus. je cherche des solutions pour mon fils de 11 ans scolarisé dans le public, on ne peut pas dire que c’est la grande joie. Il n’est pas toujours évident d’expliquer des maths ou du français à son enfant, tout en essayant de lui transmettre de façon ludique, car il y a les devoirs, réviser les leçons, bref je perds pas espoir, un jour après l’autre.
    J’ai encore plein de chose à découvrir et à transmettre à mes enfants. Mais je pense essayer dans un 1er temps la méthode autonome dans les passions. Ca va être sympa.
    A bientôt

    Répondre
  • Bien

    Répondre
  • Certains enfants ne supportent que le travail en autonomie et l’école est un enfer pour eux. Il leur faudrait des écoles spéciales car ils ont aussi besoin d’étayage, d’un adulte avec eux pour interagir et les guider subtilement. Il me semble que c’est un peu le cas des enfants précoces qui refusent d’entrer dans le moule et des hyperactifs. S’ils sont les deux à la fois… grande souffrance assurée dans un système d’apprentissage rigide ( à mon avis).
    Je pense que l’apprentissage « actif » et celui en autonomie se complètent bien ; ces modèles seraient même compatibles. Encore merci pour vos vidéos.

    Répondre
  • Merci beaucoup pour ce travail très intéressant

    Répondre
  • Merci beaucoup pour toutes ces vidéos, je vous suis également sur youtube avec la jolie Djanaé! c’est top!

    Répondre
  • belle vidéo, j’aime les explications!
    il faut continuer 😉

    pour moi évidemment le unschooling est le top sauf que ça dépend des enfants…

    les guider à chacun sa manière est tout un art : une vie même 🙂

    Répondre
  • merci! Nous réfléchissons à faire l’école à la maison pour nos enfants de 3 et 6 ans. Le grand n’est pas encore scolarisé (nous sommes en allemagne et l’école commence un peu plus tard qu’en france) mais nous réfléchissons aux méthodes que nous emploirons. Nous pensons enseigner les matières scolaires principales (lecture écriture math) selons la façons « active » (nous nous intéressons à la pédagogie Montessori); mais selon moi ce qui fait la grande richesse de l’école à la maison est la possibilité de donner une place énorme aux enseignements informels donc autonome; les enfants sont de toute façons en demandes! Pour répondre à la quetion, je dirais donc que ça dépend des sujets et des situations.
    merci de partager votre expérience!

    Répondre
  • Bonjour Estelle
    Auriez vous un document de présentation des 5 personnages de vos box afin de les rendre encore plus vivants?
    Merci infiniment pour votre réponse.

    Répondre
  • Faites vous des formations pour adultes sur l’apprentissage actif au sein des classes? J’aimerais tant essayé!!!! Merci en tout cas pour votre enthousiasme inspirant!

    Répondre
  • Merci pour une autre vidéo passionante et enrichissante. J’ai hate d’appliquer vos conseils.

    Répondre
  • Certe , l’apprentissage autonome émanent de la demande des enfants semble apporter les meilleurs résultats car l’enfant émerveillé emmagasine toutes les données. Encore faut-il avoir le temps pour cela dans une société qui est en course de suralimenté les rayons à peine vide. Jouer de l’effet de surprise, d’innovation et et impliquer la participation des enfants faisant preuve d’ enthousiasme sont des éléments à combiner à varié et à adapter au quotidien selon les motivations.

    Répondre
  • Bonjour,
    Sur les « fondamentaux », je serais plutôt favorable à l’apprentissage actif et laisserais l’autonomie sur les apprentissages « passion ».
    Merci à vous !

    Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour toutes ces vidéos qui sont des appels à plus de liberté pour nos enfants et nous parents dans ce monde qui marche à cent mille à l’heure. Nous avons décidé de déscolariser nos garçons de 4 ans et 8 ans cette année pour toutes les raisons que vous évoquez si bien…cette prise de conscience est là depuis 4 et on vient de faire le pas. J’ai vue votre 1ère vidéo dans laquelle vous donniez votre avis sur la méthode Montessori. En 2016 j’ai fait une formation d’assistante Montessori qui a transformé ma vision du rapport entre l’adulte et l’enfant…dans votre vidéo vous l’expliquer très bien…le fameux contrôle, la domination sur l’autre, alors sur des petits bouts, que de dégâts dans l’apprentissage…la méthode Montessori est avant tout une remise en question très profonde de l’éducateur avant même d’enseigner…qui passe de l’enfance, à son adolescence, jusqu’à la personne qu’elle est devenue…très efficace pour arriver à se mettre au même niveau d’un enfant de tout âge. Le matériel n’en parlant pas, juste magique pour toue les apprentissages ..et là où je n’adhère pas c’est que nous rentrons encore dans un système d’horaire, de planning…et un budget à vous couper le souffle…j’ai donc décidé de fabriquer mon matériel que j’améliore par des idées que d’autres parents postent sur Des sites. je vous remercie du fond du cœur car votre travail me conforte dans le unscooling en douceur et par le jeux. Vous et votre petite famille êtes une porte qui amène les consciences vers tous les possibles…merci merci merci

    Répondre
    • Bonjour Karine,
      Merci à vous de partager vos idées, de croire en vos enfants, de vous éveiller à un autre chemin pour les apprentissages. Bienvenue dans l’aventure de l’instruction à la maison 🙂 C’est vraiment super. Je vous souhaite de passer une très belle année à trouver vos marques, vos repères, votre fonctionnement, et que chacun trouve sa place 🙂 À très vite sur le blog, la chaîne youtube, ou ailleurs 🙂

      Répondre
  • Bonjour,
    en vous écoutant, il me vient l’envie de réorganiser ma classe tout autrement, pour permettre justement plus souvent des moments d’apprentissage actif et autonome. En permettant aussi l’ouverture aux intelligences multiples pour permettre aux enfants de découvrir avec leurs 5 sens mais aussi plus spontanée et naturelle, bref éveiller leur motivation, leur plaisir d’apprendre.

    Répondre
    • Wowwww, alors si ces vidéos ont permis cela c’est juste génial !!!! Merci beaucoup de ce retour si positif ! J’ai hâte de lire comment cela va changer les choses et avoir votre feed-back 🙂

      Répondre
  • Pour moi depuis que j’ai vu le dvd de être et devenir cela a été une évidence par contre le fait du contrôle chaque année ne m’aide pas vraiment a passer le cap alors je fais un moitié moitié un peu d’apprentissage actif le matin et libre l’après midi et puis parfois la pression de l’entourage surtout les parents est telle qu’il n’est pas facile de lâcher prise complètement pour aller vers les apprentissages autonomes et finalement nous aussi nous sommes des esclaves de la société et permettre les apprentissages autonomes nous demande de trouver notre propre liberté et notre propre confiance en nous meme.
    merci pour ta transmission

    Répondre
    • Je suis entièrement d’accord avec vous Alexandra, on peut être convaincue par une façon de transmettre et ne pas réussir à la mettre en application comme on le souhaiterait pour toutes les raisons que vous avez énumérées : la pression sociale et familiale, les contrôles que l’on veut pouvoir traverser le plus sereinement possible, etc. Mais ce qui est important c’est d’être à l’écoute, de soi et de ses enfants et d’avancer comme on le peut en renonçant à ce qu’il est possible de renoncer et en faisant les choix les plus judicieux. Et chaque famille a ses propres choix. Courage 🙂

      Répondre
  • Merci pour ces supers vidéos, qui m’aident énormément dans mon questionnement sur les apprentissages. Je suis enseignante remplaçante en colleges et lycées, et j’essaie toujours de rallumer la petite lueur dans les yeux de mes élèves. Je pratique autant que possible l’apprentissage actif – c’est possible dans une classe de 30, mais encore faut-il tenir côté énergie!! La relation prof-élèves s’enrichit incroyablement, en étant à l’écoute, en encourageant, en prenant le temps de répondre à TOUTES les questions sans PRESQUE jamais perdre patience 🙂
    Avec de plus en plus d’enfants en situation de décrochage, il est important de trouver des solutions.
    Je suis également maman d’un petit garcon qui vit avec autisme et qui est pour l’instant scolarisé en école ordinaire – là aussi, beaucoup de questionnement!!
    Merci pour votre travail qui incroyable, vous faites bouger les choses!!!

    Répondre
    • Merci Fabienne pour vos si gentils mots. Et Merci de tenir compte des besoins de vos élèves et de leur situation de décrochage pour essayer de rallumer cette lueur comme vous dites. Les élèves ont besoin de plus d’adultes comme vous pour les accompagner 🙂 Courage dans votre travail qui n’est pas des plus faciles !

      Répondre
  • Milles merci pour vos vidéos, et vos PDF je pense qu’il me serviront avec mon petit garçon… Je les gardes dans mon ordinateur pour les relire au besoins

    Répondre
  • Je suis plus à l’aise avec l’apprentissage actif en tant qu’enseignante en maternelle et maman. Les enfants sont en autonomies dans un environnement type  » Montessori », je propose toujours a un moment une activité pour valider qu’une notion est bien comprise ou pour avancer quand je vois que l’enfant en a les capacités.sinon le reste du temps ils choisissent leurs activités.
    J’ai beaucoup aimé cette vidéo elle est vraiment très claire on retient vite ces 3 façons de transmettre et on se retrouve parfois dans les 3 selon la notion étudié.

    Merci!

    Répondre
    • C’est vrai que parfois on peut jongler entre l’une ou l’autre, selon le contexte, l’apprentissage, notre caractère, les enfants qu’on a en face de nous etc. Mais je reste convaincue que les apprentissages autonomes et actifs restent bien meilleurs et plus positifs que l’apprentissage imposé 🙂

      Répondre
  • Très interessant! dans l’idéal je dirais apprentissage autonomes biensur mais dans la pratique l’apprentissage actif serait déjà super!

    Répondre
  • Déjà en autonome ici et presque que du bonheur!

    Répondre
  • Bien difficile à mettre en pratique à l’école. L’enfant pourrait s’y perdre entre la maison autonome et l’école non ?
    Impatiente de voir la box ! Merci Anne Estelle !

    Répondre
    • AU contraire, je pense que si à la maison on peut rééquilibrer pour lui permettre d’être plus à son rythme et plus lui-même, alors au lieu d’être dégoûté à l’école et à la maison, l’équilibre peut être rétabli 🙂

      Répondre
  • Vidéo intéressante, merci.

    Répondre
  • Merci Anne Estelle une fois de plus pour cet exposé si limpide.
    Ayant pratiqué les deux premiers apprentissages, je serais très tentée par le troisième ; je le trouve de loin le plus intéressant à tout point de vue.

    Répondre
  • Merci pour votre exposé de qualité. L’apprentissage actif me semble le plus facile à mettre en œuvre .

    Répondre
  • Sans hésiter; la forme idéale d’apprentissage demeure selon moi l’apprentissage autonome… c’est un idéal ! Dans la pratique, en école Montessori, il s’agit davantage d’un apprentissage actif et participatif pour beaucoup d’enfants dont le mode d’éducation social et familial freine l’accès à l’autonomie et à la capacité d’initiative. Les enfants ne trouvent plus leur guide intérieur et recherchent des guides à l’extérieur !

    Répondre
    • C’est pour cela qu’il est important de ne pas trop les pousser dans leur retranchement, mais d’y aller en douceur. Une fois que l’apprentissage actif est bien ancré, on peut progressivement, de temps en temps puis de manière plus régulière instaurer des temps d’apprentissages autonomes. Ce qui est génial c’est qu’il n’y a pas une seule façon de faire qui soit bien, et qu’on peut sans cesse tester pour trouver l’équilibre parfait qui nous convient à nous et aux enfants.
      Merci de vos commentaires Naja 🙂

      Répondre
  • Bonsoir et merci alors je dirai qu’avec les enfants c’est apprentissage autonome et actif chacun ayant sa façon d’assimiler.

    Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle,
    Merci pour cette vidéo.
    Pour moi, l’apprentissage actif et autonome sont adaptés à mon enfant… Merci, pour le lien « Etre et devenir » de Clara Bellar, je ne connaissais pas.
    J’aime apprendre de nouvelles choses et pouvoir les mettre en place avec la collaboration de mon enfant en famille.

    Répondre
  • Bravo et merci pour cette vidéo très riche en enseignements !
    Pour moi la meilleure façon de transmettre les apprentissages à l’école c’est la forme active. Dans la famille c’est l’autonome.

    Répondre
  • Bravo Anne Estelle pour votre dynamisme et votre passion ! Il est grand temps je pense que l’apprentissage autonome fasse partie des réflexions menées par les instances chargées de l’éducation de nos enfants. Espérons que votre initiative se répandra largement.

    Répondre
    • Merci Christine, j’espère aussi que par un moyen ou un autre, les apprentissages autonomes soient pris au sérieux, pas comme une mode ou une méthode à imposer, mais comme une ouverture sur autre chose 🙂

      Répondre
  • Je suis plus apprentissage actif dans mon travail d enseignante car c’est quand même plus facile à organiser et à mettre en place avec 25 élèves et les contraintes des programmes même si de temps en temps j essaie un apprentissage plus autonome (sortie, aide volontaire, création libre…) c est vrai que la perte de contrôle fait peur car il y a aussi une question de responsabilité.
    Personnellement si j avais des enfants j aimerai bien tester plus l apprentissage autonome même si ça demande de sortir de ses vieux schémas et d apprendre soi même comment faire et lâcher prise sur certaines choses.
    Merci pour ce nouvel éclairage.

    Répondre
  • J’aimerais transmettre activement à mes garçons dans le partage mais la méthode autonome pourrait avoir la préférence de mon ainé

    Répondre
  • Chez moi, j’ouvre la voie en les guidant puis c’est surtout apprentissages autonomes. Merci pour la vidéo !

    Répondre
  • super

    Répondre
  • bien entendu, la troisième ! pourtant pas facile de l’imaginer quand on est dans le système éducatif traditionnel…

    Répondre
  • L apprentissage autonome serait l idéal !

    Répondre
  • Bonjour,

    Merci beaucoup pour vos vidéos pleines d’enthousiasme. Pour ma part l’apprentissage autonome est à privilégier mais l’apprenissage actif est une forme qui a aussi tout son sens selon l’enfant et d’autant plus si celui-ci a eu l’habitude d’un apprentissage guidé.

    Répondre
  • Merci pour ces vidéos très claires. Educatrice j’ai toujours favorisé l’apprentissage autonome et la notion de plaisir. En IEF avec mon fils aussi. Néanmoins je lui impose le programme en français et en math, même si j’adapte la pédagogie en incluant des jeux… Celui-ci aime les maths, alors il avance bien mais déteste écrire. Malgré tous mes efforts d’adaptation pédagogique, je ne me peux que me rendre compte qu’il apprend la grammaire et la conjugaison sur le moment, mais qu’il est absolument incapable de retranscrire ces connaissances par la suite. Je reste sereine en me disant que c’est à moi de savoir patienter et( trouver les astuces pour qu’écrire prenne sens pour lui. Mais il va falloir que j’explique cela à l’IA et là…

    Répondre
    • Peut-être qu’au lieu de focaliser sur les règles de grammaire, simplement multipliez les expressions écrites : poésies, textes, lettres, etc. Il ne saura peut-être pas toujours quelle fonction a tel ou tel mot, ni quel est le nom de tel autre mot. Mais s’il écrit en prenant du plaisir et petit à petit fait de moins en moins de fautes, alors c’est gagné 🙂

      Répondre
  • Bonsoir,
    Merci pour cette vidéo, encore une fois motivante.
    L’apprentissage actif est celui qui conviendrait le mieux à mes enfants et moi-même.
    Vous expliquez très bien que l’apprentissage autonome peut devenir angoissant pour un enfant, mais… il peut l’être aussi pour la maman!:-)

    Répondre
  • Bonjour
    Pour moi l’apprentissage actif est sans aucun doute le meilleur. L’enfant acteur est beaucoup plus motivé dans ses apprentissages.
    Merci pour tous ces supers outils que vous nous communiquez.

    Répondre
  • Bonjour et merci pour votre travail qui met un contenu de qualité à notre disposition j’ai mes 2 garçons en ief l’aîné 14ans est en autonomie car il est curieux de nature aussi loin que je me souvienne il a toujours fonctionné comme cela . Son cadet est plutôt dans des apprentissages actifs ça rassure maman et lui aussi à seulement 7ans se savoir accompagné peut avoir un côté rassurant même si j’ai parfois peur d’être un peu trop dirigiste. Voilà et merci encore vos vidéos sont topissime.

    Répondre
  • Je trouve l’apprentissage actif très bien, la liberté d’apprentissage qu’il laisse à l’enfant tout en donnant un cadre et un accompagnement est bénéfique.

    Répondre
  • merci beaucoup pour vos vidéos, elles sont tres interessantes et m’aide beaucoup pour les apprentissages de ma fille

    Répondre
  • L’apprentissage autonome me semble être le mode d’apprentissage le plus approprié même s’il peut faire un peu peur. Mais je me rends compte que j’utilise déjà ce type d’apprentissage à la maison. Je propose quelque chose, si mes enfants sont intéressés on continue, sinon on passe à autre chose. Quand on se promène dans la nature, j’ai remarqué que mes enfants sont naturellement intéressés par l’observation de la faune et la flore et essaient de comprendre des choses par eux-même.

    Répondre
  • Bonjour ! Bonjour !
    Alors pour moi, ce sera les apprentissages autonomes !!! oui je trouve ça simplement formidable mais je n’arrive pas toujours à mettre en pratique …
    L’autre jour, j’ai demandé à mon fils de 6 ans, s’il voulait qu’on regarde un peu ensemble les lettres pour peut être envisager d’apprendre à lire un peu … les lettres, il les connait à peu près … il n’a jamais voulu les apprendre de façon formelle, mais je sais qu’il les connaît vaguement mais ca ne l’intéresse pas, mais vraiment pas … Je sais aussi que si je m’assoies avec lui pour tenter de lui « faire rentrer les lettres dans la tête » ca va prendre des heures, des larmes, du stress de la colère … Bref, à quoi bon !!! du coup à ma question, « veux-tu qu’on s’amuse à créer des mots avec des lettres ??? » il m’a répondu : « écoute maman, apprendre à lire ou à écrire ca ne me plaît pas pour l’instant … maintenant je veux apprendre à danser !!! tu peux me trouver un cours de danse stp ? » … j’avoue j’ai souri mais au fond de moi je me suis dit « et les lettres alors ??? ». Ok…, allons pour la danse !!! on verra les lettres plus tard !

    Sinon, je pratique aussi les apprentissages actifs 🙂

    Bonne journée !

    Répondre
    • C’est bien, votre fils vous rappelle à l’ordre lol. Il y a des enfants qui sont intéressés par la lecture et l’écriture vers 9 ou 10 ans. J’imagine que dans ce cas là c’est beaucoup moins facile de respecter « le temps » de l’enfant. Parce que c’est tellement plus éloigné de la majorité des enfants. Et pourtant, quand ça se débloque, l’enfant lit très bien très rapidement et en quelques semaines c’est comme s’il lisait depuis des années. Ayez confiance en lui 🙂

      Répondre
  • L’apprentissage actif sera un bon début pour un changement vers l’autonomie…

    Répondre
  • Par manque de temps encore je n’ai lu que le commentaire qui le précède (celui d’Adeline) auquel j’adhère tout à fait …
    Du coup je trouve ça tellement difficile de faire des choix (déjà pour moi personnellement), alors faire ces choix pour d’autres que moi !!!
    Sinon dans l’absolu avec les arguments que tu présentes je dirais que oui, l’apprentissage autonome (mais aussi le participatif) paraît le plus enthousiasmant et le plus « logique ».

    Répondre
  • je favorise l’apprentissage par le jeu et la participation. l’apprentissage serait beaucoup plus passionnant par les apprenants passionnés, qui iament ce qu’ils transmettent. C’est ainsi qu’ils partage avec l’enfant ses émotions authentiques venants du coeur. A certaine age (pre à ado) l’enfant recherchent des idols, alors donnant la liberté à ces enfants d’imaginer, de créer et de dessiner leurs rêves. Merci encore pour cet magnifique partage et Bravo pour cette belle initiative.

    Répondre
  • Aujourd’hui, je suis plutôt pour un apprentissage actif pour mes filles car elles ont l’habitude d’un apprentissage guidé et que je pense qu’un apprentissage autonome serait trop déstabilisant pour elle. Je me pose aussi des questions concernant les apprentissages autonomes. Cela a l’air très bien en théorie mais je crains un peu que l’on oublie aussi l’apprentissage de la frustration. En effet, dans la vie on ne peut pas faire que ce qu’on veut. Nous avons tous des contraintes : il faut faire des courses et préparer le repas si nous voulons manger. Lorsque l’on est salarié, l’association ou l’entreprise peut avoir une vision qui nous motive mais on peut ne pas être d’accord avec tous les moyens d’y parvenir. Nous pouvons certes changer de structure mais je pense qu’il est difficile de trouver une structure qui colle parfaitement à notre façon de voir les choses. Il faut donc apprendre à faire des concessions sur certains points pour atteindre notre objectif et en restant uniquement dans le plaisir, je crains une difficulté d’insertion professionnelle.

    Répondre
    • Concernant les frustrations j’aimerais juste donner mon avis : les frustrations font partie de la vie comme vous dites, et même si on n’oblige pas l’enfant à apprendre quelque chose, il rencontrera ces frustrations. Et personnellement je pense que les frustrations sont nécessaires pour la vie réelle. Mais je ne vois aucune légitimité à obliger un apprentissage pour apprendre la frustration. Alors que devoir arrêter de jouer parce que c’est le moment d’aller chercher quelqu’un à la gare, ou d’aller faire les courses, derrière il y a une réelle obligation. Ensuite, l’enfant apprend en grandissant à se fixer lui-même des objectifs et à passer ses propres contraintes et frustrations. Par exemple, Djanaé a décidé quand elle a commencé à lire, de lire chaque jour 2 pages de son livre. C’était son objectif. Pas le mien. Et les jours où elle n’avait pas envie je ne l’ai pas rappelée à l’ordre, par contre si elle ratait un jour, d’elle-même elle se disait « comme hier j’ai pas lu, j’en lis 4 aujourd’hui »… Un petit exemple comme quoi, les apprentissages autonomes riment avec auto-discipline 🙂

      Répondre
  • Je pense que l’apprentissage actif dans mon métier d’enseignante est celui qui me permettrait de trouver le véritable équilibre…. merci pour cette mise au point avec des exemples simples

    Répondre
  • Merci
    Cependant à chaque vidéo j ai toujours un peu plus de peine et de tristesse de laisser mes enfants dans le système classique.
    Le mimétisme , quand l enfant nous observe est selon moi un formidable outil d apprentissage

    Répondre
  • En tant qu’enseignante, j’ai le sentiment d’être enfermée dans l’apprentissage guidé dans les moyens surtout (manque de temps et obligation de résultat…) alors que je préfère l’apprentissage actif,que l’on nous fait « croire mettre en place » avec les nouvelles methodes d’apprentissage mais sans nous en donner vraiment les moyens (classe surchargée entre autre) et aucune liberté pour l’apprentissage autonome. C très dur d’être aussi partagée ! D’où toutes mes attirances et mes recherches sur la pedagogie Montessori depuis quelques années. Donc je préfère l’apprentissage actif avec sa part d’apprentissage autonome. Merci pour ces belles vidéos !

    Répondre
    • Je ne savais pas que les enseignants avaient une obligation de résultat ? C’est écrit nulle part. Bien sûr, on vous met la pression pour que le programme soit terminé, mais vous n’êtes pas mieux payé si tous les enfants connaissent le programme de l’année ? Vous n’êtes pas non plus sanctionné si à la fin du CM2 une grande partie des enfants ne sait pas bien lire ni comprendre un énoncé, ni calculer… Et ce ne serait pas juste de l’être en sachant que les moyens donnés pour y arriver sont impuissants et inefficaces. Donc le plus dur, finalement, c’est d’écouter la voix en soi et faire taire les autres qui essayent de vous culpabiliser parce que vous faites différemment. Mais ce n’est que mon avis 🙂

      Répondre
  • Apprentissage actif

    Répondre
  • Mon fils de 8 ans vit assez mal l’apprentissage à l’école, l’apprentissage autonome ou même guidée sera beaucoup plus adapté pour lui. Le problème qu’il y a c’est mon absence de la maison pendant toute la journée.

    Merci pour la vidéo.

    Répondre
    • Parfois, certaines personnes qui ne peuvent pas aménager leurs horaires pour faire l’instruction à la maison, peuvent embaucher une jeune fille au pair ou même une nounou qui garde les enfants la journée et qui suit les « orientations » déterminées par les parents. Et les parents prennent le relais le soir, les week end et les vacances. C’est peut-être une option envisageable dans votre cas ?

      Répondre
  • L’apprentissage active est déjà très bien. Les enfants choisissent suivant les propositions. L’apprentissage autonome me parait plus difficile à mettre en place car souvent les enfants ont besoin de cadre sinon ils sont perdus et ont du mal à se lancer! c’est peut-être aussi que ce n’est pas habituel et on ne sait pas faire!

    Répondre
  • C’est sur que l’apprentissage actif est le plus efficace. Matéo 5 ans a décidé d’apprendre les pays. Alors tous les jours, on les répètent en les montrant sur la carte. Il adore ! Noémie 3 ans voudrait déjà savoir écrire, alors elle s’entraine déjà !

    Répondre
  • L ‘apprentissage actif me paraît être la première étape quand on n’a toujours connu que l’apprentissage guidé…..car il faut déjà un sacré travail sur soi pour s’émanciper de nos habitudes

    Répondre
  • Bonjour et merci pour cette vidéo claire, concise, qui m’a éclairci les idées . J’ai enseigné à l’Education Nationale puis je me suis formée à la pédagogie Montessori et ouvert une école Montessori donc dans un fonctionnement apprentissage actif . Le résulta est extra pour les enfants et source d’un plaisir immense pour moi.
    Je m’informe, me documente sur les écoles démocratiques et donc les apprentissages autonomes car une envie d’y emmener mes élèves : vous avez mis le doigt sur ce qui me retient, me freine à savoir que ce type d’apprentissage ne correspond pas à tous les enfants et surtout qu’il est difficile à mettre en place pour certains qui viennent de l’école classique car ils sont perdus dans cette trop grande liberté.
    J’en conclue qu’il n’y a pas une façon unique de faire mais s’adapter à chaque enfant donc je continue sur ma voie : proposer un apprentissage actif et autonome avec l’objectif de les emmener vers un apprentissage autonome qui à mon avis est le plus pertinent pour que les enfants deviennent des adultes épanouis, capables de s’adapter au monde de demain.
    Et pour mes 4 enfants je tends vers le plus d’autonomie : cadre et limites pour un vivre ensemble et leur sécurité mais respect de leurs choix, rythmes..

    Répondre
    • Il y a le super exemple de l’école Montessori de Sophie Rabhi « la ferme des enfants » dans le hameau des Buis. C’était une école 100% Montessori qui petit à petit a glissé vers les apprentissages autonomes. Aujourd’hui c’est officiellement une école démocratique avec du matériel Montessori pour les enfants qui veulent l’utiliser 🙂

      Répondre
  • A la maison, j’aime mettre beaucoup de chose de bonne qualité à leur disposition pour qu’ils puissent choisir, que ça leur donne des idées.
    L’apprentissage actif et aussi autonome marchent très bien chez les petits après plus ils vont à l’école, plus c’est difficile de leur donner envie d’apprendre à l’exterieur de l’école mais je ne perd pas espoir de retrouver des moyens qui les captivent…

    Répondre
  • j’aimerais offrir un contexte d’apprentissage autonome à mes enfants, mais pour l’instant ils sont scolarisés dans une école internationale (nous vivons au Québec) qui offre souvent des contextes d’apprentissage actif. À la maison, nous complétons avec plus d’occasions d’apprendre autonomes. Parfois, nous devons insister pour créer des occasions d’apprentissage pour notre perfectionniste qui a peur de faire des erreurs, et c’est aussi parfois difficile de concilier les apprentissages imposés par l’école ainsi que les intérêts de 3 enfants et 2 adultes…

    Répondre
  • L’apprentissage Autonome sans aucune esitation , tellement plus passionnent pour tous .

    Répondre
  • L’apprentissage autonome si l’éducation des enfants est une Vrai passion et qu’ on a le temps et l’envie de le leurs faire découvrir le monde et qu’ on a l’énergie et le temps de bien les écouter

    Répondre
  • Je pense que l’apprentissage actif voire semi-autonome serait l’idéal.

    Répondre
  • belle analyse!!!!!!!! pour moi l’apprentissage actif, merci

    Répondre
  • Les Apprentissages autonomes sont l’idéal pour moi, mais avant d’y arriver j’ai encore beaucoup de travail à faire sur moi. LACHER prise:-)
    Merci beaucoup pour ces vidéos, les contenus très clair et juste. Ça me rebooste.

    Répondre
  • Patience lâcher prise et ne pas être dans l’attente du résultat pour moi et rendre mon enfant acteur de ses apprentissages.

    Répondre
    • Ne pas être dans l’attente du résultat. C’est exactement ça. Très difficile dans notre société qui classe tout le monde en fonction des résultats. Finalement, l’objectif n’est pas le résultat mais le plaisir dans le chemin parcouru pour y arriver. Le résultat est la conséquence logique. Merci 🙂

      Répondre
  • Pour mes petits bouts de 0 à 3 ans, il est clair que j’opte pour l’apprentissage autonome…

    Répondre
  • Merci pour cette vidéo qui ose dire qu’une autre forme d’apprentissage est possible !
    Je réfléchis comment mettre en place l’apprentissage autonome….

    Répondre
  • Pour moi c’est entre l’apprentissage actif et autonome. Mais nous sommes tellement formaté qu’il est difficile en tant que parent de ne pas « contrôler » l’apprentissage de nos enfants.

    Répondre
  • Pour nous ce sont les apprentissages autonomes mais c est toujours compliqué de s y tenir car il y a une pression sociale très importante . Mais pour mes enfants c est le plus encourageant enfin pour le moment car parfois les envies et façons d apprendre peuvent évoluer

    Répondre
    • C’est vrai que le regard des gens (et leurs commentaires) peuvent nous bousculer et nous faire douter. Mais si vous êtes convaincue, la remise en question sera toujours positive. Pas pour faire en fonction des gens mais en fonction de vous, de vos enfants, des circonstances. Ayez confiance en vous !

      Répondre
  • Pour moi l’apprentissage idéal est un mélange entre éducation active et autonome. Je pense que cela dépend de l’enfant. Avec nos 2 grands (3 et 4 ans), nous faisons essentiellement de l’apprentissage autonome, mais également active, car je leur propose de temps en temps du matériel de type Montessori et ils apprécient aussi beaucoup. Merci beaucoup pour cette nouvelle vidéo.

    Répondre
  • Merci pour cette nouvelle vidéo. Je pense que l’apprentissage le plus adapté selon moi est l’apprentissage actif ou participatif. Je me rends compte que malheureusement je suis plutôt sur l’apprentissage guidé mais je compte bien essayé d’y remédier petit à petit grâce à votre éclairage.
    Merci

    Répondre
  • bonjour
    aujourd’hui l’apprentissage Montessori conviendrai le mieux à mes enfants
    le primaire n’a pas été très favorable pour eux ils sont en difficultés scolaires
    donc je les aide comme je peux
    merci pour la vidéo

    Répondre
  • Bonjour merci pour tout les conseils!
    Je suis convaincu par l apprentissage autonomne mais la mise en place ainsi que gerer l entourage peut etre tres difficile!
    En tout les cas je souhiaite autre chose pour mes enfants car je comprends mon manque de confiance en moi et mon impossibilite a aller au bout de mes projets le besoin de toujours demander regarder comment faire et j en passe…..

    Répondre
  • bonjour et merci pour ces explications,toujours très intéressant …pourquoi pas mixer les apprentissages!après tout nous sommes tous différents.

    Répondre
  • Bonjour,

    Merci pour votre vidéo. Pour ma part, j’aimerais laisser ma fille complètement autonome face à ses apprentissages. Mais il est vrai que ma formation, ex instit, me mène facilement vers un apprentissage trop guidé, ou dirigiste
    Alors si je parviens à un apprentissage actif dans certains domaines car c’est moins stressant pour moi, j’ai l’impression de « contrôler » un peu, et beaucoup d’autonomie par ailleurs ce serait parfait

    Répondre
  • Bonjour

    J’aimerais tester vos box auprès d’enfants à besoins spécifiques scolarisés en milieu ordinaire à mode de transmission « guidé » et/ou « actif » et voir si cela leur conviendrait pour progresser et prendre du plaisir dans leurs apprentissages. Ce sont souvent des enfants dont on oublie le libre arbitre, qui se voient sans cesse imposer des « choix » pour leur bien, et dont on cherche trop peu les compétences au vu de leurs empêchements… Merci de m’envoyer un échantillon de vos box. Merci pour votre travail.

    Répondre
  • Bonjour

    Je suis plus pour l apprentissage actif , c’est celui que j’essaye de mettre en place avec mes élèves , mais les apprentissages autonomes je les laisse pour les enfants , le week end , après l’école … Je ne suis pas a l’aise a leur laisser autant d’autonomie sur des matières importantes , ce n’est pas envisageable pour moi .
    Merci pour cette vidéo

    Répondre
    • Au moins vous savez où vous en êtes, et comme je le dis dans la vidéo, il ne faut pas aller contre ses convictions, le but c’est aussi d’être à l’aise, pour que les enfants se sentent bien 🙂

      Répondre
  • MERCI pour cette vidéo je me pencherai plutot sur l’apprentissage actif.se ne sera pas si simple mais qui ne tente rien n’a rien

    Répondre
  • Je suis convaincu par les apprentissages autonomes! J’aimerais tellement qu’une école dynamique se créé près de chez moi!
    Merci pour votre travail!

    Répondre
  • Etant moi-même enseignante en collège, je suis confrontée quotidiennement au problème de démotivation chez certains élèves. je partage donc votre avis sur l’apprentissage actif même si je sais aussi qu’il implique beaucoup d’organisation pour être pleinement efficace avec sa classe. Merci pour vos vidéos !

    Répondre
  • Les apprentissages actifs et autonomes sont pour moi la meilleurs façon de transmettre à nos enfants, ce deux modes d’apprentissages bienveillants et en adéquation avec le développement de l’être humain.

    Pas toujours évident à mettre en place lorsque nous avons reçu nous-même un mode d’apprentissage guidé et une éducation rigide!! Grâce à des personnes comme vous, qui partagez des outils, on peut tendre vers une transmission bienveillante, passionnante pour nos enfants.

    Répondre
  • Tout d’abord, encore merci pour cette nouvelle vidéo qui m’a permis de découvrir l’apprentissage autonome que je ne connaissais pas. Je vais répondre à la question de mon point de vue d’enseignante: c’est effectivement l’apprentissage actif qui correspond le mieux, à mon sens, au contexte scolaire. D’ailleurs, nous sommes de plus en plus nombreux à tendre vers ce mode d’enseignement, notamment dans les nouvelles générations d’enseignants, et les nouveaux programmes (en tout cas ceux de maternelle, je ne connais pas ceux de l’élémentaire!) vont dans ce sens. Et ce n’est déjà pas si évident que ça à mettre en place quand on a été formé selon le mode guidé et que nous même avons été scolarisés selon ce mode…il faut lutter contre des habitudes ancrées en nous et modifier radicalement nos gestes professionnels et notre posture dans la classe. Mais avec de la volonté, ça va venir avec de la pratique et du temps! Le mode autonome n’est pas inintéressant, mais effectivement très éloigné de nos habitudes et de nos pratiques actuelles et difficilement applicable en classe. Selon moi, il correspond plus à un mode d’apprentissage utilisable à la maison, en complément. Mais je parle dans le vague car je le découvre à l’instant dans la vidéo et je ne sais donc rien sur le sujet…pourquoi pas à plus long terme!

    Répondre
    • Merci pour votre retour Karine. C’est vrai qu’on réalise que nos habitudes et ce qu’on a toujours connu, même si ça ne nous plaisait pas étant enfant, on a tendance à le refaire inconsciemment. C’est une prise de conscience continuelle et une observation de soi en permanence qui permet d’avancer positivement 🙂 Le chemin n’est pas toujours facile mais de savoir qu’on est de plus en plus nombreux sur ce chemin, c’est très motivant 🙂

      Répondre
  • Merci pour cette vidéo ! L’apprentissage autonome est sans doute celui qui correspondrait le plus à mon fils…

    Répondre
  • merci encore pour cette vidéo, tres bien faite !! je suis maman, et j’aime suivre l’apprentissage de mes enfants et leur proposer aussi des choses. Mais je me rends compte que je suis dans le mode guidé alors que je veux être dans un mode participatif (voir autonome pour certains moment), où l’enfant à une plus grande liberté qui j’en suis convaincue l’aide à garder/développer sa créativité. l’image du jardin me parle beaucoup et je vais réflèchir à sa mise en application.

    Répondre
  • Ma passion c’est la littérature et en effet, c’est en me voyant lire et raconter les histoires que mon fils est devenu un lectivore!!! La lecture n’est pas imposée au couché, c’est quand on veut et aussi longtemps qu’on le souhaite.
    ça donne vraiment à réfléchir tout ça!! Merci beaucoup.

    Répondre
  • bonsoir
    déjà intéressée par Montessori, je suis freinée dans mon élan d’apprentissage autonome par… mon passé (passif?)
    pour les tout petits (je suis assistante maternelle et maman d’une enfant de 2 ans presque et demi) je fonctionne beaucoup en autonomie mais dès qu’il s’agit d’acquisition scolaire (écriture etc…) je me tourne plus vers l’apprentissage actif. en tout cas merci pour ce partager, ça fait réfléchir et avancer.
    Elsa

    Répondre
  • L’apprentissage actif… Mais que c’est dur de s’écarter des apprentissages qu’on a suivi !

    Répondre
  • je veux juste voir à quoi ça ressemble. Merci.

    Répondre
  • les apprentissages actifs et autonomes me semblent les plus en adéquation avec notre naturel humain
    merci pour ce partage !

    Répondre
  • Après avoir suivi une formation Montessori, j’adhère évidemment à l’apprentissage actif !

    Répondre
  • Bonjour,
    je vois comment mon fils de 3 ans apprend par lui même sur le thème qui le passionne …mais j’ai peur que l’école public casse un peu tout ca….

    Répondre
  • Anne-Estelle, pour ma part, je suis pour un mix des 3 méthodes en fonction des sujets. Mais ce n’est pas encore très clairs pour moi, mes filles sont encore petites.
    Merci pour votre belle énergie.

    Répondre
  • J’opte pour l’apprentissage autonome. Je pense que les enfants doivent apprendre à leur rythme. c’est plus motivant.

    Répondre
  • L’apprentissage actif a ma préférence : guider son enfant tout en lui permettant d’être acteur dans la compréhension des connaissances à acquérir! merci pour vos conseils!

    Répondre
  • Intéressant, je suis plutot sur l’apprentissage actif avec mon fils et autonome avec ma fille, plus curieuse.

    Répondre
  • Merci pour ces vidéos ! et bravo. Je partage l’avis sur la méthode « imposée » de l’école traditionnelle et rêverais de savoir/pouvoir faire l’école à la maison pour mes enfants… A vrai dire l’apprentissage actif me semble le plus accessible.. sauf que dans ma région (lyon) il y a peu d’écoles qui proposent cette solution type montessori et que l’engouement justifié remplit les classes très vite…

    Répondre
  • Merci pour ce beau travail !
    S’adresse-t-il aussi pleinement aux parents dont les enfants sont scolarisés ?

    Répondre
    • Bien sûr, les box sont autant à destination d’enfants scolarisés qu’en instruction à la maison. Ce sont des activités à faire les jours où il n’y a pas classe, ou le soir si le thème passionne vraiment l’enfant, ou encore pendant les vacances. C’est pour cette raison que j’ai mis aussi 2 box par mois au lieu de 4, pour permettre aux enfants scolarisés de ne pas avoir une cadence trop élevée parce que le but n’est pas de suivre un marathon ni même un programme mais de s’amuser avec les box.

      Répondre
  • Un grand merci pour tous ces éclaircissements sur les apprentissages. Personnellement, je suis une convaincue de l’apprentissage actif. C’est d’ailleurs pour cette raison que mon fils aîné va dans une école Montessori et que son petit frère va suivre dans très peu de temps.
    J’avoue être mal à l’aise avec l’apprentissage autonome qui en soi, est sans doute une bonne façon de transmettre, mais il faut pour cela être à l’aise avec cette méthode et comme vous le dites, il ne faut pas que cette autonomie dans l’apprentissage soit source d’angoisse pour l’enfant.
    Donc, pour répondre à votre question, pour moi, l’apprentissage actif est une très bonne méthode.

    Répondre
  • Les apprentissages autonomes me conviennent le mieux ; je trouve que cette approche est la plus vivante et la plus naturelle qui soit. Elle correspond bien aussi à la relation que j’ai avec mon fils. Sa soif d’aller vers le monde, en prise directe avec la réalité, sans passer par un apprentissage théorique graduel, progressif (je fais, et si je ne suis pas satisfait je recommence… _ c’est pas bien vécu par lui. Il fait quand il maîtrise déjà, d’en la période « d’incubation » il ne s’exprime pas beaucoup)

    Répondre
  • Pour ma part, je préfère l’apprentissage actif combiner à l’apprentissage autonome. Chez moi, au Québec, il est question d’une pédagogie ouverte axée sur la découverte. En visionnant vos capsules, je fais beaucoup de liens et c’est fascinant. Merci!

    Répondre
  • Bonjour, Oui l’apprentissage autonome est le meilleur pour l’enfant. Mais nous vivons en société. Donc cela implique des contraintes et celles-ci sont allées en s’accroissant. Dans le cadre d’une famille ayant son enfant inscrit dans une école de la République, l’apport de la famille doit, en général, être important en ce qui concerne le suivi, l’ouverture sur le réel. Ce qui n’est pas toujours facile pour de multiples raisons.
    Conclusion : utiliser les 3 méthodes que vous proposez. En ayant un ou des objectifs limités dans le temps.
    Ce qui me gêne peut-être le plus c’est l’évaluation, pratiquée même en maternelle. Avec des couleurs, des plus ou moins etc… Comment un enfant peut-il s’épanouir quand il ne voit que des signes négatifs? Comment les parents peuvent-il se sentir? L »enseignant étant pris lui aussi dans des situations parfois difficiles dans certains quartiers. L’enseignement doit être diversifié en activités variées pour que chaque enfant soit valorisé au moins dans un domaine.

    Répondre
  • Bonjour et merci
    Le top serait l’apprentissage autonome

    Répondre
  • Les vidéos sont toujours intéressantes et les commentaires d’autant plus !!! Celui d’Ocie concernant la méthode allemande me plait beaucoup. Et c’est vrai quand France on est quand même psycho rigide bien que je vois des évolutions qui me plaisent beaucoup. Le nouveau programme appliqué dans l’école de mes enfants avec des temps d’activité libre (autonomie) et la valorisation des réussites seulement se rapproche plus de la méthode Montessori.

    Répondre
  • Bonjour! j’ai regardé cette video avec interêt parce que les formes d’apprentissage sont en effet très différentes d’une école à l’autre et d’un pays à l’autre. J’habite pour ma part en Allemagne où les enfants ne sont pas scolarisés avant 6 ou 7 ans (selon le mois de naissance). Avant, ils peuvent aller en crèche et au Kindergarten où les enfants sont libres de faire ce qu’ils veulent: jeux libres, coloriages, bricolages, etc. C’est très semblable à un apprentissage autonome car ils apprennent quand même des tas de choses même si ils décident de jouer toute la journée de manière libre. L’apprentissage est accès sur la vie en communauté, le partage, etc. On ne demande pas à un enfant d’apprendre l’alphabet, ni de faire des exercices pour commencer à apprendre à lire, écrire, compter. Ils jouent.
    Ma fille aura bientôt 6 ans, elle sait écrire son prénom, celui de ses petits frères, « maman », « papa », car elle nous a demandé, elle ne connaît pas en revanche toutes les lettres de l’alphabet (ni même la moitié, juste quelques unes), ne manifeste aucun interêt pour les mois et les chiffres par exemple et pour des tas de choses « scolaires ». Elle n’a pas de pression, c’est le cas des autres enfants autour donc cela ne pose pas de problèmes. Evidemment, comme ailleurs, les enfants se comparent entre eux et aiment savoir les même choses. Parfait exemple: ici on apprend en général à nager avant de rentrer à l’école, c’est à dire à 5 ans. Ma fille voulait donc absolument savoir nager comme ses copines. La motivation aidant, elle a appris très vite.
    Petit détail pas négligeable quand même: l’école est obligatoire à partir de 6 ans, ce n’est pas comme en France où seulement l’instruction l’est.
    Elle rentrera donc à l’école à la prochaine rentrée scolaire à 6 ans 1/2. Ce n’est que le matin, mais l’enseignement est rigide et risque de ne pas l’amuser, surtout après avoir passé 6 ans 1/2 à faire ce qu’elle veut, où on ne peut pas avoir « juste » ou « faux » et où chacun fait vraiment les activités qu’il souhaite sans se forcer. Je ne me fais pas de soucis, elle s’adaptera, comme tout le monde et elle passera ses après-midis à faire ce qu’il lui plaît. Je voulais juste témoigner d’une autre forme d’apprentissage où on commence très tard à apprendre l’écriture et la lecture par rapport à la France, sans que cela ne pose aucun problèmes pour la suite. Du coup,je m’adresse aux parents dont les enfants de 6-7 ans ne savent toujours pas lire/écrire/compter: pas de soucis, de l’autre côté du Rhin on en fait pas tout un plat. Qu’ils jouent, la vie est longue 🙂

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ce super témoignage. Je pense que même si les apprentissages sont rigides une fois l’école obligatoire, comme il n’y a cours que le matin, c’est plus facile de se dire « je fais l’effort demandé le matin pour me concentrer, et l’aprem je fais ce que je veux ». En France, il n’y a pas de « je fais ce que je veux ». Jamais. Ou alors le mercredi après midi et le samedi. C’est pas suffisant, l’enfant a besoin de ces temps chaque jour. Et souvent en rentrant en fin de journée il y a les devoirs etc. C’est très dur.
      Ceci dit, je ne comprends pas pourquoi l’Allemagne a conservé cette loi de Hitler qui interdisait l’instruction à la maison. Mais c’est un autre débat.
      Merci en tous cas de nous permettre de voir ce qu’il se passe ailleurs, pour mieux réaliser à quel point on met la pression très tôt aux enfants français…

      Répondre
  • Merci pour tous ces partages!!

    Répondre
  • J’ai envie de tester les différentes méthodes avec ma fille afin de voir laquelle lui correspondra le mieux.

    Répondre
  • Super vidéo ! Belle synthèse, rapide et efficace 😉 Bravo pour l’exemple très parlant !
    Ma fille a la chance d’avoir un apprentissage guidé en maternelle mais je suis effectivement convaincue du bien fondé de l’apprentissage automne.
    Nous sommes tous différents et c’est une richesse. Le monde fonctionnerai bien mieux si chacun d’entre nous se contentait de donner le meilleur de soi-même dans ce qu’il aime.
    Merci Anne-Estelle !

    Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle, selon moi la meilleur façon de transmettre et de pratiquer l’apprentissage autonome. C’est je pense comme tu l’explique très bien dans ta vidéo la meilleur façon de partager une passion mais pas seulement, de surtout ne pas le dégoûter des apprentissages. Merci pour tout tes bon conseils. j’ai déjà acheté ta poutre du temps et je tenais à te dire que les enfants adorent. Aussi, je vois déjà une progression dans leur repérage dans le temps. Merci encore.

    Répondre
    • Avec grand plaisir Nathalie 🙂 Super pour le calendrier des enfants. C’est une avancée monumentale pour un enfant de maîtriser le temps qui passe et la poutre du temps permet cela juste par le jeu. Merci de ton retour.

      Répondre
  • Merci pour tous ces bons conseils qui font plein de sens. Je crois que le fait d’aborder l’apprentissage en faisant un parallèle avec quelque chose qui nous passionne sera très profitable. Mes enfants en ont marre des leçons et c’est toujours une corvée au retour de l’école.

    Répondre
  • Je me sens plus réceptive à l’apprentissage actif.

    Répondre
  • merci pour le partage très très intéressant et motivant je tacherai d’ appliquer avec les enfants dans mon association LE PREMIER pas POUR LE DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS

    Répondre
  • Je me sens plus à l’aise avec l’apprentissage actif qui demande beaucoup de préparation de l’environnement et un certain lâcher prise par rapport à mon vécu scolaire. J’ai d’ailleurs adoré me former à la pédagogie Montessori et j’aime la pratiquer avec mes enfants.

    Répondre
  • Bonjour
    merci, pour ces vidéos !
    Mes enfants sont à la maison et même si les apprentissages autonomes sont l’idéal, nous sommes aussi dans des apprentissages actifs par manque de confiance (par sur les apprentissages, ni sur mes enfants) mais sur ma capacité à accompagner…alors je me réfugie dans quelque chose de plus connu, d’un peu plus scolaire où, s’ils ont le choix de la matière du moment, cela reste assez normatif en effectuant les exercices proposés dans leur livres.
    J’observe néanmoins que ce n’est pas tant des moments d’apprentissages qu’une « officialisation » de choses déjà apprises, imprégnées, dans des apprentissages plus autonomes, comme une » mise aux normes » avec l’apprentissage traditionnel : par exemple, mes enfants parlent parfaitement le français avec un vocabulaire riche, l’emploi des temps de conjugaison varié et à bon escient, mais sans savoir qu’ils font une phrase avec une proposition relative dont le verbe est conjugué au subjonctif… avant de se retrouver face à un exercice de français qui traite du sujet !

    Répondre
    • Oui je comprends votre explication. Les apprentissages autonomes ne veulent pas dire qu’il n’y a pas de formel et d’explications directes avec des exercices. Cela veut simplement dire que la leçon et les exercices arrivent à un moment où l’enfant est prêt à les comprendre et les mettre en pratique et que cela lui plait, qu’il ne se sent pas forcé.

      Répondre
  • Bonsoir,
    La méthode autonome me paraît la meilleure mais vu les méthodes employées dans les écoles, je choisirais plutôt l’apprentissage actif pour qu’il n’y ait pas un trop grand fossé entre l’école et la maison.
    Vos vidéo sont excellentes et décortiquent chaque méthode ce qui m’a permis de mieux comprendre et je vous en remercie !

    Répondre
  • Bonjour,
    Bien sûr, dans l’idéal, l’apprentissage autonome semble le plus séduisant et le plus « logique » dans le développement de l’être humain. Cependant, en tant qu’enseignants, nous ne sommes absolument pas formés à ce type d’approche et nous sommes aussi dépendants du cadre imposé par l’Education Nationale. De plus, beaucoup d’apprenants, mêmes jeunes, sont déjà formatés par le système classique. Alors, dans ces conditions, je pense que l’apprentissage actif peut représenter une bonne alternative, en apportant tout de même suffisamment de sécurité aux jeunes comme aux adultes, sans retirer aux enfants ce plaisir d’apprendre inné chez les plus petits.

    Répondre
  • L’apprentissage autonome est pour nous encore très compliqué….

    Répondre
  • Bonsoir
    Je vous remercie pour ces vidéos très explicites et intéressantes.
    Pour bien les absorber, il va falloir que je les visionne plusieurs fois. J’ai mis en place quelques ateliers autonomes pour ma fille de 4 ans mais elle n’est pas intéressée. Je pense que je vais essayer la méthode active. Peut être que cela lui correspondra plus. Merci

    Répondre
  • Ah la question de la méthode… En tant que maman-maitresse débutante, c’est tellement angoissant de se lancer sans formation !! Alors je fais ma tambouille entre les trois méthodes… en me posant des tas de questions existentielles ! Merci pour cette vidéo, elle m’accompagne dans le long et trouble chemin de l’école à la maison!

    Répondre
    • Si ça peut vous rassurer, on fait sans cesse des aménagements dans notre façon de faire l’instruction à la maison. Et c’est ce qu’il y a de mieux, il ne faut pas rester figée, mais s’adapter, en fonction de nous, des circonstances, des évènements, de l’enfant qui grandit, de ses besoins, de ses attentes, de nos erreurs, de ce qui ne fonctionne pas, etc. C’est un processus en perpétuel mouvement et c’est bien (ça évite de nous enraciner au mauvais endroit) 🙂

      Répondre
  • Ben on persévère…

    Répondre
  • L’apprentissage autonome est surement le mieux si l’enfant a accès à suffisamment de supports pour en trouver un qui le passionne.

    Répondre
  • l’apprentissage actif est à privilégier autant que possible en gardant une autonomie.enfin les miens sont petits alors à voir avec l’evolution…

    Répondre
  • Bonjour,

    Moi je préférerai l’apprentissage actif pour le moment et autonome par la suite car malheureusement on est dans l’apprentissage guidée. Mercie beaucoup pour vos conseilles.

    Répondre
  • Merci !
    et sourtout pour l’exemple de la passion, cela est très clair !
    Dans mon travail, prof de math au collège, j’aimerai au moins arriver a la 2e méthode !!

    Répondre
  • Bonjour ,
    Bien évidemment, la 3ème méthode est la mieux adaptée pour ne pas faire de l’apprentissage un moment de douleur comme il en est le cas dans nos écoles. Mais ; il y a toujours un « mais ». En effet, cette manière de faire est facile à dire mais difficile à faire. Nous comptant beaucoup sur votre partage.
    Merci

    Répondre
  • Bonjour. Je préférerais l.apprentissage autonome mais pour l’instant on est plutôt dans des apprentissages actifs ou guidés. C’est difficile pour l’adulte de lâcher prise mais j’essaye de proposer beaucoup et de le laisser choisir ce qui l’intéresse le plus. Nous sommes en IEF depuis 1 an et c’est une remise en question perpétuelle mais vraiment intéressante. J’apprends comme mon fils et ma façon de raisonner et de voir les apprentissages évolue aussi.

    Répondre
  • L’apprentissage autonome me semble séduisant et effrayant car il y a une perte de contrôle total de l’adulte. Ou peut être qu’il m’effraie tout simplement parce que je ne connais pas encore de structures qui l’appliquent et que cela signifie pour moi apprentissage à la maison donc investissement en temps personnel. Et je ne me sens pas prête pour cela car j’ai besoin de temps pour moi en dehors des enfants.
    L’apprentissage actif correspond plus à mes croyances actuelles.

    Répondre
    • En sachant que même à la maison, il est possible de faire appel à des nounous ou autres pour garder les enfants 1 ou 2 jours par semaine et avoir du temps pour vous. Nous avons la chance avec mon mari d’être les deux à travailler à la maison, mais on apprécie quand Djanaé va chez sa mamie 1 jour par semaine 🙂 En tous cas, vous êtes honnête envers vous même et ça prouve que vous allez trouver les solutions qui vont vous convenir 🙂

      Répondre
  • Bonjour,
    Merci encore pour cette vidéo. Je pense que l’apprentissage actif est une bonne alternative pour se détacher progressivement de l’apprentissage guidé. Et en parallèle, prendre le temps de valoriser l’apprentissage autonome pour aider son enfant à s’épanouir le mieux possible.

    Répondre
  • Pour moi il faut que l’enfant soit le moteur de ses apprentissages, que ce soit lui qui demande à apprendre et que ce soit lui qui fasse!
    Super vos vidéos!
    merci

    Répondre
  • Bonjour,
    il est certain que je n’adhère absolument pas à « l’apprentissage guidé » (d’accord avec vous pour l’appeler apprentissage imposé!), mais l’apprentissage autonome me fait peur : su la théorie ok mais en pratique « trouver » dans son entourage proche un passionné (et disponible, c’est là où le bas blesse) par domaine clé à proposer à son enfant me parait être mission impossible. par exemple, je suis moi-même passionnée de nature et aimerais énormément faire partager ça à d’autres enfants (ou moins enfants…), mais je ne vois pas comment trouver le temps alors que j’ai déjà toutes les peines du monde à me garder 1h par semaine pour un loisir personnel!
    l’apprentissage actif me plait beaucoup (rassurant pour l’adulte, et possibilité d’expression, de communication, d’interaction pour l’enfant)… Malheureusement, je n’ai pas ça vers chez moi…
    En tout cas merci beaucoup pour ce que vous faites, c’est super, continuez!
    Florence

    Répondre
  • Il faut que les élèves soient acteurs pour optimiser les apprentissages. Merci

    Répondre
  • Votre concept est très intéressant
    l’observation, la mise à disposition et le laisser agir sont indipensables pour laisser un enfant exprimer ses talents

    Répondre
  • L’apprentissage participatif paraît un bon « deal » entre ce avec quoi on a grandit et l’idéal d’un apprentissage autonome. Je dis idéal car avec ma fille de deux ans je ne vois pas encore bien comment la laisser se définir des objectifs. Je pratique très très souvent le participatif dans des actions du quotidien (lorsqu’elle rechigne à s’habiller je lui fais choisir entre deux pantalons, ça passe alors beaucoup mieux par exemple…, et si elle veut le mettre elle même mais qu’il est à l’envers, qu’importe, au moins c’est elle qui l’a enfilé ! Pour ranger les jeux, je lui demande de choisir ce qu’elle veut ranger en premier,)

    Répondre
    • Après, je fais personnellement une distinction entre les règles liées à la vie en collectivité et les apprentissages (même si c’est un tout). Disons que ‘apprendre à ranger les choses à leurs places, c’est pour un bien être familial et ça fait partie de la vie de famille. Même si l’enfant ne l’accepte pas en tant que tel, il doit aussi comprendre qu’il ne fait pas que ce qu’il a envie en fonction de lui, les autres existent. Par contre, je vois une différence entre ça et le fait d’obliger l’enfant à apprendre à lire, à écrire, à compter, de telle heure à telle heure, assis à une table, etc. Et en ce sens, votre puce de 2 ans, vous ne l’obligez pas à jouer à tel ou tel jeu ? C’est plutôt elle qui choisit non ? Pour les apprentissages pour moi, c’est pareil. Car si tout reste un jeu, alors l’enfant choisira telle ou telle matière, telle ou telle découverte, comme il choisirait tel ou tel jeu. Pour lui c’est la même chose (quand on ne l’a pas obligé et que les apprentissages ne sont pas synonymes de corvée). Peut-être que ces éléments supplémentaires vous aident à mieux comprendre mes propos ?

      Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour les vidéos, cela a été une bonne piqûre de rappel.
    J’ai une classe de GS/CP. Je fonctionne une bonne partie du temps en apprentissage actif pour les GS mais pas pour les CP.
    J’aimerais donc l’année prochaine me lancer dans cette aventure de l’apprentissage actif aussi pour les CP…Grand défi !!!

    Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour vos vidéos !
    Je pense que l’apprentissage actif est celui qui doit le mieux correspondre à mon enfant, qui a besoin qu’on l’accompagne, mais a aussi besoin d’avoir un certain libre arbitre. C’est donc parti pour les découvertes et les propositions !

    Répondre
  • Bonjour ,
    L’apprentissage actif semble être une bonne alternative , j’opte pour celui ci

    Répondre
  • merci encore une fois..
    l’apprentissage guidé est évidemment has been et contre productif ! et pourtant il est tellement encore employé !! et fait des ravages car conditionne profondément l’enfant à une passivité difficilement surmontable par la suite (ma fille « check » (voire note !) même ses dessins, elle recopie beaucoup et aime faire exactement comme « c’est demandé », alors qu’avant l’école elle inventait elle-même des petites histoires ! et en même temps, elle rejette si on lui impose, voire propose, quelque chose !)
    nous avons opté pour des cpc en ief, et ça ne nous correspond pas du tout.. elle me dit clairement n’en avoir rien à faire de l’histoire par exemple ! et des sujets comme les sciences ou la géographie qu’elle aime en principe, elle ne veut pas aller plus loin et se cantonne à ce qui est écrit et demandé pour pouvoir passer à autre chose !
    les apprentissages autonomes semblent être la meilleure manière et la plus respectueuse des disponibilités, besoins de l’enfant.. mais du coup c’est dur pour le parent de lacher prise, de ne plus voir où l’enfant en est des apprentissages de base (français, maths notamment) et quizz de l’inspection !!! de plus que dans les apprentissages autonomes, elle doit avoir une certaine auto-discipline, je pense notamment aux instruments de musique, piano et guitare qu’elle a essayés (une fois !), mais ne veut pas en faire régulièrement !
    comment l’aider dans la régularité, la pousser à approfondir des sujets qui a priori l’intéressent ?!
    ça nous fait tous grandir en tout cas, parents et enfants, de se poser les questions dans ce domaines !!!

    Répondre
    • Je pense que parfois l’enfant a besoin de tester plein de choses parce qu’il est en recherche de cette passion qu’il avait avant. C’est peut-être le cas de votre fille qui essaie tel instrument puis baisse les bras. Bien sûr, on ne peut pas cautionner tout le temps cela car ça demande de l’argent. Vous pouvez par exemple lui dire que si elle décide d’essayer, elle s’engage sur l’année. C’est sa décision, mais elle s’y tient. Après, peut-être qu’en passant en apprentissages autonomes, elle va traverser une phase de « désintox » où elle va faire plein de choses et tout ce qui s’éloigne le plus de ce qui est « scolaire ». Elle en aura besoin, pour y revenir, redécouvrir l’intérêt de la découverte, et se lancer dans des projets qui lui demanderont beaucoup de discipline, mais ça viendra d’elle. Il faut avoir confiance en elle pour essayer ça et traverser cette étape où vous aurez l’impression qu’elle n’apprend rien, qu’elle ne fait rien des ses journées. Et pourtant, elle va redécouvrir l’ennui et par la même occasion apprendre à créer et imaginer des choses pour combattre cet ennui. Et petit à petit, elle va revenir vers vous pour vous demander des choses, vous poser des questions, etc. Cela ne vous empêche pas, pendant ce temps, de lui proposer de temps en temps des activités, des jeux en famille, des sorties, ou des expériences, sans jamais la forcer. Après, ce n’est qu’une proposition de ma part, mais ça peut valoir le coup 🙂

      Répondre
  • Difficile à dire, pour l’autonome il faut de la disponibilité, des moyens, des compétences et des connaissances. Donc je dirais que la forme idéale d’apprentissage serait l’apprentissage actif à l’école car elle ne semble pouvoir individualiser à ce point les apports. Et si possible, autonome à la maison.
    Merci pour cette belle vidéo!

    Répondre
  • Bonjour,
    Chez nous nous alternons apprentissages actifs et apprentissages autonomes : les enfants ont passé 6 mois à jouer aux Playmobil, malgré toutes les propositions faites de sorties et découvertes en tout genre ! Puis nous sommes retournés aux apprentissages actifs en vue de la visite de l’inspecteur 🙂

    Répondre
    • Ah oui l’inspecteur… les enfants en général comprennent bien qu’il faut un peu jouer le jeu pour être tranquilles après… mais parfois, on peut, malgré l’informel, proposer des choses à l’inspecteur, et préparer l’enfant autrement aux différents exercices qui vont lui être proposés.

      Répondre
  • Bonsoir Anne-Estelle, grand merci pour cette vidéo. elle m’apporte beaucoup!
    Je fais l’ief principalement avec des apprentissages participatifs. mais j’avoue que parfois je « tombe » dans des apprentissages imposés et que ce soit ma fille ou moi nous n’aimons pas du tout cette façon de faire, ce rapport de force.
    Je vais visionner la vidéo que tu nous conseilles sur les apprentissages autonomes, ça très intéressant. je pense que ceci conviendrait à ma fille.

    Répondre
    • Il est possible d’alterner entre apprentissages actifs et autonomes, soyez à l’écoute de vous et de votre fille 🙂 Le documentaire Etre et devenir de Clara Bellar va vous apporter beaucoup d’idées en tous cas 🙂

      Répondre
  • merci

    Répondre
  • merci pour cette vidéo, je suis enseignante et très critique avec notre système, je pense que beaucoup d’enseignants le sont aussi mais on est vie coincé entre le nombre d’enfants par classe, les programmes à respecter… moi j’ai la chance d’avoir des petits de 3 ans, et à cet âge, ils apprennent avec plaisir, à leur rythme et on fait plein de manipulation pour comprendre le monde…donc on est actif ! mais biens sûr que si j’avais moins d’enfants dans ma classe j’aimerai m’y prendre encore mieux,!

    Répondre
  • Bonjour, professeur des écoles, en quelques années je suis passée du mode dirigiste que l’on m’a enseigné à l’IUFM et qui me paraissait efficace, à une vision plus large de ce que sont les apprentissages, de ce qu’est la réussite, de ce qu’est ma place d’instit’…
    Je pratique la pédagogie active sur de plus en plus de créneaux horaires, j’utilise également les intelligences multiples (pas assez régulièrement…), je prends de plus en plus en compte chaque élève et non pas mon groupe-classe. C’est à ce jour la pédagogie qui me parait la mieux, je tends à l’utiliser de plus en plus, même si sur certaines notions je préfère rester sur du dirigé / guidé.

    Répondre
  • Je suis pour l’apprentissage actif

    Répondre
  • Marie-Elisabeth
    8 février 2017 16 h 38 min

    Merci pour cette nouvelle vidéo intéressante !

    Répondre
  • Bonjour, alors je ne connaissais pas l’apprentissage autonome. c’est ce genre d’apprentissage pour ma fille qui me plairait vraiment. L’enfant est libre de ses choix libre de s’exprimer sur ce qu’il aime ou pas. J’ai été très traumatisé à l’école publique, du fait que je suis plutôt manuelle, et qu’on voulait absolument me faire apprendre des choses qui ne m’intéressaient pas et qui ne plus ne me serrent pas à la vie adulte. Par contre je me suis éclaté une fois arrivée en bac pro dans la filière que j’avais choisi, mais je me suis vite ennuyée à être plus rapide que les autres. J’ai pensé à mettre ma fille en école calendreta, mais j’aimerais mieux faire l’IEF si mes moyens me le permettent. Alors, comment mettre en pratique cette forme d’apprentissage ?

    Répondre
    • J’ai entendu beaucoup de bien des calendretas. Et pour l’instruction à la maison vous pouvez tout à fait choisir les apprentissages autonomes, c’est ce qu’on fait nous aussi chez nous 🙂

      Répondre
  • Bonjour, je ne croit pas qu’il y ait de formes idéales, cela dépend de l’humeur de l’adulte et du thème. Et je crois même que de ne vouloir adopter qu’une seule forme de transmission, en plus d’être mission impossible ou difficile, relève plus de la rigidité que de la pédagogie, qui par définition, est l’adaptation de l’enseignant à l’enseigné. Adaptation à son niveau, à son état réceptif, émotionnel du moment, à ses capacités mentales…
    En tout cas, merci pour ces vidéos bien faites ! Joli travail !

    Répondre
  • Bonjour,
    merci pour cette vidéo. l’apprentissage autonome est de loin le plus pertinent. Cependant, l’apprentissage actif
    permet de faire des ponts avec la rigueur de l’EN. Toutefois je note l’implication des instituteurs qui cherchent
    de plus en plus à faire évoluer leurs pratiques. Je relève le même changement d’attitude des professionnels
    de la petite enfance qui se dirigent de plus en plus vers l’éducation positive et bienveillante.

    Répondre
    • Tout à fait, et il y a aussi de plus en plus de parents qui s’impliquent et s’investissent dans les apprentissages. Finalement, quand tous les adultes décident de faire au mieux, même si ce n’est pas parfait, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse faire à un enfant.

      Répondre
  • l’apprentissage autonome

    Répondre
  • L’apprentissage autonome….Le rêve… Je pense dans un premier temps à un mix entre l’apprentissage actif et autonome. Notre éducation est bien difficile à remettre en cause en ce qui me concerne mais j’y travaille…Affaire à suivre.
    Merci pour tout ces bons conseils qui font du bien.

    Répondre
  • Bonjour,

    C’est clairement l’apprentissage autonome qui me fait vibrer et qui correspond a ce que je voudrais pour mes enfants. D’ailleurs on passe a l’IEF version unschooling dans quelques mois. Maintenant il ne reste plus qu’a voir si cela correspond a mes enfants de 7, 5 et 3 ans. Mais je suis sure que oui car finalement l’etat d’esprit des apprentissage autonomes ce n’est pas que l’enfant fait tout tout seul, c’est qu’on est la pour repondre a ses demandes. Donc si notre enfant demande du formel avec livres et exercices, c’est a mon sens de l’apprentissage autonome. L’idee c’est que l’enfant dirige son apprentissage et si il veut apprendre de facon formelle et collegiale, ma foi pourquoi pas ? Meme si je suis persuadee que l’enfant basculera petit a petit dans l’informel. Ceux qui ont besoin de cadres rigides sont a mon sens ceux a qui on n’a pas permis de vivre la liberte de choix par ailleurs. Ce n’est que mon avis bien sur et chaque famille / classe / enfant a ses paricularites et donc je me garde d’emettre la moindre generalite.
    Merci pour votre video

    Répondre
    • Vous avez raison, de nombreux enfants en apprentissages autonomes décident par eux mêmes d’apprendre telle langue, telle notion de maths, etc et peuvent travailler des heures à leur bureau. Mais cette discipline vient d’eux. Et donc c’est ça l’autonomie. Personne ne les a forcé. Vive l’autonomie :-p

      Répondre
  • Merci pour cette super vidéo.
    Je pratique et suis favorable à la pédagogie Montessori (0-6 ans surtout ) et découvre avec vous et comprends (enfin) un peu mieux ce qu’est l’apprentissage autonome.
    Ca fait même un peu rêver.
    A creuser donc !

    Répondre
    • Il y a des exemples de rêve d’ailleurs 🙂 Mais cela ne veut pas dire que c’est toujours facile. Mais si certains ont réussi, sont épanouis en tant qu’adultes en ayant grandi dans un environnement d’apprentissages autonomes, alors c’est qu’on peut y arriver nous aussi 🙂

      Répondre
  • Les apprentissages autonomes me semblent bien compliqués à mettre en place dans les écoles traditionnelles aujourd’hui. En tant qu’enseignante je me sens prête mais je ne suis pas persuadée d’avoir un bon accueil des parents.

    Répondre
  • Bonjour,
    la meilleure façon de transmettre les apprentissages est celle qui reste la plus implicite possible, le problème qui se pose est le manque de matériaux pédagogique et leurs prix excessifs malheureusement.

    Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour ces connaissances! Je suis maman, et plutôt pour « laisser » mes enfants apprendre ce qu’ils veulent, quand ils veulent, leur mettre des outils à disposition pour aller plus loin (je répond à leurs questions, ou cherche les réponses avec eux, ils ont des livres à leur disposition, on peut aller à la bibliothèque, au musée, …). Mais, même si j’ai à coeur cette méthode, je me demandais si je n’étais pas trop laxiste, alors le terme « autonome » me sauve!!! ça me paraît bien plus positif maintenant, j’espère arrêter de me prendre la tête et écouter mon coeur.
    Cependant, je vois difficilement ce mode d’apprentissage à l’école. Plutôt pour « actif » à l’école et « autonome » à la maison.

    Répondre
  • L’apprentissage guidé c’est vraiment ce que l’on connait et je n’imaginais même pas qu’on puisse faire autrement. J’avoue que je prenais le même chemin pour mon fils… Merci pour cette vidéo qui permet une grosse prise de conscience et qui effectivement bouscule énormément!
    L’apprentissage actif est vraiment une bonne façon de transmettre pour moi. Je trouve que c’est un bon mélange entre l’apprentissage guidé et l’apprentissage autonome. Cela lui permet quand même d’avoir une place et une autonomie dans son apprentissage tout en donnant un cadre. J’ai peut-être tort mais je pense que c’est quand même bien de donner des cadres ne serait-ce que pour l’adaptation au mode du travail plus tard qui ne laisse pas forcément autant de liberté à l’individu.
    Cependant je me demande encore comment le concilier avec le rythme des apprentissages scolaires qui, comme vous le mentionnez dans votre vidéo, impose des connaissances à un âge donné ? Par exemple je discutais avec une amie dont le fils est en CM2 et apparemment à ce niveau il faut être capable de résoudre des problèmes « simples », ce qui n’est pas son cas. Du coup on se demandait comment aider son enfant s’il n’y arrive pas parce qu’il n’est pas forcément très intéressé ou qu’il n’a pas la logique mathématique ?

    Répondre
  • Les apprentissages autonomes sont les plus attractifs.

    Répondre
  • le système de l ‘apprentissage imposé m ‘hérisse le poil.Il se trouve que je me suis portée accompagnatrice pour l ‘activité piscine de la classe de mon fils.
    Il s’est trouvé que la veille avant l ‘activité ainsi que le matin, je le sentais en souffrance.J’ai pris la décision de ne plus le mettre à l ‘activité piscine suite à un incident qui était que l’encadrante piscine a mis volontairement la tête de mon fils sous l’eau. De là l ‘enseignante m ‘a reproché d’être présente et à même eu une attitude moralisatrice vis à vis de moi. De là à chaque fois que mon fils n ‘allait pas à la piscine quand je le récupérais le soir, il y avait toujours: »il s’est pas bien comporté à la cantine et on l ‘isole ». En tant que parent ce n ‘est pas évident et de là j ‘ai pris la décision de ne plus le mettre à la cantine. Je dois le protéger de ces personnes qui pensent avoir tous les pouvoirs sur nos enfants. Quel conseil pourrais tu m ‘apporter?Merci.

    Répondre
    • Quand un enseignant n’est pas prêt à écouter et à se remettre en question, qu’il se place en tant qu’autorité supérieure qui dicte et que les enfants (et leurs familles) doivent faire comme lui dit, je dis « fuyez ». Ce n’est que mon avis, mais ce sont autant de gestes, d’humiliations, de mots blessants et de situations irrespectueuses et même d’insécurité qui fragilisent les enfants durant la période où ils ont le plus besoin d’être accompagnés pour se construire. Et si par le dialogue l’enseignant ne comprend pas, pourquoi ne pas réfléchir à essayer l’instruction à la maison, si c’est possible pour vous bien sûr ?

      Répondre
  • Merci pour ces vidéos! Nous sommes parents d’un petit de 3 ans et avons opté pour l’école à la maison, un apprentissage autonome semble convenir à notre enfant….

    Répondre
  • L’apprentissage autonome me parait bien sûr le plus approprié, aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Ce qui me parait moins évident, c’est comment le mettre en place ! Comment apporter un panel très large de découvertes à son enfant et répondre à ses passions quand on est soi-même « enfermée » dans les limites de l’éducation que l’on a reçue (apprentissages imposés et prédominance de l’intelligence logico-mathématique) ?
    Mon fils est encore jeune (2,5 ans) donc je ne suis pas stressée par les choses qu’il « doit » connaitre (selon la « norme »). Il est dans une école Montessori et s’y plait beaucoup. Mais avec son caractère très déterminé et sa capacité de concentration immense lorsqu’il fait quelque chose avec plaisir, je pense que l’apprentissage autonome lui conviendrait encore plus !

    Répondre
  • Pour moi un » melange »ou plutôt un choix selon les circonstances d’apprentissage actif ou autonome me semble intéressante pour l’enfant et l’adulte .
    Choix qui peut être fait aussi bien par l’enfant que par l’adulte.

    Répondre
  • Je suis une enseignante… et bonne chance pour l’apprentissage autonome dans une classe d’enfants ROIS…

    Répondre
    • Il n’est pas question d’enfant rois. Les apprentissages autonomes ne veulent pas dire que l’enfant ne respecte pas certaines règles. Cela veut juste dire qu’il choisit ce qui est important pour lui d’apprendre. Pourquoi ce serait plus logique de connaître le théorème de Pythagore à 12 ans plutôt que de savoir cuisiner seul ? Qui a décidé cela et en fonction de quel(s) critère(s) ? Ce n’est qu’un exemple pour vous montrer qu’un enfant qui peut choisir ce qu’il apprend et découvre, s’implique et apprend vite. Et surtout, cela lui servira longtemps, peut-être même toute sa vie. Je ne peux personnellement pas en dire autant : 95% de ce que j’ai appris ne me sert strictement à rien. 90% a été oublié. Et ce que je sais aujourd’hui, je l’ai principalement appris par moi-même quand j’en ai eu besoin et envie. Donc il n’est pas question d’enfants rois, mais de permettre aux enfants d’apprendre naturellement au lieu de leur imposer. Mais vous avez le droit de ne pas être d’accord 🙂

      Répondre
  • Encore une video qui chamboulent tout dans mon quotidien. Je ne vous felicite pas;+)
    L ideal serait selon moi de savoir jongler entre apprentissage autonome et actif.

    Répondre
  • Oui, les apprentissages autonomes!!!!!
    Dans notre région on envisage de créer une école démocratique… alors nous sommes super motivées 😉
    Merci pour ces informations précieuses.

    Répondre
  • Nous pratiquons les apprentissages autonomes à la maison et pourtant je suis éducatrice Montessori!!
    Merci pour ton travail

    Répondre
  • Un peu de tout pour correspondre à chacun et ne laisser personne …

    Répondre
  • L’apprentissage actif est une première étape et elle peut rassurer les parents….Dans une classe de plus de 25 élèves, je pense qu’il est très difficile de mettre en pratique l’apprentissage autonome …..

    Répondre
    • Difficile mais pas impossible. Certaines structures y arrivent. Mais cela demande des aménagements particuliers, une réflexion poussée avec des objectifs et des limites clairs, une éducation aussi des enfants pour leur apprendre à évoluer dans ce nouveau système sans écraser les autres, etc. C’est beaucoup plus facile quand on commence avec des enfants en bas âge et que petit à petit ils grandissent dans un environnement d’apprentissages autonomes. C’est naturel, ils comprennent les codes et s’y investissent facilement. Instaurer cela avec 30 ados en même temps, qui ont toujours connu les apprentissages imposés c’est vraiment très très compliqué. Les apprentissages actifs sont une première étape qui demande déjà beaucoup d’énergie.

      Répondre
  • Merci encore pour cette troisième vidéo enrichissante. Avec mes filles c’est un peu un mélange des trois. Depuis toute petite, L’ainée ne m’a pas beaucoup laissé le choix. C’était plutôt elle qui dirigeait. Par exemple : quand on dansait je ne pouvais pas lui apprendre un seul pas de danse, c’est elle qui voulait m’enseigner….j’ai accepté….encore accepté mais du coup je sentais le plaisir s’en aller de mon coeur. Puis je lui ai proposé le partage…et peu à peu les choses ont évolué. Elles ont beaucoup de temps complètement autonome…Je suis à l’écoute

    Répondre
    • Les apprentissages autonomes ne veulent pas dire que les désirs de l’enfant prennent plus de place que ceux des parents. Il faut trouver l’équilibre pour que la joie soit présente en chacun.

      Répondre
  • Je mets de plus en plus en place l’apprentissage actif dans ma classe, avec du Montessori entre autre.
    Et de l’apprentissage autonome à la maison… quand les devoirs sont finis ! 🙂

    Répondre
  • f

    Répondre
  • Pour ma part, je suis convaincue que l’apprentissage autonome représente celui qui respecte l’enfant aussi bien dans son désir d’apprendre, dans son plaisir de découvrir et d’expérimenter et assure une véritable mise en oeuvre d’une démarche dynamique d’apprentissage durable.

    Répondre
  • Bonsoir, merci pour toutes ces vidéos très intéressantes! Ce en quoi je crois, ce sont les apprentissages autonomes! Mais…mon fils de presque 8 ans en ief refuse presque tout ce que je lui propose (sauf jeux, bricolages, activités manuelles type couture, expériences, bon c’est déjà pas mal!). Pour l’apprentissage de la lecture, j’ai tout essayé Alphas, mOntessori, Fransya, mais il n’est clairement pas intéressé par cet apprentissage (ou il est rebuté car il le trouve trop difficile) or je n’ai pas le choix à cause de nos inspections. Du coup, j’impose des moments où il choisi entre ces 3 méthodes, mais c’est à l’opposé de ce que je souhaite pour lui 🙁 á moins que je ne sache pas me montrer suffisamment passionnante et rigoureuse.

    Répondre
  • merci pour cette vidéo très intéressante. c’est vrai les apprentissages autonomes sont tellement éloignés de notre façon de faire, on a été tellement formaté par le système !! Mme Montessori avait quand même vu juste en observant que les enfants allaient naturellement vers ce qui les attirait et q’ils répétaient sans se lasser des gestes et activités. Mes enfants sont grands maintenant mais j’ai essayé de leur proposer pleins d’activités libres et variés quand ils étaient petits.
    Je suis impatiente de découvrir vos 3 personnages !!!

    Répondre
  • Merci
    On est en methode mixte a la maison
    unp eu de tout ca permet de satisfaire tout le monde pour l’insatnat

    Répondre
  • Merci c’eset interessant

    Répondre
  • Bonsoir,

    Vidéo très intéressante. Le lâché prise est en effet très important, comme pour l’accouchement !! 😉 . Ayant mon enfant à la crèche et ayant des activités imposés j’ai peur qu’il perde définitivement son envie d’apprendre seul… L’apprentissage autonome, l’apprentissage plaisir est en effet la clef pour s’intéresser à tout se qui se passe autour de nous. Ayant eu comme nous tous un apprentissage guidé, j’ai l’impression de n’avoir rien retenu de mes nombreuses années de scolarité et de ne pouvoir apporter rien de bien intéressant à mon enfant du coup cela aide pour le laisser lui même choisir se qu’il souhaite découvrir puis approfondir ;-)) !!!

    Répondre
  • Merci pour votre vidéo qui est très bien faite. Pour moi les apprentissages autonomes sont le mieux. C’est ce que je fais avec mes enfants. J’avais co-rédigé le projet pédagogique d’une école alternative qui n’a pas vu le jour et on s’y approcher sans y aller vraiment car, en tant qu’enseignante de l’Educ Nat, j’avais du mal à lâcher…, Mais toute cette réflexion autour des apprentissages, de l’éducation et le fait de devenir maman et de voir mes enfants apprendre naturellement m’ont convaincus. Je participe d’ailleurs au projet d’ouverture d’une école démocratique!
    Merci

    Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour ces vidéos passionnantes et instructives qui remettent en question notre modèle d’école et permettent ainsi d’essayer de l’améliorer
    De mon côté, l’apprentissage actif me parait le plus facile à mettre en oeuvre pour l’instant, l’autonome me paraissant un trop grand pas avec une classe de 30 élèves, tous avec des passions différentes.

    Répondre
    • Ce n’est pas que les apprentissages autonomes soient impossibles avec des grands groupes, mais c’est réalisable lorsque c’est une dynamique de la structure entière; Tout est alors aménagé différemment. Donc en ce sens, les apprentissages actifs sont la meilleure alternative quand on est seul(e) dans une structure à vouloir faire différemment 🙂

      Répondre
  • bonjour,
    merci pour cette vidéo. je pense effectivement que l’apprentissage actif semble le plus adapté. on va essayé de s’y mettre.

    Répondre
  • Malheureusement je ne peux pas ouvrir le fichier des 3 personnages. J’ai des hiéroglyphes. merci de m’aider.

    Répondre
  • Merci pour cette vidéo qui, par son message clair et efficace, donne à réfléchir sur comment en effet on veut transmettre à nos enfants les connaissances, compétences scolaires et de réflexion, et les savoir-faire, et qu’ils aient envie d’apprendre et de découvrir avec un réel plaisir. Je suis très attirée par l’apprentissage actif et j’essaie avec mes enfants de les rendre plus impliqués dans leurs apprentissage, mais je reviens trop souvent à la bonne vieille métthode militaire qui de nombreuses fois frustre tout le monde et rien n’est accompli ou accompli sans saveur. Dès demain je vais proposer à mes garçons de 6 et 7 ans de réfléchir à des objectifs d’apprentissage et d’intérêts et voir ce qu’ils me suggèrent. Je pense que pour l’apprentissage autonome, très séduisant aussi, il faut des moyens (pas financiers mais de déplacement par exemple), des familles autour, des fermes, des entreprises, des artisans, une famille proche et ouverte et un père très impliqué (bricolage, constructions, réparations…). Cela dit, nous visitons les fermes d’alentour dans la mesure du possible, et les enfants aiment bcp, mais c’est bien de découvrir autre chose . Merci encore pour la vidéo et j’attends avec impatience de découvrir vos 3 personnages.

    Répondre
    • Je ne pense pas qu’il faille limiter les apprentissages autonomes à certains moyens. Par exemple, cela fait plusieurs mois que je n’ai pas pu emmener Djanaé voir une exposition ou autre, et pourtant, à la maison, tout n’est qu’apprentissages autonomes. Bien sûr, on a des projets, mais comme n’importe quelle famille (en apprentissages actifs ou pas). Dans autonomes, cela veut simplement dire qu’on n’oblige pas l’enfant à faire quelque chose, et qu’on essaie de faciliter au mieux ses découvertes. Pour moi, la base est d’avoir accès à une ludothèque pour varier les jeux (qui sont excellents dans les apprentissages autonomes), à une médiathèque pour les livres, et sortir le plus souvent possible (au parc, se balader, jouer dehors, etc). Et ça, toutes les familles peuvent le faire 🙂

      Répondre
  • Vidéo très instructive relativisant les méthodes d’apprentissage dans lesquelles nous nous sommes construits. Avec le monde d’aujourd’hui qui change si vite, celles-ci sont effectivement à remanier et à améliorer. Pour moi l’enseignement doit faire participer activement les enfants pour qu’ils soient acteurs et en groupe assez régulièrement. Je ne suis pas encore convaincue de l’apprentissage autonome mais il peut être intéressant pour des enfants ayant acquis certaines bases.

    Répondre
  • Merci pour cette vidéo.

    Mon garçon (10 ans) se retrouve dans l’apprentissage. Il est très autonome.
    Ma fille aime l’apprentissage par ateliers… mais c’est toujours un apprentissage guidé.
    Pour l’école, à la maison, je la laisse plus libre et lui laisse plus d’autonomie car elle en a besoin.
    Je remarque que pour ce qui est « en-dehors » (passions, activités, intérêts…) je pratique plus l’apprentissage autonome : je propose et je vois si elle accroche ou pas. Intuitivement, je vois que c’est ce qui marche le mieux avec elle. Si ça ne l’intéresse pas, elle a tendance à se bloquer… et c’est très difficile (voire impossible) de « l’obliger »… alors je ne l’oblige pas.
    Merci de mettre de m’avoir aidée à mettre des mots sur sa façon d’être.

    Répondre
  • Super vidéo ! au début de l’IEF, j’avoue j’étais fiches, fiches et re fiches (formatage scolaire hein) évidement ça n’a pas marché. j’ai changé après avoir regardé être et devenir, le unschooling se met en place, mais j’avoue(toujours ce formatage) que j’ai encore besoin d’un cadre, je suis plus dans les apprentissages actifs, et ça ne marche pas toujours.

    Répondre
    • Il faut du temps pour effacer un formatage qui a été pendant des années. Ne culpabilisez pas du temps que ça prend, l’essentiel c’est d’avancer vers ce qui vous motive et d’être à l’écoute.

      Répondre
  • Apprendre en liberté ce qui nous intéresse. Voici ma réponse 🙂 L’idée qui me semble essentielle aussi c’est qu’au travers du « moment d’apprentissage », l’enfant puisse cultiver sa confiance en lui. Merci beaucoup pour cette vidéo très éclairante 🙂

    Répondre
  • merci pour cette vidéo. Mes enfants étant dans une école classique, ils auront forcément un apprentissage imposé mais je vais essayer de mettre en pratique l’apprentissage actif pour les devoirs à la maison pour leur laisser plus de liberté (moment, temps consacré…) et l’apprentissage autonome pour les choses que j’aimerais leur faire découvrir.

    Répondre
    • C’est une super idée. À la maison, on peut rééquilibrer les choses quand on ne peut pas changer de structure scolaire. si déjà l’environnement est sain, positif et adapté à la maison, ça remplit le réservoir pour tenir à l’école dans une structure où les apprentissages sont imposés.

      Répondre
  • Merci beaucoup pour cette vidéo enrichissante. Je vais essayer de mettre en place l’apprentissage autonome avec ma fille et j’espère pouvoir trouver une école qui prône au minimum l’apprentissage actif (pas toujours facile).

    Répondre
  • Merci pour ce partage d’informations. Je vais essayer de mettre en place l’apprentissage actif dans ma classe.

    Répondre
  • Pour moi la forme idéale de transmission des apprentissages est le plaisir.
    Avec cela tous nos sens sont mis en place.
    Merci à vous
    Celine

    Répondre
  • Très belle vidéo Anne !! comme les autres ..
    En ce qui me concerne je suis plutôt dans l’apprentissage actif , un bon compromis entre ce que l’enfant doit apprendre ( puisque enseignement classique) en respectant ses rythmes et ses plaisirs, tout en le rendant actif , participatif à cet apprentissage.
    De plus je pense que l’apprentissage autonome n’est pas inné pour chaque enfant . ( introverti, timide ..) il peut ne pas y trouver de plaisir car trop d’autonomie pour lui, il peut se sentir perdu cela dépend de la maturité, du tempérament de la confiance en lui .. tout cela ne s’acquiert pas du jour au lendemain.
    Je parle par expérience.. ( +15 ans) Chaque enfant à son propre rythme, mais je te rejoins en validant le fait qu’apprendre doit être ludique doit être une belle découverte et toujours voir le but , à quoi cela va lui servir, suis-je fait pour ça ? toujours se questionner et ré-étalonner ses objectifs et les moyens d’y parvenir, en laissant toujours une porte ouverte..
    Lorsqu’on est actif , on ne s’ennuie jamais .. et on progresse tout le temps. Merci Anne !!

    Répondre
    • Merci Pascale pour ton commentaire 🙂
      Je ne sais pas si l’apprentissage autonome ne fonctionne pas avec les introvertis. Je pense que si c’est quelque chose de naturellement enclenché depuis le début, l’enfant y trouve ses marques. Tout comme n’importe quel enfant peut s’adapter aux apprentissages actifs, mais préférer les apprentissages autonomes. Je ne peux pas être affirmative à 100% je n’ai pas assez l’expérience et les retours personnellement, mais j’ai entendus de nombreux témoignages qui me laissent croire que quand même, c’est possible.

      Répondre
  • Ma fille est très observatrice. C’est sa façon d’apprendre depuis toujours. Et laissez-moi vous dire qu’elle peut observer très longtemps avant d’oser mettre en pratique. Donc chez nous, c’est ce que nous privilégions. Je fais, elle regarde, questionne, discute les façons de faire et elle se lance!!

    Répondre
  • Bonjour,

    Encore une vidéo très instructive et motivante!
    Merci pour le travail réalisé en amont pour réaliser ces résumés.

    Répondre
  • Bonjour,
    Maman d’une petit garçon de 5 ans, assez introverti à l’école et ne rentrant vraiment pas dans le modèle scolaire actuel, je me permets de vous livrer mon avis.
    Même si je trouve l’apprentissage autonome formidable et tellement naturel (pensons à l’acquisition du langage), le plus réaliste dans notre société semblerait l’apprentissage actif !
    Ce serait déjà tellement une réussite que d’instaurer ce modèle dans nos institutions…et c’est je pense l’apprentissage le plus consensuel scolairement parlant étant donné que l’on à affaire à une multiplicité de personnalités d’enfant.

    Répondre
  • Bonjour, je suis en congé parental pour le moment et tout ce que je vois là est encore un peu prématuré pour mon bébé de 6 mois… Mais je pense que cela va me servir quand je vais reprendre le travail. J’accompagne des personnes porteuses de handicap mental qui ont souvent été enfermé dans une étiquette d’incapable, d’inadapté… Je vais pouvoir expérimenter l’apprentissage autonome avec les plus jeunes, mais je pense que pour les plus agés, un passage par l’apprentissage actif sera une transition.

    Répondre
  • Good afternoon Anne Estelle,

    J’enseigne l’anglais et je me pose des questions sur ma façon d’enseigner pour que cela l’apprentissage reste un plaisir pour les élèves comme pour moi. C’est pour cela que je suis intéressée par vos vidéos. J’enseigne au collège, les élèves que j’ai sont donc plus grands (11-15 ans). L’apprentissage actif voire autonome seraient les meilleurs. Cependant, face à la somme de travail et au nombre d’élèves je me retrouve à enseigner de façon imposée ou active. Car il faut du temps pour penser les apprentissages et les adapter aux besoins des élèves. Et lorsque l’on a plus de 100 élèves par semaine la tâche devient quasi impossible. Mais je ne baisse pas les bras et j’essaie de réfléchir pour petit à petit mettre en place des activités, des temps d’apprentissage plus actifs et autonomes. Merci pour votre partage d’expérience, ça me redonne de l’énergie !

    Répondre
    • J’imagine très bien que l’organisation n’est pas du tout la même avec quelques enfants et 30 élèves par classe. Et c’est encore plus complexe quand on n’a les élèves que quelques heures par semaine, on ne peut pas faire tout ce que l’on souhaite, et on peut aussi penser que c’est tellement peu si les autres profs ne font pas pareil. Je n’ai pas la solution mais je sais que le fait que vous y réfléchissiez fera que vous allez avoir de belles idées que vous pourrez tester et ainsi changer petit à petit pour une forme qui vous convient mieux à vous et qui plaira aux élèves. Je vous souhaite beaucoup de courage ! Sincèrement.

      Répondre
  • Bonjour,

    Pour moi et surtout ma fille, je trouve que la méthode actif est la plus adaptée. C’est celle que j’utilise depuis quelque temps sur ma fille de 2 ans et demi et qui a mon sens marche le plus. Ma fille fait se qu’elle veux quand elle le veux avec les matériels que je lui propose…. Si elle ne souhaite pas faire l’activité je range et repropose à un autre moment…. je trouve que pour son âge elle est déjà beaucoup plus éveillée que certains et je suis convaincu que c’est grâce au faite qu’elle est très curieuse lorsque je lui propose des activités…
    J’aimerais faire l’instruction en famille pour continuer dans ce sens et éviter ainsi de faire l’école traditionnelle à ma fille.
    En tout cas, je trouve votre vidéo très sympa et pratique pour se poser les bonnes questions, se remettre en question… bref ce que nous faisons tout le temps avec mon mari!
    Merci et à très vite

    Répondre
  • De nouveau plein de nouvelles notions. Merci.A mon humble niveau de nounou j’ai toujours fait des activités manuelles genre tricot, crochet,tricotin ou autre devant les enfants et attendu leur intérêt qu’il me montraient en me demandant de leur expliquer comment faire donc je sais que la dernière méthode est super!

    Répondre
  • Un grand merci pour ces éclaircissements ! Cette méthode serait une véritable révolution si elle était mise en pratique dans les écoles, mais je pense qu’on a encore quelques décennies avant d’y arriver… Amorcer ce changement en nous sensibilisant sur ces apprentissages autonomes est une mère-veilleuse manière de progresser vers cet idéal 🙂 Encore merci !

    Répondre
  • A vous entendre il semble fou que le mode d’apprentissage imposé soit encore le plus répandu…. Les choses changent peut-être… petit à petit.

    Professionnellement, avec un groupe d’enfants, l’apprentissage actif me semblerait le plus intéressant, celui que je me sentirais le plus de mettre en place. Peut-être aussi celui qui s’adapterait le mieux au système scolaire et à ses objectifs…
    Avec l’expérience et la confiance, je pourrai progressivement introduire l’apprentissage autonome, dans certains domaines.

    A la maison, par contre, l’autonomie prime ! Je propose, mets à disposition, diversifie et établis un roulement dans les caisses de jouets. Je laisse la place à la créativité (feuilles, feutres, ciseaux, colle sont accessibles en permanence) et aménage l’espace pour qu’ils puissent faire tout seul (porte-manteau à leur niveau, marche-pieds, balayette, vaisselle,…).
    Néanmoins, et ça semble paradoxal, mes enfants sont extrêmement en demande de l’adulte. Pour jouer avec eux ou pour les regarder faire. Jusqu’à déplacer leur activité, au gré de mes pérégrinations, pour être dans la même pièce que moi! L’autonomie ne créerait pas l’indépendance, bien au contraire 🙂

    En tout cas, MERCI pour votre travail et votre partage !!

    Répondre
    • C’est exactement ça, apprentissages autonomes ne veut pas dire que les enfants font tout le temps leur vie. Cela veut juste dire qu’ils sont autonomes dans le choix des activités. On propose, ils disposent. Et souvent, ils sont en demande comme vous le dites. Parce que comme rien n’est imposé, ils s’intéressent à plein de choses parce qu’ils savent que les adultes vont leur montrer et les accompagner et pas les obliger à. Merci pour votre commentaire 🙂

      Répondre
  • Merci.pour cette présentation

    Répondre
  • Encore merci, votre présentation est très bien faite. Cela va m’aider. Mais je ne comprends pas comment l’enfant peut aimer quelque chose s’il ne la connaît, de plus on peut se faire confiance et aller jusqu’au bout de ce que l’adulte ou l’enfant propose. ????
    En tout cas merci

    Répondre
    • L’enfant ne peut pas savoir s’il va aimer quelque chose ou pas. C’est pour cette raison que l’adulte est là pour lui proposer un maximum de choses à observer et à découvrir. L’enfant teste (ou goutte). Si ça lui plait on continue, sinon on met de côté. On réessaie plus tard, parfois l’enfant va apprécier quelque chose qu’il n’aimait pas avant et inversement. En ce sens, l’adulte propose, l’enfant dispose.

      Répondre
  • Bonjour Anne Estelle,

    Merci pour cette vidéo claire et inspirante.
    L’apprentissage actif et participatif est tout à fait adapté et positif pour les apprentissages de mes élèves. Cela permet de rester dans le cadre que le système scolaire nous impose mais aussi de permettre à l’enfant de faire ses choix et d’être actif de ses apprentissages. L’organisation reste à programmer.
    L’apprentissage autonome est aussi très bénéfique . J’utilise cette forme d’apprentissage en parallèle.

    A la maison, l’apprentissage autonome me semble le plus adapté auprès de ma fille. Celle-ci étant désireuse d’apprendre à lire, il s’agirait de l’accompagner sans imposer.
    Auriez-vous une suggestion de différents jeux autonomes pour accompagner ma fille dans son apprentissage de la lecture ?

    Merci beaucoup.

    Répondre
    • Selon moi, les apprentissages autonomes ne veulent pas dire de ne pas utiliser de supports classiques. Cela veut plutôt dire de proposer et de voir : si l’enfant adhère on continue, sinon on essaie autre chose. Personnellement, avec Djanaé on a fait beaucoup de jeux à l’oral qu’elle apprécie énormément (trouver des mots avec telle lettre, ou tel son). Elle avait aussi un scrabble pour petits où il y a une grille avec des encoches et il fallait positionner les bonnes lettres (qui rentrent dans les encoches) pour former les mots prédéfinis. L’enfant peut s’auto-corriger. Ensuite, et bien c’était la lecture classique mais elle a toujours refusé de lire des mots ou des phrases par ci par là. Quand j’ai sorti un premier livre de lecture avec une vraie histoire ça a été le déclic pour elle et en 1 journée elle avait appris à lire pour de vrai. J’ai donc bien utilisé des supports classiques, je n’avais pas de lettres rugueuses et je ne lui ai jamais proposé de mettre les lettres dans le même ordre qu’un mot déjà écrit. Mais ça aurait pu marcher aussi. L’essentiel c’est d’être à l’écoute. Et pour moi, de ne jamais forcer. Le déclic a eu lieu quand j’ai trouvé le bon support c’est à dire ce premier livre de lecture. Ensuite c’est allé très vite. Donc l’idée c’est d’être à l’affut pour proposer les bons outils au bon moment. D’essayer et de s’engouffrer quand ça plait à l’enfant, ou de mettre de côté dans le cas contraire. C’est ma vision des apprentissages autonomes. L’enfant décide, mais on est là pour lui proposer parce qu’on a plus de recul et d’idées pour l’aider à trouver l’outil qui lui plaira.

      Répondre
  • Bonjour,

    merci pour ces vidéos ! pour moi, la meilleure forme d’apprentissage serait l’apprentissage autonome. Le gros bémol me semble être que notre société n’est pas adaptée pour ce mode d’apprentissage : difficile de s’en sortir et de faire ses preuves si on n’a pas le cursus « classique », si on n’a pas les diplômes généralistes nécessaires : ceux qui s’en sortent sans diplôme et uniquement grâce à leur passion sont assez rare. C’est dommage, mais du coup, je préfère par « sécurité », encourager mes enfants à être le plus à l’aise possible dans le système scolaire classique tout en essayant d’ouvrir le champ des possibles et de les laisser libres au maximum à la maison et dans nos sorties.

    Répondre
    • En sachant que les apprentissages autonomes ne veulent pas dire « pas de diplôme » au contraire. Les enfants vont avoir des projets d’avenir et ils vont se donner les moyens d’y parvenir. Nombreux des enfants en apprentissages autonomes passent leur bac en candidat libre et certains empruntent la voie de longues études. Ce n’est pas incompatible. Et l’enfant sait qu’il est obligé de passer certaines étapes pour aller au bout de son projet. Mais le projet vient de lui. Il ne le fait pas parce qu’on lui a dit ou parce qu’il ne sait pas quoi faire; Personnellement j’ai fait un bac S qui ne me sert à rien. J’ai fait un an de médecine pour rien, une année de face de langues pour rien parce que je ne savais pas quoi faire, 2 années de BTS tourisme et au final je ne travaille dans aucune de ces voies. Donc il vaut mieux préparer l’enfant à s’adapter en toute circonstances que le préparer à un avenir qui ne sera pas le même quand il sera adulte, tout aura changé et il devra s’adapter par lui-même. Ce n’est que mon avis 🙂

      Répondre
  • Pour moi, l’apprentissage est autonome est la meilleure forme…cependant je suis enseignante dans un établissement ordinaire donc je pencherais plus pour un apprentissage actif!

    Répondre
  • Pour moi, je pense que l’apprentissage actif est le mieux adapté dans notre pays, car l’apprentissage autonome (qui serait le mieux pour l’enfant) n’est pas vu d’un bon œil par l’éducation nationale.

    Répondre
  • Camille et Olivier
    7 février 2017 11 h 55 min

    Une vidéo absolument géniale Anne-Estelle… qui nous permet de mieux comprendre encore les mécanismes de l’apprentissage !
    C’est chouette que tu expliques que les apprentissages autonomes ne correspondent pas à tous les enfants et nous sommes d’ailleurs parfaitement d’accord avec toi sur le fait que, de ce que nous pouvons observer dans notre école (www.les-automomes.com) ceux à qui ça correspond le moins sont ceux qui ont déjà été « abîmés » par le système classique des apprentissages « imposés ».
    Léo par exemple, qui vient de rentrer en 6ième n’a même pas souhaité tenter l’aventure, il était déjà « trop » conditionné par le système classique pour pouvoir s’adapter à une telle liberté… quand on y pense ça fait mal !!
    Encore bravo pour tes vidéos…nous avons hâte de découvrir la 4ième !
    PS: Lou s’est découvert une passion pour les Pompiers et grâce à ta box sur le sujet, nous avons réussi à étancher sa soif d’apprendre sur ces héros des temps modernes !!

    Répondre
    • Ohhhh c’est super 🙂 (pour la box des pompiers)
      Pour Léo, s’il est heureux dans le collège où il est, c’est l’essentiel. Ce n’est pas mal de rentrer dans un moule, quand c’est le bon moule, celui qui correspond à ce qu’on est. Tant qu’il ne perd pas son plaisir d’apprendre, c’est que le moule n’est pas mauvais pour lui et c’est tant mieux. Mais la liberté il l’expérimente quand même parce qu’à la maison il a la chance d’avoir une famille qui lui permet cela, et ça lui suffit donc c’est bien 🙂
      Pour certains enfants « trop » abîmés par le système, ils ne s’adaptent jamais à une structure libre. C’est très bien expliqué je trouve dans le livre « Libres enfants de Summerhill », et effectivement, ça fait mal. Mais parfois, les adultes ont des éclairs de lucidité et les choses se rétablissent. Donc il y a toujours de l’espoir.

      Répondre
  • merci encore pour cette vidéo, je pense que l’apprentissage autonome est plus adapté à notre famille et me correspond le mieux pour transmettre, car je réponds à une attente, une envie des mes enfants à connaitre les choses, et non le fait de leur imposer c’est l’échec assuré pour l’avoir testé.
    Reste à s’y mettre, c’est le plus dur.

    Répondre
  • Bonjour et merci pour cette vidéo. Vos explications sont claires et éclairantes. Mon fils est encore jeune, il a 4 ans. J’ai conscience que j’applique plus facilement un apprentissage guidé car c’est celui que j’ai reçu. Mais nous sommes rapidement dans l’affrontement. Je fais donc des efforts pour appliquer un apprentissage actif. Grâce à vous, je vais encore plus faire attention.
    Clairement, je ne suis pas à l’aise avec l’apprentissage autonome. Encore merci ! Vos personnages m’intriguent 🙂

    Répondre
    • L’affrontement et le conflit sont souvent le sommet de l’iceberg. Ils sont comme des signaux qui permettent de réaliser qu’il y a quelque chose à changer. Alors c’est plutôt bénéfique, ça permet de s’améliorer et d’être plus à l’écoute… des autres, mais aussi de soi 🙂

      Répondre
  • merci pour cette vidéo, l’apprentissage actif me semble vraiment adapté à ma fille qui adore apprendre mais aussi passer du temps avec sa maman! et réciproquement!

    Répondre
  • Je penche pour un mix apprentissage actif et autonome. Orienter et éveiller la curiosité par un apprentissage au départ actif qui se poursuive par de l’autonome.

    Répondre
  • Merci pour cette vidéo, l’apprentissage autonome est le plus respectueux de l’enfant mais fait peur car peu connu autour de nou

    Répondre
  • Merci pour ces vidéos très intéressantes. Les apprentissages autonomes me semblent vraiment les plus adaptés. Il n’y a qu’à voir combien nos enfants changent après 2 mois de vacances d’été : ils apprennent énormément de choses avec plaisir et sans s’en rendre compte, grandissent et deviennent plus autonomes… de là à faire le lien avec les apprentissages autonomes, il n’y a qu’un pas !

    Répondre
  • l’apprentissage autonome me semble le plus respectueux de l’enfant et puisqu’on passe notre vie à se découvrir.., Si au début de la vie est mis en place ce genre d’apprentissage, que de temps de gagner !!!

    Répondre
  • apprentissage actif pour commencer puis apprentissage autonome (étape de sevrage 😉

    Répondre
  • pour moi idéalement c’est évident l’apprentissage autonome, après c’est au gré des jours et de l’humeur… En tout cas merci pour toutes ces clefs !

    Répondre
  • Vidéo très parlante et simple à comprendre. La méthode la plus intéressante est bien sûr l’apprentissage autonome mais pour les personnes que cela pourrait effrayer, l’apprentissage actif est une bonne alternative face aux apprentissages guidés imposés par l’éducation nationale et par les rituels familiaux qui se perpétuent d’une génération à l’autre (beaucoup d’enfants, devenus parents, reproduisent le calvaire qu’était, pour eux le moment des devoirs, avec leur enfant).

    Répondre
    • Souvent on se dit « j’ai survécu, ça m’a préparé à la vie, mon enfant survivra ». C’est inconscient… Sauf que non seulement ça ne nous a pas préparé à la vie, mais en plus on garde des casseroles dont on n’a souvent pas conscience. Heureusement, beaucoup réfléchissent sur eux-mêmes et voient qu’il est possible de faire mieux que ce qu’on a eu 🙂

      Répondre
  • Avec mon enfant de bientôt 3 ans j’utilise l’apprentissage actif car j’ai besoin de partager des choses avec lui et l’apprentissage autonome car il a envie de connaitre des choses sur les animaux et dans ce cas ci nous apprenons ensemble.

    Répondre
  • Je pense que l’apprentissage autonome est certainement le plus « constructif » pour les enfants mais sans doute aussi le plus « effrayant » pour l’adulte qui l’accompagne. Sans doute notre conditionnement ancien…
    Mais l’apprentissage actif ça peut être un bon chemin …

    Répondre
  • bonjour
    y a pas photo l’apprentissage autonome ca me parle vraiment
    merci

    Répondre
  • Merci pour ces super vidéos. Il est clair pour moi aussi que les apprentissages autonomes sont l’idéal : ) ! Mais quand on a une classe, même à effectif réduit, ce n’est pas évident. Il y a tout un défi dans la gestion des relations qui prend tellement d’ampleur par rapport à la motivation d’apprendre… Je cherche à faire un mélange des trois méthodes …. Mais je trouve que la comparaison, la compétition sont des travers beaucoup plus faciles à gérer quand il y a moins de liberté et d’informel…. : ) ! Peut-être parce qu’il n’y a que des filles dans mon petit groupe ?!?

    Répondre
    • Coucou Claudia, je ne savais pas que tu visionnais mes vidéos 🙂 Merci de ton commentaire.
      Ah oui ? Tu vois un rapport entre la gestion de la comparaison et la compétition d’un côté et la manière de transmettre ? Je t’avoue que personnellement, n’ayant jamais appliqué les apprentissages autonomes en groupe, je ne peux pas te donner mon avis. Par contre, j’ai vu des classes fonctionner comme cela. Au début c’était pas facile, mais petit à petit, la coopération a pris le dessus sur la comparaison. Après, je vois bien avec Djanaé, elle se compare très souvent. Surtout par rapport aux enfants scolarisés parce qu’elle a besoin de voir si elle fait moins bien qu’un enfant à l’école ou pas. Donc je n’ai pas la solution parfaite non plus, même avec un seul enfant. Ca doit aussi dépendre de la personnalité de chacun. En tous cas, pour avoir grandi dans une école classique où la compétition est valorisée à travers les notes, les rendus des contrôles classés dans l’ordre de la moins bonne note à la meilleure, la lecture des meilleurs devoirs… ça, ça favorise la compétition et la la comparaison. Mais normalement, dans la forme d’apprentissage active c’est évité

      Répondre
  • En essayant les 3, sans hésitez l’apprentissage autonome!

    Répondre
    • C’est bien ça d’essayer toutes les possibilités pour être sûr de ce qu’on veut au final 🙂 Bonne technique (quoi que la numéro 1 en général on n’a pas besoin de la tester on l’a subie étant enfant)…

      Répondre
  • je viens de découvrir vos vidéos par hasard, je suis ce genres d’apprentissages depuis un moment mais pour le coup vous êtes plutôt facile à comprendre et je ne me sens pas larguée dans vos propos. J’adhère^^

    Répondre
  • Merci!
    Les apprentissages autonomes, c’est formidable et effrayant à la fois! Mon aîné a 6,5ans déscolarisé voilà 1an, il se désintéresse totalement de la lecture et de l’écriture… Qu’il est difficile de suivre son rythme… Mais je sais que le secret c’est de lui faire confiance, alors je suis son rythme.

    Répondre
  • Bonjour moi a la maison j’ai toujours fait l’apprentissage autonome c’est plus amusant pour les enfants

    Répondre
  • Merci Anne Estelle.
    Aujourd’hui nos 2 enfants sont en mode « apprentissage guidé » en scolarité classique. Nous réfléchissons de plus en plus à franchir le pas pour un mode plus « actif » avec des solutions types écoles alternatives ou école à la maison. Reste à ficeler la « pratique » bassement logistique et matérielle (trouver l’école, aménager notre emploi du temps de salariés pour dégager du temps,…). Excités à l’idée de découvrir les « box » qui peuvent être une excellente alternative 😉

    Répondre
  • Bonjour.
    Merci encore pour cette videos tres enrichissante.
    Ici nous adoptons l’apprentissage autonome. En effet, selon nous il n’y a rien de mieux que d’apprendre par soi même et surtout ce que l’on souhaite. L’apprentissage ne doit pas être une contraintes mais un PLAISIR. Quand quelque chose nous plaît alors on apprendra beaucoup naturellement.

    A quand les box plaisir d’apprendre pour les tous petits ? Merciiii

    Répondre
    • Je m’y mets 🙂 Vous êtes nombreux à me les avoir demandées : les box 3-6 ans. Je pense qu’en 2017 elles vont voir le jour. Mais je vais quand même d’abord terminer le 6-11 parce que un objectif après l’autre 🙂

      Répondre
  • coucou
    alors pour ma fille de 3 ans c’est plus la troisieme methode pour l’instant mais lorsque j’aborde des sujets plus complexes (ecriture,lecture, compter…) je pense que la deuxieme methode me convient mieux car pour mon esprit j’ai besoin d’organisé les choses tout en laissant ma fille etre active.
    Donc en bref c’est plus MOI qui ai besoin de srtucture (heritage du systeme sco )

    Répondre
    • C’est honnête 🙂 Et qui sait, votre fille peut adhérer à ça pendant longtemps, ou vous basculer tranquillement vers l’informel. Ou pas. Et c’est bien tant que les personnes concernées sont bien 🙂

      Répondre
  • Ce serait un mix entre l’apprentissage actif et autonome.
    On n’est pas dans un savoir imposé mais dans un plaisir découverte qui disparait souvent avec l’entrée à l’école tout en respectant les règles de la vie en société et la sécurité.
    On le remarque aussi quand un enfant choisit lui même ses activités, la progression est beaucoup plus rapide qu’avec les matières scolaires.

    Répondre
    • Mais si on fonctionne de la même façon, l’enfant progressera aussi très vite dans les matières dites scolaires. En tous cas je l’observe tous les jours avec Djanaé avec qui je fonctionne à 100% en apprentissages autonomes, et elle apprend très très vite, quand elle l’a décidé et qu’elle est prête. Et c’est toujours du plaisir et du jeu pour elle. On pourrait passer tout un voyage à faire des additions et des multiplications à l’oral, pour elle c’est une partie de plaisir incroyable. On se fatigue et on est lassés avant elle :-p

      Répondre
  • On l’oublie trop souvent, mais les premiers apprentissages des enfants (et les plus importants) ne sont ni imposes ni actifs mais bien totalement autonomes ! Je pense à la marche, au langage, à l’alimentation. Nous devons leur faire confiance et leur permettre de conçerver cette autonomie d’apprentissage (c’est une remarque que je me fais à moi-même également).
    Jusqu’à présent, tout ce que j’ai réalisé chez-moi avec ma fille à proximité a toujours eu un impact sur elle simplement parce que je le faisais avec plaisir, passion, engagement. Même si elle ne partage pas mes passions, elle en a déjà retiré tout un tas de choses. Il m’arrive d’insister sur une information car je la juge particulièrement importante (cette baie peut se manger, mais celle-ci non, si tu ne connais pas la plante ne mange surtout pas). Cette vidéo me conforte dans la façon dont j’essaie de me comporter avec ma fille (avec beaucoup de maladresses parfois) et me donne envie de persévérer et d’étendre à des sujets que je considère comme scolaires. Merci.

    Répondre
    • Effectivement, les exemples que vous donnez montrent à quel point on peut tous faire de l’apprentissage autonome à la maison. La seule difficulté, c’est nos habitudes 🙂 Mais les habitudes ça se change comme on dit :-p

      Répondre
  • L’apprentissage actif Amusant!
    c’est une transmission qui me va à merveille!
    Merci encore !

    Répondre
  • bonjour,
    votre vidéo est intéressante . Ma fille est en classe Uliss et malgré ces troubles « d’apprentissage » j’ai du mal par fois à la faire travailler. (elle a 10 ans) et ne sait pas lire et écrire. J’ai réussie à lui apprendre à écrire son prénom, mais j’ai trouvé « le truc » pour moi c’est de la faire participer avec les choses qui nous entoure. c à dire le nombre d’arbre sur le chemin de l’école combien d’enfant filles ou garçons que l’on a rencontré. je sais c’est simple mais ces petites choses de la vie lui on permis déjà de compter. faire la cuisine ou de la pâtisserie en faisant semblant d’oublier un ingrédients donc elle me corrige mais j’aimerais en faire plus merci pour votre réponse.

    Répondre
    • C’est exactement ça les apprentissages autonomes. Tout est un prétexte pour comprendre et apprendre. Avec ma fille je fais aussi beaucoup de jeux à l’oral, au début très simples puis de plus en plus compliqués. Par exemple, des mots avec le son « s ». Ensuite on complexifie en disant des mots qui commencent par le son « s ». C’est l’occasion de voir que parfois, le son « s » n’est pas dû à un s mais à un c. On fait pareil avec le son ch (qui est donc l’association du C + H). Etc. Maintenant qu’elle sait lire on joue à des jeux d’orthographe, pour épeler les mots. Et ainsi de suite. Ce sont quelques idées pour l’apprentissage de la lecture. L’écriture, l’enfant va avoir envie s’il vous voit écrire. J’ai offert un agenda à Djanaé, elle adore écrire des trucs dedans « petit déjeuner » pour 8h, « nuit » pour 20h, « douche » pour 18h, des trucs comme ça. Elle me demande l’orthographe, et elle retient petit à petit. Enfin voilà, j’espère que ça vous aura donné quelques éléments supplémentaires 🙂

      Répondre
  • La forme idéale d’apprentissage est pour ma part l’apprentissage actif dans une classe et autonome à la maison.

    Répondre
  • Je suis enseignante en maternelle. Pour moi, l’apprentissage actif est la « meilleure » façon de transmettre, je ne suis pas prête pour les apprentissages autonomes, j’ai besoin d’être active moi aussi (ce n’est pas valable que pour les enfants )
    J’instaure des moments d’apprentissages autonomes et certains enfants sont complètement perdus, pour d’autres, cela leur convient tout à fait, je crois qu’il faut mixer les différentes façons de transmette « de tout un peu » comme en cuisine, pas d’excès de l’un ou de l’autre !

    Répondre
    • C’est une belle vision des choses. Je ne pense pas que dans les apprentissages autonomes on soit inactif. Au contraire, on répond aux demandes et besoins des uns et des autres, on propose des projets qui nous tiennent à coeur et ceux sur lesquels les enfants adhèrent, on se lance et ça crée des projets très passionnants.
      Mais c’est un fait qu’en structure, même pour des structures comme les écoles libres, il y a des enfants qui ont besoin d’être plus accompagnés. Alors c’est bien d’alterner, c’est une bonne option 🙂 Merci pour votre commentaire

      Répondre
  • Bonjour, Merci pour cette nouvelle vidéo, piqure de rappel toujour intéressantes sur les formes d’apprentissages et leurs effets… Pour moi le mieux est de suivre les envies de l’enfant, mais malheureusement ce n’est pas ce qui se pratique dans notre système scolaire…

    Répondre
  • Les apprentissages autonomes sont certainement le meilleur moyen d’apprendre mais au quotidien dans la classe, je réserve ces apprentissages aux jeux de construction de la classe (des puzzles,des kaplas, des logicos, sudokus,des mobilos, labyrinthes,…).Et ces jeux de classe je les utilise notamment au moment de accueil et lorsque l’enfant a terminé une activité.

    Répondre
    • En sachant que ces jeux permettent d’acquérir des compétences importantes pour tout le reste : la logique, la concentration, la motricité fine, la résolution de problèmes etc.Que des choses essentielles pour la vie 🙂

      Répondre
  • Bonjour,
    Merci pour votre vidéo, chouette résumé des différentes formes d’apprentissage! Moi, je pense être plus à l’aise avec l’apprentissage actif.

    Répondre
  • Bonjour, et merci pour vos compétences, le fait de mettre des mots sur ce que nous souhaiterions faire avec nos enfants. Merci beaucoup.

    Répondre
  • Brigitte

    Exemple pris dans cette vidéo est très parlant. Il permet de comprendre que les apprentissages autonomes sont la meilleur méthode d’apprentissage. Je suis assistante maternelle et je constate, chaque jour, que proposer une activité à un enfant qui n’y adhère pas, s’arrête rapidement: l’enfant s’en détourne contrairement à une activité qui l, intéresse : là, l’enfant est concentré et répète, répète…

    Répondre
  • Les apprentissages autonomes sont pour moi la meilleure façon d’apprendre même si elle peut faire peur.

    Répondre
    • Le lâcher prise, peu importe le domaine, fait peur. Et encore plus quand on a pris l’habitude de maîtriser quelque chose à la place de l’autre.

      Répondre
      • Merci pou votre vidéo. Elle fait beaucoup de bien.
        J’opterai pour l’apprentissage autonome car il encourage l’enfant , l’accompagne et laisse place au plaisir d’apprendre mais comme vous le dites très bien, l’instruction que nous avons dans nos écoles est davantage un apprentissage imposé. Alors comment faire ?

        Répondre
        • Si votre enfant est scolarisé, vous pouvez éventuellement voir à le changer de structure. Si ce n’est pas possible, vous pouvez envisager l’instruction à la maison. Et sinon, il vous reste la possibilité de rééquilibrer les choses à la maison, en parallèle du système scolaire classique. L’enfant peut réussir si cela lui permet de faire le plein à la maison, s’il sait qu’il est compris et accompagné à la maison. Certains vivront quand même très difficilement la scolarisation avec des apprentissages imposés, d’autres moins. Il faut s’adapter en fonction de vos enfants.

          Répondre
  • Bonjour,
    Superbe vidéo. Fluide et les 17 minutes sont passées tres vite et de façon agréable et intéressante.
    Votre intention est bien’passée.
    Je choisie de faire selon les domaines de compétences souhaitées à acquérir par les enfants et moi adulte la transmission active ou autonome.
    Bien que la dernière fait tres peur puisque inexistante dans mon environnement depuis ma tendre enfance.
    Alors je commencerais pas à pas et l’excercice et une idée extra de le faire par rapport à une passion
    Merci Enormement.

    Répondre
    • Merci de ce retour si positif. Il ne faut pas sauter du grand plongeoir quand on vient d’apprendre à nager. Et peut-être même que vous n’en sauterez jamais parce que ça ne vous correspond pas. Par contre c’est très positif d’accepter d’avoir des craintes et d’être prêt à quand même essayer, petit pas par petit pas 🙂

      Répondre
  • Merci pour toutes ces informations concernant les apprentissages, il est vrai qu’on s’essouffle parfois dans notre métier….suis-je donc trop dirigiste????Que de remises en question !!
    Dans l’idéal, la meilleure transmission des apprentissages est les apprentissages autonomes, mais je pense que dans la réalité de ma classe, l’apprentissage actif c’est déjà top!!
    Merci pour cet enthousiasme et belle journée

    Répondre
    • Effectivement, c’est déjà top 🙂 Et peut-être que ça vous correspondra plus à vous. Il faut se remettre en question mais aussi s’écouter 🙂 avec bienveillance

      Répondre
    • Bonjour, déjà je voudrai vous remercier pour cet éclaircissement et pour ce que vous transmettez aujourd’hui. le mode d’apprentissage idéal est pour moi l’apprentissage autonome mais celui que je vais tenter de mettre en place est l’apprentissage actif, car il m’apparaît être celui sur lequel je vais le plus facilement et le plus efficacement être opérationnel.

      Répondre
    • L’apprentissage actif sera une première étape. En route pour la Révolution ! ;-D

      Répondre
    • merci pour vos informations cela me remotive pour essayer de mettre en place ces apprentissages autonomes

      Répondre
    • Au top c’est l’apprentissage actif ,qui progressivement ,deviendra un apprentissage autonome au cours de ses années de scolarisation .

      Répondre
    • il ne faut jamais imposer un apprentissage à un enfant.Moi personnellement ,je suis pour l’apprentissage actif et l’apprentissage autonome selon le cas de chaque enfant. Il faut cependant accompagner;guider l’enfant dans ses apprentissages. Pour cela;il faut cesser d’enseigner et laisser l’enfant apprendre

      Répondre
      • L’apprentissage autonome , c’est l’idéal, mais c’est très difficile de le mettre en œuvre dans des classes de 30 élèves, pour toutes les matières . L’apprentissage actif est très efficace .On essaie de plus en plus de diversifier les apprentissages en fonction du rythme des enfants.
        Les plages. ateliers autonomes prennent de plus en plus d’importance dans les classes, afin de motiver les enfants à s’investir, à approfondir , ce qu’ils aiment faire.

        Répondre
    • Merci pour tous ces enseignements, c’est vraiment très intéressant.
      Il me semble que la forme idéale serait un apprentissage actif où l’ apprentissage autonome aurait sa place aussi.

      Répondre
    • Merci pour se partage très très intértessant

      Répondre
    • Merci pour se partage très très intértessant

      Répondre
    • Excellente vidéo ! Enseignante en maternelle , je pense que transmettre de manière active est une bonne manière pour apprendre. Malgré les difficultes à mettre en place à cause du grand effectif surtout en petite section car enseigner à plus de 24 par classe devient très compliqué surtout qu ils sont tous différents et que l on doit enseigner avec bienveillance.
      Merci pour toutes ses pistes et j espère pouvoir les appliquer pour que nos enfants deviennent des adultes équilibres ,inventifs et autonomes.

      Répondre
    • L’apprentissage autonome respecte l’enfant, la personne. Sa liberté est entière. On lui restitue une dignité que la scolarisation classique lui refuse.

      Répondre
    • ISMAILA DIOP NDIAYE
      15 février 2017 11 h 42 min

      je prefere la 2

      Répondre
    • l’apprentissage actif et l’apprentissage autonome

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

neuf − 7 =

Menu