10 choses qu’un enfant peut apprendre grâce à un voyage

  1. Accueil
  2. Comment on apprend ?
  3. 10 choses qu’un enfant peut apprendre grâce à un voyage

NOTRE CALENDRIER LINÉAIRE 2020 INSPIRÉ DE LA POUTRE DU TEMPS MONTESSORI EST LÀ

“Les voyages forment la jeunesse”. Vous connaissez sûrement ce proverbe. Il est tellement vrai. Et ne concerne pas uniquement la jeunesse à partir de 16 ou 17 ans. Dès la plus petite enfance, les voyages peuvent apporter tellement. En un voyage, l’enfant sort totalement de sa zone de confort. Donc tous ses sens sont aux aguets, la curiosité et l’enthousiasme l’emportent sur tout le reste. Et vous le savez, ce sont les 2 ingrédients principaux pour apprendre en s’amusant. Alors voici une petite liste non exhaustive des choses qu’un enfant peut apprendre grâce à un voyage.

 

1. Préparer un voyage, c’est déjà commencer le voyage

Peu importe qu’on parte à 100km ou à 1000km de chez nous. Préparer un voyage est une manière de prendre conscience de toutes les différences qu’il peut y avoir entre deux régions, ou deux pays : un décalage horaire ? Une autre langue ? Quelle monnaie ? Comment est-ce qu’on rentre dans un autre pays, quelles sont les formalités ? Quelle est la durée du voyage ? Où est-ce qu’on va dormir ? Quel est le climat ou la météo et quels vêtements prendre ? Quels sont les essentiels pour voyager léger selon la durée du voyage ? Est-ce qu’on prend des jeux et activités et si oui, lesquels ?

Lorsqu’on inclut l’enfant (selon son âge évidemment) dans la préparation du voyage, on l’aide à se projeter, et surtout, on l’accompagne dans la compréhension de l’organisation, dans les choix à faire, les priorités, la logique, etc.

 

2. De la géographie appliquée

Pour chaque voyage que vous faites, même si l’enfant ne part pas avec vous, sortez une carte et montrez-lui. Montrez-lui où vous allez, et où c’est par rapport à lui. Découvrez la route ou l’itinéraire pour y aller (en voiture, en train, en car), ou les pays que vous survolerez en avion.

Pour un voyage dans votre pays, c’est l’occasion de voir les régions, les départements, les fleuves, les différents lieux que vous allez traverser et leurs caractéristiques. Pour un autre pays, on en profite pour parler des pays limitrophes, de la capitale, des fleuves et montagnes connus qui y sont ou autres caractéristiques géographiques ou géologiques (un volcan, une cascade connue, une réserve animale, etc.)

La géographie devient alors une sorte de carte avec de nombreux trésors. D’ailleurs, l’enfant peu conserver une carte avec une petite étoile pour chaque endroit où il est allé.

 

3. Apprendre une autre langue ?

Si vous voyagez principalement en France, vous pouvez tout à fait découvrir, pour le fun, les expressions idiomatiques de la région où vous allez. Il y a aussi des régions qui ont leur propre langue, ou leur propre patois. C’est rigolo de se plonger dedans, pour la découverte.

Apprendre une autre langue, c’est lorsqu’on voyage surtout à l’étranger. Vous pouvez, en amont, apprendre quelques mots ou quelques phrases. Vous pouvez aussi simplement écouter des vidéos de gens qui parlent dans d’autres langues, pour vous habituer aux sonorités et mélodies linguistiques.

Enfin, sachez que dans beaucoup de pays, il y a la langue officielle, principale, mais aussi plusieurs autres dialectes. C’est important de voir avec les enfants que les pays actuels ne représentent pas un peuple ou une ethnie mais plusieurs.

 

4. Un peu beaucoup d’histoire

En voyage on découvre des musées et des sites historiques : des châteaux du moyen âge ou de la renaissance ; des lieux qui ont marqué l’histoire comme une plage du débarquement, ou un départ de bateaux d’esclaves ; on visite des lieux de culte de plusieurs types d’architecture, on se balade dans des cités qui ont une histoire, on découvre des ruines romaines ou des cités englouties (par les eaux ou par la forêt) …

On peut choisir une destination en fonction des intérêts ou de la période historique que l’enfant étudie, ou à l’inverse, chercher les traces historiques pour mieux connaître le lieu où l’on est. Quoi qu’il en soit, c’est toujours plus fun de situer dans la réalité et dans le concret des choses ce qui s’est passé. Et pas la peine d’aller bien loin pour trouver des choses à visiter.

 

5. Sortir et marcher

Pendant un voyage il y a tellement de choses à découvrir que la majorité se passe dehors, sur nos deux pieds. Et c’est quasiment toujours gratuit. Marcher en ville, arpenter les rues d’une village et découvrir la vie que l’homme s’est construite. Mais aussi partir en randonnée pour découvrir les beautés de la nature : peu importe la saison et l’endroit où vous allez, il y aura toujours des choses magnifiques et incroyables que l’on ne peut voir et ressentir qu’en marchant. Et si vous transmettez cela à un enfant, il saura toujours venir se ressourcer quand il en aura besoin.

 

6. Observer, être à l’écoute et s’adapter

Quand on n’est pas dans son lieu de vie habituel, tous nos sens sont aux aguets. On observe plus, on écoute plus, on ressent plus de choses. Parce que tout est nouveau. Et nous avons cette capacité d’être à l’écoute de ce que l’on ressent, ce que l’on voit et ce que l’on entend, pour nous adapter au mieux. C’est d’ailleurs ce qu’on appelle l’instinct de survie. Si on se retrouvait en pleine jungle, on devrait écouter, observer et être à l’affut de tout pour savoir si on peut continuer à marcher ou grimper dans un arbre.

C’est génial de pouvoir faire vivre à un enfant cette situation où l’on doit s’adapter. Alors bien sûr, l’enfant s’appuie sur ses parents, et c’est surtout à nous de prendre les décisions. Mais plus un enfant aura l’habitude de sortir de sa zone de confort géographique, plus il apprendra à s’adapter pour n’importe quelle situation.

 

7. Découvrir les us et coutumes & aller vers les autres

Voyager, c’est découvrir d’autres façons de cuisiner et de manger, de s’habiller parfois, de faire la fête et de jouer de la musique, de se comporter en société. Selon les endroits où l’on va, on peut découvrir d’autres manières d’exprimer l’amour ou l’amitié, d’autres façons de se saluer, d’autres façons d’être avec les enfants, d’autres façons de se déplacer, etc.

Tout cela permet de s’ouvrir à l’autre, d’accepter la différence, de prendre ce qui nous semble bon dans les us et coutumes des autres et de l’adapter à notre façon d’être et de faire. C’est la beauté de la diversité.

Voyager c’est aussi aller à la rencontre des autres, et par la même occasion de soi. Parfois, les enfants, surtout en situation inconnue, sont plus collés aux parents, plus timides, et peuvent même se refermer sur eux. Il faut leur laisser un petit temps d’adaptation. Mais ensuite, la découverte l’emporte souvent. C’est chouette de laisser les enfants aller vers les autres. D’ailleurs, souvent, ce sont les autres qui viennent vers nos enfants. Les enfants sont un véritable pont entre les cultures. Parfois ils ne parlent pas la même langue mais vont quand même jouer ensemble.

Bien sûr, il faut trouver l’équilibre entre avoir des moments pour soi, et être avec les autres. Mais les voyages permettent de plus facilement créer du lien avec les autres. Même si ces liens ne seront pas très solides, parce que que qui dit voyage, dit départ. Quoi qu’il en soit, s’ouvrir aux autres c’est ne pas se croire supérieur, c’est relativiser sur ses propres soucis, c’est avoir de la compassion pour d’autres, c’est se réjouir avec des personnes qu’on ne connaît pas, c’est vivre des moments de grâce avec d’autres personnes qui sont sur la même longueur d’onde…

 

8. Savourer le moment présent

Si on veut apprécier chaque étape d’un voyage, il faut accepter les ratés, les imprévus et les obstacles parfois. Ils font partie du chemin et permettent de savourer encore mieux les moments réussis. Mais parfois, on a tellement de choses à voir, à faire, ou en tous cas qu’on aimerait voir ou faire, qu’on ne prend pas le temps de se poser et juste de profiter du moment présent. C’est un superbe exercice à faire en famille, être reconnaissant pour chaque chose, s’imprégner de chaque moment, se créer de beaux souvenirs, et prendre les moments moins funs pour ce qu’ils sont : une étape.

Savourer le moment présent, c’est aussi accepter de changer le programme en fonction de ce qui se présente, de vivre une partie des choses à l’instinct, au feeling, sans que tout soit chronométré ou tracé d’avance.

 

9. S’orienter

En randonnée, donnez une carte et une boussole à votre enfant. Préparez la rando ensemble et laissez-le donner les indications lors de la marche. Petit à petit, il n’aura plus besoin de votre aide et sera un parfait guide.

En ville, donnez un plan détaillé des rues (que l’on trouve toujours à l’office du tourisme), et laissez l’enfant déterminer où on est, on veut aller et par quelles rues ou ruelles s’y rendre.

Apprendre à se repérer sur une carte ou sur un plan et savoir s’orienter, ce sont des notions qui s’apprennent bien plus facilement dans la vraie vie.

 

10. Se souvenir

On vit dans un monde où tout va tellement vite, que les chouettes expériences ont tendance à être oubliées en vu dans prochaines, ou parce que la routine reprend ses droits.

Pour permettre de se souvenir des voyages, n’hésitez pas à prendre des photos. Et pourquoi pas apprendre à l’enfant à prendre des photos ? Ensuite, on peut faire un joli album. Gardez les tickets des visites, les billets importants, et avec l’enfant, faites un joli album qui sera à disposition de l’enfant pour l’aider à se replonger dedans, à revivre ce qu’il a vécu, et à se souvenir des chouettes découvertes. Ce qui l’aidera aussi à consolider les apprentissages qu’il aura faits durant le voyage.

 

Finalement, ces 10 choses qu’on peut apprendre grâce à un voyage, sont vraies autant pour les enfants que pour les adultes. Si vous avez de chouettes expériences à partager, n’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂

 

    Découvrez GRATUITEMENT
    LA MALLETTE PLAISIR D'APPRENDRE
    1 Livret avec mes 20 meilleures astuces
    4 vidéos pour des enfants heureux d'apprendre
    1 box plaisir d'apprendre
    Et régulièrement conseils, découvertes et offres commerciales sur les apprentissages
    Vos données personnelles sont sécurisées. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur un lien "unsubscribe" présent au bas de chaque e-mail.
    Lisez aussi :
    Ressources :

    7 Commentaires. En écrire un nouveau

    • Bonjour tout le monde !
      Cet article nous donne des envies de voyage ! Après tout si c’est pour le bien de nos enfants…
      J’aimerais juste partager avec vous une petite anecdocte : nous étions au bord d’un lac en caravane et non loins de nous il y avait un couple de hollandais, retraités avec un appareil à détecter les métaux. Notre fils, qui ne sait pas parler un mot de hollandais, a passé 4 heures avec eux. Eux ne savaient pas parler français. Ca ne leur a pas empêcher de discuter pendant tout ce temps, car mon fils est très bavard ! Le plus amusant, c’est que quand il nous raconte ce qu’il a fait, nous n’avons pas l’impression qu’il se soit apperçu qu’ils ne parlaient pas la même langue !

      Marion, les-enfants-avenir.com

      Répondre
      • Merci pour ce joli partage. Comme quoi, la barrière de la langue, c’est surtout dans la tête 🙂
        Ah, et ton blog est très joli 🙂

        Répondre
    • Marion, les-enfants-avenir.com
      18 décembre 2018 17 h 28 min

      Merci pour le compliment ! ça fait très plaisir venant de toi…

      Répondre
    • J’adore ce blog! Il y a tellement de gens qui ne bougent plus dès qu’ils ont des enfants! Pourtant c’est vraiment très riche pour tout le monde. En plus la présence d’un enfant quand on voyage permet de rencontrer facilement les gens.

      Répondre
      • 🙂 Je suis ravie que nos articles reçoivent un accueil si favorable ! Merci merci merci ! Et c’est vrai, je te rejoins, beaucoup de parents qui ont des enfants ne sortent plus trop. Nous, on s’est forcés à sortir Djanaé au parc dès le retour de la maternité, au moins une fois par jour. Et je sais aussi que si on avait un jardin, on aurait tendance à se refermer dedans. Le camping car nous oblige à aller vers l’extérieur, dehors. C’est dehors qu’on fait des rencontres 🙂

        Répondre
    • Marine de petitsjeuxculturels.com
      12 septembre 2019 11 h 19 min

      Bonjour Anne-Estelle =)
      De tout ce que tu as dit dans ton article pour ma part c’est le dernier point qui est le plus important. J’ai tellement voyagé avec mes parents mais aujourd’hui la mémoire fait un peu défaut. Alors évidemment j’ai construit mes propres souvenirs, et des très marquants. En tant qu’enfant j’ai gardé des souvenirs plutôt tournés vers l’humain. Notamment le jeu avec les autres enfants. Je me souviens aussi d’apprendre la lecture avec les adultes qui n’avaient jamais appris. Ce sont des moments très forts. Et qui ne se racontent pas avec les photos. Mais presque aucun souvenir des paysages. Aujourd’hui j’aimerais m’en souvenir un peu plus. Je pense qu’on peut donc accompagner un peu son enfant à gérer ses souvenirs, à se remémorer de temps en temps ce qu’on a fait, ce qu’on a vu. Pour qu’il s’en souvienne toute sa vie. Tout simplement parce que pour moi il n’y a jamais eu de meilleure école que celle du voyage 😉

      Répondre
      • Je pense qu’on imprime les souvenirs en fonction de notre langage d’amour et de notre façon aussi d’enregistrer les informations. Moi, j’ai énormément d’images visuelles imprimées de paysages traversés. Mais je te rejoins, c’est important, pour ne pas oublier les choses marquantes, de se souvenir. En famille. En plus d’encrer les moments, ça permet de les aborder selon les différents vécus et donc de partager aussi quelque chose de fort en famille.

        Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Fill out this field
    Fill out this field
    Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
    Vous devez accepter les conditions pour continuer

    seize − treize =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Menu