La gestion mentale : 4 étapes pour apprendre à tout âge

  1. Accueil
  2. Comment on apprend ?
  3. La gestion mentale : 4 étapes pour apprendre à tout âge

Dernièrement, j’ai participé au MOOC « Éducation » de l’Université des Colibris. (Petite parenthèse, je conseille ce MOOC à toutes les personnes qui se sentent concernées par les apprentissages des enfants, parents ou professionnels. Il est actuellement clos aux inscriptions, mais vous pouvez laisser votre adresse mail et être informé de la prochaine session ici). Un des derniers cours est consacré à la gestion mentale et est présenté par Isabelle Peloux, une enseignante depuis plus de 30 ans qui accompagne les enfants en se basant sur la coopération plutôt que la compétition. Elle présente 4 étapes pour apprendre, 4 étapes que l’on rencontre tous, enfants ou adultes, dans le processus d’apprentissage. Je vous ai déjà présenté sur ce blog les 4 étapes de l’apprentissage selon Maslow. Aujourd’hui, voici les 4 étapes pour apprendre selon Antoine de la Garanderie.

 

Étape 1 : le projet

Pour apprendre, il faut d’abord avoir une intention et définir l’objectif : qu’est-ce que je vais apprendre, à quoi ça va me servir ? Il faut savoir où on va.

Lorsqu’on souhaite présenter une nouvelle notion à un enfant, et il faut prendre le temps de lui expliquer la finalité. Plus il saura où il va et à quoi ça va lui servir, plus il y mettra de l’intention, et mieux il apprendra. Parce qu’apprendre pour apprendre, ça ne sert à rien.

 

Étape 2 : la perception

Je perçois les choses grâce:

  • à mes 5 sens (j’apprends parce que je vois, parce que j’entends, parce que je répète),
  • à mon corps physique (j’apprends parce que je manipule, parce que j’expérimente, parce que je touche),
  • et à mon corps émotionnel (j’apprends parce que cela m’amuse, me plait, m’intéresse, me procure de l’enthousiasme et du plaisir).

En tant qu’adulte, je peux apprendre à discerner par quel(s) moyen(s) je perçois mieux le monde, j’apprends le plus, j’apprends le mieux. Et je peux présenter aux enfants les différents savoirs sous toutes leurs formes (visuelle, auditive, kinesthésique).

 

Étape 3 : l’évocation

Comme le dit Isabelle Peloux « c’est l’art de s’approprier le savoir ». L’évocation est un processus mental propre à chaque personne qui décide de le mémoriser : c’est ce qu’on appelle le geste mental. On ne peut pas retenir tout ce qu’on perçoit dans une journée. Le geste mental consiste à décider de retenir telle ou telle autre chose et à la stocker quelque part dans notre cerveau, pour ensuite aller rechercher cette information quand on en aura besoin. Et pour cela, on fait exister dans notre tête les différentes choses sous forme visuelle : des images mentales, des phrases ou des mots, des histoires, des idées, etc. Tous les moyens sont bons pour retenir volontairement une notion. On peut bien sûr apprendre à faire cela facilement, ou le faire naturellement.

Les lecteurs de cet article ont également lu :  Les regards constructeurs et les regards qui enferment

 

Étape 4 : la reformulation

Il faut mettre en mots, expliquer, transmettre et partager ce que j’ai compris et appris. En expliquant à l’autre ce que j’ai compris, je suis obligé(e) de chercher les informations apprises dans l’étape précédente, je suis obligé(e) de raisonner pour remettre les éléments dans l’ordre, de mettre mes propres mots sur des concepts. Du coup, je comprends mieux et je finis par les intégrer totalement. C’est pour cette raison que l’échange est indispensable dans les apprentissages. Les enfants ont besoin de partager les informations entre eux, de collaborer, de s’aider. Ce n’est pas de la triche, c’est de la coopération. Et cette coopération favorise les apprentissages.

 

Et maintenant ?

Maintenant que vous connaissez ces 4 étapes, je vous invite à les mettre en place pour vous-même, mais aussi avec les enfants :

  1. présentez-leur toujours l’objectif, le projet d’un apprentissage,
  2. proposez-leur de découvrir une notion sous différentes facettes (à l’oral, avec des images ou des graphiques, par la manipulation, par des jeux, des activités manuelles, etc),
  3. aidez-les à s’approprier le savoir en mettant en place des images mentales (je ferai une vidéo sur cela dans les prochains jours pour vous donner un exemple concret), en utilisant des moyens mnémotechniques avec des mots ou des chansons, ou toute autre façon de faire qui peut les aider,
  4. demandez-leur de reformuler, de vous expliquer, ou de transmettre ce qu’ils ont compris à un autre enfant ou un autre adulte.

 

Connaissiez-vous ces 4 étapes ? Qu’en pensez-vous ?

Articles les plus vus

  1. Défi 30 jours : une chose nouvelle chaque jour
  2. Attention à la surstimulation des enfants : 3 façons d’éviter de les épuiser
  3. Un jeu pour reconnaitre les arbres
  4. Les 7 types de jeux des enfants selon David Sobel
  5. 4 astuces pour aider l’enfant à apprendre seul
Lisez aussi :
Ressources :

2 Commentaires. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.

Menu