Vous le savez, l’instruction, au regard de la loi française, est obligatoire à partir de 6 ans, et le sera à partir de 3 ans dès la rentrée 2019. Les deux démarches obligatoires sont le courrier à la mairie, et le courrier à l’académie. S’en suivent un contrôle pédagogique chaque année, et un contrôle à caractère social la première année, puis tous les deux ans. Mais qu’en est-il de lorsqu’on voyage ? L’instruction en voyage a quelques spécificités et j’aimerais revenir avec vous sur plusieurs cas de figure que j’ai réunis en 4 catégories. Pour chaque partie, vous trouverez les éléments en vidéo, ainsi qu’un récapitulatif sous forme de liste, juste en-dessous.

 

1. L’instruction quand on voyage quelques semaines, voire quelques mois par an

 

Lorsque je voyage quelques semaines, voire quelques mois par an, en une fois ou en plusieurs fois, je dois toujours prévenir de mon absence, non pour dire où je pars, ni pourquoi, mais pour trouver un terrain d’entente pour le bon déroulement des contrôles.

  • Je fais mes déclarations dès que je déscolarise mon enfant et à chaque rentrée (en septembre).
  • Si j’ai déjà eu les contrôles avant mon départ en voyage, il n’y a rien à faire.
  • Si je connais mes dates de voyage à l’avance, je donne mes dates de retour à l’avance (par courrier, par mail, par téléphone) pour envisager une date de contrôle durant mes périodes de présence.
  • Si je reçois une convocation avec une date qui tombe au moment où je serai absent-e, je contacte l’académie ou la mairie pour expliquer la situation et fixer un nouveau rendez-vous.
  • Si je pars sans avoir reçu les courriers, je préviens par courrier ou par mail de mon absence, j’indique ma date de retour. Pendant mon absence, il faut que quelqu’un relève mon courrier.

 

2. L’instruction quand on est itinérants, nomades, gens du voyage (en France et pays limitrophes)

 

Lorsque je suis nomade, itinérant, que je n’ai pas de domicile fixe, que j’appartiens à la communauté des gens du voyage, que je vis en camping-car ou en caravane, et que je circule principalement en France et parfois quelques temps dans les pays limitrophes, voici ce que je dois faire.

  • Il n’y a plus de carnet de circulation depuis Janvier 2017. Rien ne l’a remplacé. Je suis donc considéré officiellement comme SDF (sans domicile fixe).
  • Je dois être rattaché(e) à une mairie ou un CCAS pour avoir une adresse fiscale. Cette domiciliation n’est valable qu’un an, donc chaque année je dois refaire la même demande auprès du CCAS de la ville où j’habitais avant lorsque j’étais sédentaire, la ville où je suis né(e), ou encore la ville où vivent mes parents.
  • Il me faut aussi une adresse postale car de plus en plus de CCAS refusent de gérer le courrier. Je vous recommande courrier du voyageur de qui nous sommes très satisfaits. À moins qu’un proche puisse gérer mon courrier, mais attention, si mon adresse est officiellement chez un membre de ma famille, cela change sa configuration pour les impôts et il risque de payer beaucoup plus.
  • Je fais chaque année mes déclarations auprès de la commune à laquelle je suis rattachée via le CCAS et à l’académie dont je dépends.
  • J’indique mon statut dans mes courriers en spécifiant que je bouge beaucoup et en demandant de m’indiquer le plus tôt possible la date de contrôle pour me permettre de revenir dans la région à temps. J’indique mes dates de déplacements à l’étranger si je les connais.
  • Autant que faire se peut, je reviens pour effectuer les contrôles.
3. L’instruction quand je pars en voyage plusieurs mois (6 mois ou +) mais que je reviens

 

Si je quitte le territoire français pendant une assez longue durée, comme 6 mois ou plus par exemple, mais que je sais que je reviens et que j’ai une date de retour, alors je suis considéré comme résident encore en France et je paye mes impôts en France :

  • Je fais mes déclarations normales.
  • Si je conserve une adresse en France (par exemple : je pars plusieurs mois mais je continuer de louer mon appartement, ou j’ai toujours la maison dont je suis propriétaire), alors c’est très simple. J’indique simplement la période durant laquelle je serai absent(e). Peut-être que je n’aurai pas de contrôle cette année à cause du voyage, ou peut-être que le contrôle aura lieu avant mon départ ou juste après.
  • Si je n’ai plus d’adresse (par exemple : j’ai rendu ou vendu mon logement, je change de projet quand je rentre en France), alors je suis soumis(e) aux mêmes démarches que la personne sans domicile fixe (le cas de figure numéro 2).
  • Autre possibilité si mon enfant était scolarisé avant le départ : je peux m’arranger avec son école.

 

4. L’instruction quand je voyage à l’étranger pendant une longue période et que je n’ai pas de date de retour

Si je pars plus de 6 mois et que je n’ai pas de date de retour prévue, alors je suis considéré(e) comme expatrié(e).

  • Si je reste plus de 3 mois dans un même pays, je suis soumis aux règles et aux lois de ce pays en matière d’instruction. Je vérifie donc que l’instruction à domicile est légale quand je reste plus de 3 mois dans un même pays.
  • Je peux, en restant dans un même pays, scolariser mon enfant dans un lycée français, ou dans une école locale.
  • Si je suis itinérant ou que la loi du pays dans lequel je réside plus de 3 mois autorise l’instruction à domicile, je peux pratique l’IEF, le unschooling ou inscrire mon enfant en cours par correspondance (avec des cours francophones ou pas).
  • Je peux garder une adresse en France et toujours faire mes déclarations à la rentrée, puis déclarer être en voyage de telle date à telle date.
  • Je peux me déclarer à une ambassade, qui parfois, fait office de CCAS (comme on l’a vu dans le cas de figure numéro 2).

 

Si vous voyez d’autres cas de figure, d’autres situations que je n’ai pas relevées, ou si vous avez des questions par rapport à l’instruction en voyage auxquelles je n’ai pas répondu dans les vidéos et dans l’article, n’hésitez pas à laisser un commentaire 🙂

 

Cet article vous a plu ? En complément, téléchargez gratuitement un livret avec mes 20 pépites pour qu’apprendre ne rime plus avec corvée !

Lisez aussi :
Ressources :

62 Commentaires. En écrire un nouveau

  • Bonjour , pour notre cas notre enfant a 3 ans donc il aura sa rentrée cet année , et nous partons pendant 1 an voir plus ( on sait pas tout dépend du travaille de mon mari ) , en Algérie , du coup je doit faire des déclarations ou pas du tout ? ( on a tous la double nationalité algérienne française )

    Répondre
    • Attention : avec la nouvelle loi, ce n’est plus une déclaration à la rentrée scolaire, mais une demande d’autorisation à envoyer avant le 31 mai. Donc pour votre fils, c’est trop tard pour faire la demande. Mais si vous n’êtes pas sur le sol français au moment de la rentrée scolaire, et que vous n’y serez pas durant toute l’année scolaire, vous n’avez rien à faire.

      Répondre
  • Bonjour,

    Merci pour votre partage ! Nous sommes dans un cas de figure très similaire à celui d’Angélique. Nous habitons aujourd’hui en France. Je suis française. Mon mari est canado-américano-britannique et résident en France. Notre fils qui vient tout juste d’avoir 3 ans est canado-americano-français. Nous souhaitons que notre maison française demeure notre port d’attache émotionnel. Nous aurions la possibilité de passer environ 6-7 mois par an à l’étranger (environ 5-6 mois en Angleterre et 1 mois en Amérique du Nord) pour être de retour en France entre mi-avril et mi-septembre. En Angleterre, l’instruction n’est pas obligatoire avant l’age de 5 ans puis l’IEF est autorisée. Pensez-vous que nous puissions tout simplement ne pas être en relation avec l’Education nationale française? Merci !

    Répondre
    • Alors je ne voudrais pas dire de bêtise. Avec le nouveau système qui se met en place à la rentrée (et les documents CERFA à remplir avant le 31 mai), je vous conseille de contacter votre académie par mail (pour avoir une adresse écrite) et leur expliquer votre cas de figure afin qu’ils vous disent ce que eux en pensent. Je ne voudrais pas vous induire en erreur et étant donné que tout est nouveau dans les prochains mois, je n’ai aucun moyen de vous conseiller sans prendre de risque de me tromper. J’espère que vous comprendrez. Et si jamais vous avez une réponse écrite, n’hésitez pas à nous tenir au courant par commentaire pour aider d’autres familles dans le même cas que vous dans le futur. Un immense merci 🙂
      Anne-Estelle

      Répondre
  • Jennifer Vignaud
    27 janvier 2022 11 h 57 min

    Bonjour Anne Estelle, Merci pour votre article très instructif.
    De notre côté, nous passons en IEF cette année à partir d’avril pour plusieurs raisons ; Je travaille sur plusieurs périodes de l’année au Canada (Plusieurs sessions de formations- Plusieurs semaines sur l’année) mais nous vivons à la Réunion le reste du temps (France). Et mon mari est musicien, il part également souvent en tournée chaque année. De plus nous souhaitons créer un programme plus sportif et artistique pour notre fille. Du coup je me demande sous quel angle demander l’autorisation l’année prochaine ; angle itinérance, projet sportif/artistique ? Sachant qu’elle a 5 ans. (6 ans à la rentrée prochaine.) Un grand merci pour vos précieux conseils ! Belle journée à vous !

    Répondre
    • Bonjour Jennifer, tout d’abord, je trouve ça génial vos projets de vie à votre mari et vous, sans limite 🙂
      Alors, concernant la demande pour l’an prochain, même si le décret a fuité, il n’a pas encore été validé, donc je ne peux pas trop donner de conseils pour le dossier à faire pour l’an prochain. D’autant qu’il semblerait qu’il faudrait le faire entre mars et juin, de mémoire, et qu’il y a encore trop d’inconnus. Cependant, je pense que vous pourrez jouer sur tous les tableaux. Pourquoi se limiter à une clause si vous cochez plusieurs cases. Comme vous venez de me le décrire, il y a vos contraintes professionnelles donc d’itinérance, et le projet pédagogique artistique que vous souhaitez proposer à votre fille. Les deux seront à expliquer selon moi, pour maximiser vos chances. Cependant, si vous démarrez l’IEF en avril, peut-être auront-ils le temps de vous contrôler avant fin juin ? Et si vous avez un rapport positif, vous n’aurez pas de demande d’autorisation à faire, vous l’aurez d’office pour les 2 prochaines années. Mais ça fait beaucoup de « si » 🙂

      Répondre
  • Bonjour,

    Le nouveau texte de loi prévoit la possibilité de l’ief en cas d’itinérance de la famille.

    Est-ce que vous comprenez cela comme voulant dire que l’ief n’est possible que si on est sans domicile fixe ? Cas 2
    Ou est-ce que le fait de bouger en France tous les mois tout en conservant son habitation pour revenir de temps en temps (quelques jours, 1 à 2 fois par mois), cela peut entrer dans le terme itinérance ?

    Merci d’avance de votre réponse.

    Répondre
    • Je n’en ai aucune idée. D’autant plus que nous, nous vivons en camping car depuis 3 ans, mais qu’au regard des conditions pour le CNED réglementé, il y a bien la clause « itinérance de la famille », sauf que c’est une itinérance à cause du travail, pas par choix (j’en suis certaine, nous avons eu cette réponse de la part du CNED réglementé). En gros, nous sommes nomades par choix, nous ne faisons pas partie des familles itinérantes selon leurs termes (en gros, il faut pouvoir prouver que le travail d’au moins l’un des deux parents oblige la famille à se déplacer souvent). Nous, nous pouvons travailler de n’importe où, même en étant sédentaire, donc ça ne marche pas.
      Du coup, pour la nouvelle loi IEF, je ne sais pas si leur exception d’itinérance est basée sur celle du cned réglementé ou pas. Je ne peux donc absolument pas répondre à votre question. Il va falloir attendre les décrets pour savoir exactement de quoi il en retourne.

      Répondre
      • Merci de votre réponse.
        Ce que vous indiquez concernant le CNED (refus si itinérance par choix) est déjà intéressant. D’après ce que j’ai compris, les gens du voyage peut accéder au CNED réglementé. Pour eux, l’itinérance est un choix aussi. Donc effectivement attendons le décret…

        Répondre
        • Les gens du voyage ont un cadre particulier. Ils peuvent prouver, par leurs différents contrats, qu’ils sont embauchés dans divers endroits de France (tous les métiers d’artisans par exemple : plombier, électricien, maçon…, il y a des preuves que l’on a travaillé à tel endroit). Alors que quand on est digital nomad, comme nous, et ben nos clients sont partout mais notre travail, lui, peut se faire d’un même bureau, en ville. C’est ainsi qu’ils justifient le fait que c’est par choix ou non.

          Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle,
    Merci beaucoup pour vos infos et réponses.
    Après une assez longue expatriation, nous prévoyons de revenir en France en mai 2022 et de scolariser notre fils à la rentrée de septembre 2022. Si je le mets tout de suite à l’école, il sera en CM2, ce qui risque de le déstabiliser car ce sera un système et un environnement nouveau pour lui (étant né à l’étranger). Ainsi, je voudrais qu’il commence l’école à la rentrée en 6eme avec d’autres nouveaux enfants comme lui. La période de mai/juin lui servira à s’acclimater.
    Mon souci est: serons-nous sanctionnés s’il ne commence pas l’école dès le mois de mai? Faut-il impérativement demander une autorisation d’IEF avant la rentrée en septembre? Comment l’Académie saura-t-elle que nous serons en France dès mai?
    Merci par avance pour votre avis!

    Répondre
    • De toutes façons, votre fils devra passer des évaluations pour l’entrée en 6ème (pour connaître son niveau réel). Donc on saura que vous êtes en France à partir du moment où vous lancez les démarches. Ceci étant dit, vous pouvez très bien faire vos courriers en mai dès que vous avez contacté le collège où vous souhaitez inscrire votre fils, en expliquant votre situation dans vos courriers. Comme il y a un projet de scolarisation qui suit, ils ne devraient pas être embêtants…

      Répondre
  • Bonjour, merci beaucoup pour vos précieuses informations. Mon cas est un peu différent, mes enfants sont scolarisés dans une école élémentaire publique. je souhaite partir en voyage pour 2 mois dans le cadre de mon activité professionnelle et les emmener avec moi.
    Quelles sont les démarches à effectuer auprès de l’école, de l’éducation nationale, de la mairie ?
    Je ne voudrais pas que mes enfants soient en absence illégitime de l’école.
    Dois-je faire procéder à la radiation et demander la réintégration à mon retour ?
    Merci de votre aide car je suis un peu perdue.
    Amicalement.
    Chris.

    Répondre
    • Vous faites exactement comme si vous faisiez l’instruction à la maison. Vous devez faire vos déclarations à partir du moment où ils ne retournent plus à l’école et vous indiquez dans vos courriers les dates de votre voyage. Attention, ça veut dire que pendant ces 2 mois, vous devez continuer d’assurer l’instruction parce qu’à votre retour, vous pouvez être contrôlés avant que vos enfants réintègrent l’école. Après, avec l’école de vos enfants, vous pouvez aussi leur expliquer votre projet, certains enseignants acceptent de donner les cours aux parents quand il s’agit de quelque chose de ponctuel.

      Répondre
  • Bonjour ! Merci pour cette mine de ressources ! Mon cas est particulier et je suis un peu perdue…et je crains les soucis administratifs car le temps presse.
    Nous habitions dans la région parisienne où mon enfant a été scolarisé jusqu’au mois de juillet et a fini son CE1. Nous avons spécifié a l’école que nous partions l’année prochaine car changement de vie . J’ai tout quitté cet été, boulot, appart, mais certains facteurs non prévus sont rentrés en jeu notamment une séparation qui a chamboulé nos projets. Contrairement à ce que je pensais je n’ai pas de domicile encore et je suis en voyage en France avec mon fils. N’ayant pas d’adresse jusqu’à nouvel ordre je ne peux pas signaler que je fais l IEF. J’ai envoyé un mail à la directrice de l’ancienne ecole pour lui signaler notre cas et lui demander conseil, car c’est la dernière école fréquentée mais comme cette dernière m’avait donné un certificat de radiation en juin, de fait il n’est plus inscrit à l’école. La directrice ne m’a d’ailleurs pas répondu.
    A qui donc signaler le fait que nous sommes itinérants et pour l’instant en IEF? A l’ancienne académie et l’ancienne mairie ? La semaine prochaine nous nous poserons quelques semaines chez des amis dans une autre région dans l’idée de réfléchir à où nous installer.
    J’ai compris qu’il y a un délai de 8 jours après la rentree scolaire pour signaler l IEF , Mais si mon fils n’est inscrit nulle part a qui écrire ? Et suis je hors la loi ? J’ai encore quelques jours pour réfléchir et comme nous sommes itinérants en camping ce n’est pas facile de faire les démarches. Si jamais vous avez des pistes elles seront les bienvenues ! En vous remerciant pour ce site et votre temps !
    Belle journée

    Répondre
    • Normalement, vous n’avez pas 8j après la rentrée scolaire mais vous devez faire vos courriers au plus tard le jour de la rentrée. Les 8j c’est en cas de déscolarisation en cours d’année. Mais ne paniquez pas, vous allez trouver une solution. Le fait d’être sans domicile fixe, normalement, vous devriez être rattaché à un CCAS. Parce que sans adresse fiscale, les impôts ne peuvent pas vous contacter, les services de l’état type sécurité sociale ou autre non plus. D’où l’importance d’avoir une adresse fiscale. Je vous conseille de contacter dans un premier temps le CCAS de la commune d’où vous avez déménagé. Ils vous connaissent, vous étiez résidente dans leur commune jusqu’à cet été, donc ils devraient accepter de vous domicilier, au moins pour une année, le temps que vous sachiez ce que vous ferez. Faites alors vos courriers à l’académie et à la mairie en fonction de cette commune. Donc 1/ Contacter le CCAS en urgence, expliquer la situation. 2/ Contacter l’académie d’où vous venez, pour leur expliquer. Avec les infos, vous saurez quoi mettre dans les courriers 🙂 Courage

      Répondre
      • Merci mille fois pour ces réponses !
        Un point sur lequel je ne suis pas claire c’est : est je besoin d’inscrire mon enfant a l’école ou bien juste faire les courriers à la mairie de domiciliation et à l’académie ?est ce obligatoire qu’il ait une inscription?
        Parce que sil s’agit juste de courriers je peux juste déclarer que je fait l IEF sans forcément mentionner l’itinerance, car pendant un mois ou deux ma coloc sera tjs ds l’appart et peut récupérer les courriers
        .le souci actuellement pour moi est l’inscription à l’école de loin.
        Bref , merci en tout cas !

        Répondre
        • Ah non, vous n’êtes absolument pas obligée d’inscrire votre enfant à l’école. En fait vous avez le choix. Soit vous l’inscrivez dans une école en prévenant que c’est provisoire (mais il faudra alors que votre enfant aille en classe). Soit vous faites le choix de l’instruire vous même et alors vous faites les deux courriers (par contre, il faut l’accord des des parents et que les deux parents signent les courriers pour la mairie et l’académie).

          Répondre
  • Bonjour, merci pour vos précieux éclaircissements. Nous sommes en voyage depuis quelques mois mais ça fera 3 mois dans le pays actuel le 13 septembre or ma fille devrait commencer l’instruction à cette rentrée (le 2) dois-je quand même envoyer un courrier en tant qu’itinerant? Sachant que nous souhaitons rester ici mais n’avons pas encore la résidence. Et à quelle mairie et Académie ? Nous recevons notre courrier chez ma belle mère peut être dans l’Académie et mairie de chez elle? Merci !

    Répondre
    • Si vous êtes à l’étranger et que vous n’avez qu’une adresse pour le courrier en France, vous n’avez rien à déclarer en France. Surtout si vous n’avez pas l’intention de rentrer en France prochainement.

      Répondre
  • bjr! avez vous un courrier type pour les familles qui partent en voyage a duree indeterminée, et dont les enfants ne dependront plus de la France car partis plus de 6 mois?
    merci!

    Répondre
    • Non, je n’ai pas de courrier type. Mais il suffit de reprendre les courriers habituels et d’indiquer la date de départ à l’étranger et que c’est pour une durée indéterminée… Et quand vous reviendrez en France, si poursuivez l’instruction à la maison, alors vous devrez prévenir de votre retour

      Répondre
  • Bonjour,

    Nous sommes propriétaire en France, mais d’origine Suisse. Mon mari travaille à distance pour la Suisse d’ailleurs.
    Au vue des restrictions qui semblent se mettre en place dans le futur proche, nous envisageons de partir en voyage en échange de maison si possible dans 3 pays par an, en y restant moins de 3 mois mais en étant absent de France plus de 6mois au total.
    Est ce une solution qui nous permettrait de passer outre les contrôles ?
    Ou voyez-vous une autre possibilité que nous pourrions envisager afin de pouvoir poursuivre l’iEf ?
    Nous sommes en ief depuis printemps 2020 avec un contrôle positif cette année scolaire 2021.
    Merci d’avance

    Répondre
    • Bonjour. Alors si vous êtes absents plus de 3 mois de France, vous ne dépendez plus de la France. Même si vous avez votre maison en France. Vous serez en déplacement, sous forme d’itinérance mais dans différents pays (et comme vous l’avez dit, si vous ne restez pas 3 mois dans un même pays, vous ne dépendez pas non plus de ces pays-là). Donc votre cas de figure, à mon sens, serait une jolie faille par rapport aux restrictions annoncées (ce n’est que mon avis, à prendre avec des pincettes, d’autant plus qu’on attend les décrets qui vont expliciter la nouvelle loi). Ceci étant dit, si vous continuez l’IEF cette année et que le contrôle est positif (comme l’année qui vient de s’écouler), vous aurez une autorisation pour les 2 années suivantes en restant en France; Donc en gros, vous êtes tranquilles jusqu’à la rentrée 2024, ce qui vous laisse le temps de voir si votre idée est réalisable 🙂

      Répondre
      • Bjr je ne comprends pas , si on part plus de trois mois on ne dépend plus de la France mais jusqu a combien de temps? Faut il dépasser les 6 mois (en sachant que 6mois +1 nous rend résident de l autre pays) ? Faut il être au moins 9 mois en dehors de la France ? (Car si plus de 3 mois en France on est à nouveau dépendant d ici non?) Merci!

        Répondre
        • À partir de 3 mois révolus dans un même pays, vous dépendez des règles de ce pays. Vous ne dépendez plus de la France si vous quittez le pays plusieurs mois d’affilée sans retour prévu. Si en revanche vous partez, vous revenez, vous repartez, vous revenez, vous devrez faire les courriers pour indiquer les périodes d’absence.

          Répondre
  • Bonjour,

    Mon fils de 3 ans devait faire sa première rentrée scolaire. Nous avons décidés au dernier moment de rester à l’etranger chez de la famille mais nous n’avons pas encore de date de retour. Pouvez vous nous aider sur les démarches à effectuer svp

    Répondre
    • Si vous êtes plus de 3 mois dans le pays où vous êtes actuellement, alors vous dépendez des conditions de scolarité de ce pays-là. Quand vous rentrerez en France, vous ferez les démarches pour que votre fils intègre une école en cours d’année (ou le déclarer en instruction à la maison si vous décidiez de finir l’année en France en école à la maison). Je vous conseille toutefois d’écrire à l’école où votre fils est inscrit pour expliquer votre situation, afin de ne pas vous retrouver sans place pour lui à votre retour en France.

      Répondre
  • Bonjour, nous habitons en Asie en tant qu’expatriés pour le compte d’une entreprise française pour 6 ans et avons choisi l’ief pour nos 3 enfants. Nous projetons de revenir cet été en vacances en France pour voir la famille. Si nous restons plus que 3 mois en France, devons nous déclarer l’ief pendant notre séjour s’il dépasse 3 mois. Merci.

    Répondre
    • Normalement, oui. Quand nous étions petits, nous habitions en Afrique Sub Saharienne et mes parents ne revenaient en France que tous les 3 ans. Nous venions alors pour 6 mois. En général, on était scolarisés dans une école en France de sept à nov, et ensuite, nous reprenions le CNED (on habitait en brousse) dès que nous repartions. Pour vous, si votre date de retour pour l’Asie est déjà fixée à l’avance, faites simplement la déclaration fin août, début sept, en expliquant votre situation. Normalement, les contrôles n’ont pas lieu avant nov pour l’académie (la mairie, elle, peut vous proposer un rdv dès septembre).

      Répondre
  • Bonjour,
    J’ai une petite fille de 2ans et demi. Mon mari est décédé il y a bientot deux ans. Depuis son décès, je n’ai ni l’envie, ni les ressources de me stabiliser. Je suis en télétravail actuellement, et navigue entre chez des amis, mes parents, à droite à gauche. Je me retrouve aujourd’hui à devoir trouver un lieu de scolarisation pour ma fille à partir de septembre prochain. Je ne souhaite en aucun cas faire l’instruction à la maison. J’aimerais juste avoir la possiblité de continuer à bouger d’un endroit à l’autre. Mon travail est compatible avec ce type de vie. Je ne suis pas sure concernant sa scolarisation.
    Je trouve beaucoup de réponses à mes questions sur internet, mais surtout concernant la vie de voyageur avec instruction en famille. Ce n’est pas du tout ce que je souhaite actuellement. De ce fait: ma question: est il possible d’arriver à un endroit et de scolariser son enfant pour quelque mois? Meme sans adresse « fixe »?
    Merci beaucoup pour votre réponse ( si vous en avez le temps).
    Cdlt.

    Répondre
    • Bonjour Marion,
      Votre cas de figure ne fait pas partie des différents cas expliqués ici. Si vous faites le choix de scolariser votre fille, vous pouvez très bien avoir plusieurs habitations différentes. Certaines familles du cirque ou forains scolarisent leurs enfants 3mois à un endroit, 3 mois à un autre. Posez-vous simplement la question de savoir ce qui est le mieux pour vous et votre fille. C’est pas toujours facile de voir tous ses repères être changés tous les deux ou trois mois. Si elle est scolarisée et que vous changez d’habitation mais en restant à un délai raisonnable de l’école en question, peu importe où vous logez. Mais si elle doit s’habituer à une nouvelle classe, un nouvel enseignant, des nouveaux copains, trop souvent, ça peut perturber ses apprentissages. Mais ce n’est pas interdit par la loi. Tant qu’elle est scolarisée. Après, est-ce qu’une école peut la refuser ? Je ne sais pas.

      Répondre
  • Bonjour Anne-Estelle,
    Merci pour ce site et pour les réponses.
    Voilà, nous sommes 2 parents professeurs des écoles embauchés dans un lycée français à l’étranger en Amérique Latine.
    Nous avons 2 enfants (7 et 12 ans) et venons d’apprendre qu’à la rentrée de février, il y aura au moins 2 mois de confinement. De plus, la scolarité de février à juillet va nous coûter 4000 euros et avec le distanciel je n’ai pas envie de les scolariser ainsi.
    J’aimerais faire l’école à la maison. Qu’en pensez-vous ? Est-ce possible ? quelles démarches dois-je faire ?
    Je veux juste vous préciser que l’année d’avant nous étions en école française en Italie et les 2 années précédentes en Lettonie…

    Merci d’avance pour votre temps et vos réponses.
    Caroline

    Répondre
    • Bonjour Caroline. Alors, je n’ai pas toutes les réponses, d’autant plus que je ne suis ni juriste, ni en lien direct avec les services des ambassades. Si j’ai bien compris votre situation, en tant que profs à l’étranger dans un lycée français, vos enfants sont normalement scolarisés dans le lycée français ou vous enseignez, n’est-ce pas ? Parce que s’il y a un confinement, en tant que professeur des écoles, vous continuez tout de même à assurer les cours à distance, à donner du travail aux enfants etc ? Non ? Alors pourquoi vos enfants ne bénéficieraient pas de la même chose de la part de leurs professeurs ?
      À moins que les 4000€ dont vous parlez soient les frais que coûteraient la scolarisation de vos deux enfants dans ce lycée français avec cours à distance du au confinement ? (Je sais que la scolarisation dans un lycée français à l’étranger peut coûter cher mais je n’aurais jamais cru autant).
      Ok, donc partons du principe que vos enfants ne sont inscrits ni dans l’établissement français, ni dans un autre établissement du pays où vous résidez. C’est là que ce sont les conditions du pays qui interviennent (car vous vivez plus de 3 mois dans ce pays). Vous devez vous renseigner si l’école à la maison est autorisée dans le pays où vous êtes. Si elle ne l’est pas, alors vous n’avez pas le choix : vous devrez scolariser vos enfants. vous ne pouvez pas prétendre au CNED réglementé (qui pourrait faire office de solution car scolarisation française mais à distance) car il y a un établissement français à proximité. Cela ne sert à rien de déclarer à l’ambassade de France que vous faites l’IEF, ça ne dépend pas d’eux mais du pays où vous vivez. Si c’est autorisé dans ce pays, alors regardez si vous avez des démarches spécifiques à faire ou non. J’espère vous avoir un peu aiguillée 🙂

      Répondre
      • Bonjour, maman d un lutin qui fera normalement sa rentrée en maternelle en septembre 21, et ayant un projet de voyage ensuite, est il préférable de l inscrire jusqu’aux vacances de Noël et de faire un courrier ensuite sur mes dates de voyages- je peux renvoyer un courrier en cours de route si mon voyage dure plus longtemps que prévu ?
        Ou fais je une demande immédiate pour un ief ?
        Je veux pas qu on vienne m embêter si je viens à le « de scolariser » pour notre voyage sachant qu on rendra notre logement pour éviter double frais de logement et donc sera pas forcément de retour dans sa 1ere école

        Répondre
        • Bonjour, alors étant donné que pour la prochaine rentrée, tout est encore très flou au sujet du projet de loi, je ne peux que vous donner un avis consultatif. En considérant que pour la prochaine rentrée, tout se passe comme la dernière rentrée scolaire, alors vous pouvez tout à fait scolariser votre enfant jusqu’à votre départ, et le désinscrire en cours d’année scolaire. Et faire vos déclarations mairie et académie dans les 7 jours de la déscolarisation, en précisant votre date de départ en voyage, et le retour si vous l’avez, pour qu’ils puissent fixer une date de contrôle, sinon leur dire que vous leur enverrai un courrier dès que vous aurez la date de retour. Ça, c’est si les choses restent comme elles étaient actuellement, ce sont vos droit actuels.

          Répondre
  • Bonjour,
    Nous vivons au Chili mais avons du en urgence scolariser notre fille de 9 ans en France ( nous étions bloqués en France plus de temps que prévu et nous pensions nous y réinstaller suite aux problèmes que la crise actuelle nous occasionne…) Mais face à l’impératif de retourner au Chili afin de vendre nos biens et récupérer tout ce que nous possédons, processus qui sera probablement assez long, nous devons retirer notre fille de l’école pour une période qui sera supérieure à 6 mois. Est-ce qu’une lettre à l’établissement scolaire, une autre à la mairie et une dernière à l’académie seront suffisantes? Car notre départ est prévu pour très bientôt et nous ne serons plus présents pour d’éventuels controles ou justificatifs à fournir.
    Merci beaucoup pour votre réponse,
    Cordialement,
    Davy

    Répondre
    • Si vous restez les 6 mois en question au Chili, vous dépendrez des règles du Chili. Soit vous allez faire l’instruction en famille (ou cours par correspondance) si le Chili le permet et que c’est votre souhait, soit la scolariser dans une école là-bas. Vous ne dépendez plus de la France. Donc vous prévenez simplement l’établissement du fait que vous retirez votre fille de l’école pour aller au Chili où elle terminera son année scolaire là-bas et vous indiquez la date de votre départ et c’est tout. Le reste se passe au Chili.

      Répondre
  • Bonjour, merci pour cet article qui est très bien fait !
    J’aimerais rebondir sur un commentaire:

    « Si je suis itinérant ou que la loi du pays dans lequel je réside plus de 3 mois autorise l’instruction à domicile, je peux pratique l’IEF, le unschooling ou inscrire mon enfant en cours par correspondance (avec des cours francophones ou pas). »

    Quand vous dites « je peux pratiquer l’IEF (si le pays de résidence l’autorise » : cela veut-il dire une déclaration IEF en France, une scolarité en français, régie par la loi IEF en France ?
    Ou une scolarité régie par la loi IEF du pays de résidence ???

    Je n’arrive pas du tout à éclaircir ce point .. Merci de m’aider si vous avez une réponse à ce sujet 🙂
    Bonne journée !

    Répondre
    • Une déclaration dans le pays où vous êtes. La France ne pourra pas contrôler votre instruction en famille puisque ça ne dépend plus d’elle (étant donné qu’après trois mois, vous êtes soumis aux lois du pays où vous résidez). Après, plusieurs pays autorisent l’instruction à la maison sans qu’il n’y ait rien à déclarer ou aucun contrôle de leur part. Il faut vous renseigner des modalités dans votre pays de résidence. J’espère avoir apporté la réponse à votre question 🙂 Amicalement, Anne-Estelle

      Répondre
  • Bonjour, auriez-vous le texte stipulant qu’au delà de 3 mois nous dépendons des lois du pays?
    Qu’en est-il des familles qui habitent entre 2 pays, par exemple un des parent en France et l’autre et les enfants à l’étranger, faisant des allers retours, mais étant à l’étranger plus de 3 mois consécutifs ou non dans l’année et ayant prévenu tous les organismes nécessaires de leur établissement (du parent et des enfants) à l’étranger? Des pistes où chercher?
    Merci

    Répondre
    • Est considéré comme « résident » d’un pays (et pas juste un touriste) une personne résident plus de 3 mois dans un pays. Donc en tant que résident, la personne doit s’adapter aux lois de ce pays.
      Pour le cas que vous expliquez, je pense qu’il faut se rapprocher de l’Ambassade de France du pays dans lequel l’enfant séjourne régulièrement. C’est compliqué de faire alterner à son enfant deux structures scolaires différentes, et ce, chaque année. Mais pas impossible. Les cours par correspondance ou l’instruction en famille (si elle est autorisée dans ce deuxième pays) est alors totalement possible. Il vous suffit de vous déclarer auprès de l’académie et la mairie de votre lieu de résidence en France en précisant les périodes où vous êtes absents.

      Répondre
  • Bonsoir, nous avons décider de prendre des vacances à la mi septembre, est ce que cela est permis avec L’IEF, et est ce que c’est une raison valable pour pouvoir ( si besoin) décaler le rendez vous avec la mairie ? Merci

    Répondre
    • Bonjour Lydia, le mieux si vous connaissez déjà vos dates, c’est de préciser dans vos courriers que vous serez absents de telle date à telle date. Pas besoin de donner de raison, votre temps vous appartient vous n’avez pas à justifier de vos emplois du temps 🙂

      Répondre
  • Bonjour, et si on décide de voyager dans le monde entier sans rester forcément plus de 3 mois dans un même pays et ne revenir en France que pendant les vacances, comment cela se passe t il pour l ief ?

    Répondre
    • Vous êtes dans le cas de figure numéro 4. J’ai spécifié un point pour ceux qui restent plus de 3 mois dans un même pays, mais si ce n’est pas votre cas, le reste vous concerne 🙂

      Répondre
  • Bonjour
    une envie de s’echapper un an en famille en CC a l’étranger.
    Les enfants sont scolarisés en ce moment et le seront de nouveau au retour (CP-CE2), mais je vais faire les declaration d’IEF pour la rentrée prochaine, en précisant que nous serons en itinérance.

    Cote administratif, nous allons loué notre appartement, et demander à nos parents de nous heberger à titre gratuit vs les impots pour garder une adresse en France, payer les impots…

    est ce que cela vous choque? ou c’est la bonne chose à faire?

    Répondre
    • Anne-Estelle
      4 mai 2019 14 h 19 min

      Cela ne me choque pas, non, c’est une option qui est très bien. Par contre, comme indiqué dans l’article, en étant hébergé à titre gratuit chez vos parents, vos revenus seront combinés aux leurs pour la prochaine déclaration. Si cela ne vous gêne pas ou que c’est une contrainte minime pour vous, tout va bien 🙂 Profitez bien de cette année de découvertes 😀

      Répondre
  • Bonjour, comme le cas dune maman ici.

    Nous aimerions partir pendant 1 ans à l’étranger mais revenir au bout de 6 mois pour divers papiers…à régler et repartir 6 mois.
    Mes enfants seront scolarisés à l’étranger.

    Ma question est vais je avoir un contrôle puisque je suis toujours résidente en France ( nous gardons notre appartement)?

    Au niveau des prestations sociales (allocations familiales) dois je les prévenir et vais je les percevoir?

    Merci beaucoup pour votre temps et votre article

    Cordialement

    Répondre
    • Prévenir les prestations sociales : OUI ! J’ai eu vent de plusieurs cas où ils appris après coup que les personnes étaient parties plusieurs mois à l’étranger et ont demandé remboursement.
      Si vos enfants sont scolarisés à l’étranger, ils ont un certificat de scolarité donc normalement ça va. Si on vous demande des comptes, présentez ce certificat de scolarité. Après, je ne suis pas sûre, je ne connais pas tous les détails de la loi, mais normalement, si vous résidez dans un pays plus de 3 mois, vous dépendez de ce pays donc c’est logique que vos enfants soient scolarisés dans ce pays. Ceci est un avis personnel, pas un avis professionnel, comme je l’ai dit, je ne suis pas spécialiste de la loi 🙂

      Répondre
  • Et si on est domiciliés en France mais que l’enfant est scolarisé à l’étranger ?

    Répondre
    • Si l’enfant est scolarisé à l’étranger, il dépend des règles du pays où il est scolarisé. On ne devrait pas vous embêter en France puisque vous avez forcément un certificat de scolarité comme quoi il est scolarisé à l’étranger.

      Répondre
  • Bonjour, je vous explique notre situation on a commencer IEF cette année pour un 3 ème et 4 ème on a eu le premier contrôle ma question actuellement on est à l’étranger on vient de recevoir le rapport dissent qu’il veulent revenir de 2 ème fois comment leur expliquer tout sa ? Je vous remercie

    Répondre
    • Comme vous venez de le faire avec moi. Répondez à leur courrier en leur disant que vous aviez prévu un voyage à l’étranger et que vous êtes actuellement en déplacement. Donnez vos dates de retour. Proposez-leur une date qui vous corresponde. Précisez-leur que vous ne les aviez pas prévenus de votre départ étant donné que le contrôle était déjà passé. Et voyez ce qu’ils vous répondent. Soyez honnêtes et bienveillante, et il y a de fortes chances que vous trouviez une solution ensemble 🙂

      Répondre
  • Bonjour, comment ça marche quand on fait au feeling ? À qui doit t’on se déclarer ? Est t’on contrôler également ?
    Merci

    Répondre
    • On est tous soumis aux mêmes réglementations. Quand votre feeling change votre cas de figure, il faut vous adapter et prévenir les personnes de qui de droit. Ou bien vous faites comme vous le souhaitez en sachant que ça peut aussi se retourner contre vous à un moment donné. Perso, je ne suis pas là pour juger ou vous mettre une épée de damoclès au-dessus de la tête, juste vous informer, après, chacun fait ses propres choix 🙂

      Répondre
  • Bonjour moi et ma famille aileron vivre en nomade sans mettre les enfants à l’école nous voulions faire une domiciliation et vivre à l’année dans notre camping car car actuellement en appart nous n’arrivons plus à vivre entre 4mur j’aimerai savoir comment faire pour les enfants car je ne reviendrais plus en Alsace pour leur faire l’école et si en ne mettant plus les enfants non touchons les prestations

    Répondre
    • Bonjour, je ne sais pas de quelles prestations vous parlez. S’il s’agit de l’allocation de rentrée scolaire, votre CAF peut vous l’accorder si vos enfants sont inscrits à des cours par correspondance pour l’année complète. Si vous choisissez l’instruction en famille, c’est-à-dire si vous décidez de faire au feeling, avec des supports divers et variés ou votre propre programme, alors il faudra bien prévenir votre CAF (sinon ils risquent de vous verser l’ARS et vous la réclamer jusqu’à plusieurs années après… et c’est déjà arrivé plein de fois)

      Répondre
  • Bonjour,
    Nous avons voyagé 6 ans en bateau dans l’Océan Atlantique sans savoir si nous reviendrions en France un jour mais en ayant une adresse fiscale en France correspondant à l’adresse d’un de nos parents. J’avais bien pris contact avec l’Inspection Académique pour leur présenter notre situation. Il avait été décidé dès le départ que nous ne serions contrôlés qu’au moment de notre retour éventuel en France et c’est ce qui s’est passé. Nous faisions bien notre déclaration annuelle en septembre à l’Inspection Académique ainsi qu’à la mairie de notre résidence fiscale. La commune, suivant notre périple, connaissait notre situation et donc l’impossibilité de faire le contrôle sanitaire obligatoire tous les deux ans. Nous avons suivi les cours Ste Anne par correspondance qui étaient plus flexibles que le CNED.

    Répondre
    • Anne-Estelle
      18 mai 2018 7 h 20 min

      Merci beaucoup de votre témoignage. C’est super. Et quelle aventure : 6 ans en mer. Vous avez du en faire de jolies escales. Et traverser aussi quelques tempêtes. Mais c’est génial. Merci d’avoir pris le temps de nous raconter comment vous avez fait pour l’administratif, c’est super intéressant de voir dans le concret les différentes façons de procéder. J’espère que le retour sur le continent n’a pas été trop difficile…
      Amicalement, Anne-Estelle

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

4 × deux =