NOTRE CALENDRIER LINÉAIRE 2020 INSPIRÉ DE LA POUTRE DU TEMPS MONTESSORI EST LÀ

Sur le site plaisir d’apprendre je laisse souvent la place à d’autres personnes qui partagent avec nous leurs outils et astuces pour apprendre avec plaisir (d’ailleurs, si vous le souhaitez, vous pouvez contribuer). Il y a quelques jours, j’ai reçu un mail de Mireille du site plaisir-des-nombres.com : son domaine à elle ce sont les mathématiques et plus précisément un outil génial qu’elle m’a fait découvrir : les réglettes de Cuisenaire. Alors je lui laisse la place et je suis sûre que cet article va mettre du soleil dans votre journée et permettre à votre enfant (d’âge primaire mais aussi au collège) de mieux comprendre les maths et surtout, de s’amuser avec 🙂

 

À l’origine : Georges Cuisenaire

Les réglettes Cuisenaire apparaissent en 1954, fruit d’une longue réflexion de Georges Cuisenaire, instituteur depuis plus de trente ans. Il a remarqué ce que tous les parents, pédagogues, éducateurs, et autres experts de l’enfance savent : les enfants ont un énorme besoin de manipuler pour comprendre. C’est d’ailleurs plus qu’un besoin, c’est la voie royale pour appréhender leur quotidien.

Alors, pourquoi y aurait-il une différence pour les apprentissages scolaires ? Peut-on exiger d’un enfant de savoir faire un gâteau sans jamais lui laisser la possibilité de manipuler la farine, de casser les œufs, d’allumer le four ? Et pourquoi exiger d’un enfant de maîtriser les nombres, leurs relations, les opérations sans jamais lui donner la possibilité de les manipuler ?

On croit malheureusement souvent que pour étudier les mathématiques, il faut avoir une grande capacité d’abstraction. Pour continuer à un très haut niveau, sûrement. Mais les enfants de primaire et de collège n’en sont pas à ce niveau. C’est prendre le problème à l’envers. L’abstraction est innée chez les êtres humains, et heureusement ! Il est nécessaire ensuite de lui permettre de se développer pleinement. Et les mathématiques, précisément, sont un outils de choix pour cela.

Alors, comment concilier cette exigence de manipulation concrète nécessaire à la découverte et à la compréhension et cette nécessité de développer son abstraction pour avancer dans ses apprentissages ? C’est exactement la force des réglettes Cuisenaire.

Les réglettes de Cuisenaire

Les enfants manipulent des réglettes qui symbolisent les nombres pour rendre concret leurs relations. Cet ensemble de dix réglettes s’ajustent si bien les unes avec les autres, que l’enfant découvre sans s’en apercevoir, qu’il y en a des plus grandes, des plus petites, que certaines ont une longueur double d’autres, que certaines s’associent judicieusement, mais pas n’importe lesquelles, pour égaler la longueur d’une autre…

L’enfant apprend ce que signifie une égalité, découvre ce qui se passe quand on additionne et soustrait, et s’initie à l’esprit mathématique lorsqu’il remplace une longue addition par une multiplication, à l’écrit

Les réglettes, sont si ingénieuses dans leur conception et si simples dans leur approche, qu’un enfant découvre les notions au programme d’arithmétique de primaire et du collège, par les deux caractéristiques innées et si précieuses de l’être humain :

  1. Sa curiosité naturelle qui le pousse, tant qu’il en a la possibilité, à chercher les réponses à ses question,
  2. Son réflexe de prendre en main et de « regarder comment ça marche ».

Les réglettes Cuisenaire, sont un outil extraordinaire pour faire une entrée royale en mathématiques. Elles ont fait leurs preuves pendant des décennies, dans des dizaines de pays…

Les réglette de Cuisenaire vous intéressent ?

Une boîte de 300 réglettes de Cuisenaire (100 blanches, 10 oranges) suffit pour travailler avec quatre enfants. À l’exception de certains exercices qui nécessitent ponctuellement plus de réglettes oranges. C’est indiqué dans chaque étape de l’accompagnement.

On peut les trouver sous le nom de “réglettes de Cuisenaire”, “réglettes de nombres” ou le nom de la marque déposée en Belgique “les nombres en couleurs”.

Elles sont parfois en plastique et parfois en bois.

Les prix s’échelonnent de 25 € à 40 € selon le revendeur. Attention, le contenu des boîtes n’est pas standardisé : le nombre de réglettes peut varier.

 

Et vous, connaissiez-vous cet outil ? Connaissez-vous d’autres outils pour jouer avec les maths et manipuler les nombres ?

 

    Découvrez GRATUITEMENT
    LA MALLETTE PLAISIR D'APPRENDRE
    1 Livret avec mes 20 meilleures astuces
    4 vidéos pour des enfants heureux d'apprendre
    1 box plaisir d'apprendre
    Et régulièrement conseils, découvertes et offres commerciales sur les apprentissages
    Vos données personnelles sont sécurisées. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur un lien "unsubscribe" présent au bas de chaque e-mail.
    Lisez aussi :
    Ressources :

    4 Commentaires. En écrire un nouveau

    • Bonjour. Belle soirée .
      Quelle différence avec les perles et autres types de matériel proposés dans les différentes pédagogies ? Cordialement

      Répondre
      • Je pense que c’est juste des personnes qui ont la même idée (manipuler les nombres) et qu’ensuite, il s’agit de trouver la forme qui nous convient le mieux. Personnellement je n’aime pas les perles, alors que les bâtonnets (cubes, réglettes) sont beaucoup plus à mon goût. Je pense qu’il s’agit de ça, de goût et de préférence. L’essentiel est de pouvoir appréhender les grandeurs, les additions, les multiplications sans difficulté, en s’amusant.
        Ce n’est que mon avis 🙂 Amicalement, Anne-Estelle

        Répondre
        • Bonjour, merci pour ce partage si précieux ! Personnellement j’utilise les perles et les réglettes. Les réglettes en premier avec les tout jeunes enfants, avant même de découvrir les nombres, ils jouent avec les longueurs et apprennent les notions comme plus grand, plus petit, égal et tout ce que vous avez expliqué ci-dessus. J’apprécie aussi les perles de la méthode Montessori car les enfants sont sensibles à ce qui est beau, ils aiment beaucoup les manipuler. Mon seul regret c’est que le code de couleur ne soit pas le même d’un matériel à l’autre. Pour l’addition, je trouve les réglettes plus faciles à utiliser car on peut plus facilement les mettre bout à bout ; d’ailleurs il existe une règle Cuisenaire avec un couloir ; vous connaissez ? Chère Anne Estelle, si nous parlons nombres, connaissez-vous Rémi Brissiaud ? Il donne des précisions vitales concernant le premier contact que les enfants ont avec les nombres, l’importance de connaître un nombre par ses décompositions et le piège du comptage un à un. Très bonne journée à vous. Nicole.

          Répondre
          • Bonjour Nicole, non je ne connais pas Rémi Brissiaud. J’irai jeter un oeil à son travail qui a l’air intéressant, vous m’avez mis l’eau à la bouche 🙂 Merci de votre commentaire.

            Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Fill out this field
    Fill out this field
    Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
    Vous devez accepter les conditions pour continuer

    dix − huit =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Menu