NOTRE CALENDRIER LINÉAIRE 2020 INSPIRÉ DE LA POUTRE DU TEMPS MONTESSORI EST LÀ

“Bonjour Anne Estelle. Je suis un papa d’un garçon hyper émotif de 4 ans et demi et à chaque fois que je pars au travail, c’est un déchirement (il pleure, il est en colère, il ne veut plus me voir et me dit de rester au travail). Chaque matin c’est pareil. Auriez vous quelques conseils à me donner afin d’expliquer au mieux à mon enfant, j’ai essayé de lui expliquer comme j’ai pu le monde du travail mais rien n’y fait ! Merci beaucoup, vous êtes vraiment une aide considérable !!!”

 

Pourquoi les enfants souffrent-ils autant de se séparer de leurs parents ?

Mettons-nous un peu à la place de l’enfant. Il a grandi dans le ventre de sa maman pendant 9 mois, puis à sa naissance a vécu une période de fusion avec ses parents qui se sont occupés de lui et répondu à tous ses besoins (le nourrir, le changer, le câliner, l’aider à dormir, se sentir en sécurité…).

Vient ensuite le temps de la séparation. La séparation est quelque chose de nécessaire pour l’adulte et pour l’enfant. Mais souvent, elle n’intervient pas en douceur, et est assez précoce. Dans toutes les sociétés tribales, les enfants sont avec leur figure d’attachement (généralement leur mère mais aussi parfois leur père) jusqu’à 4, 5 ou 6 ans. Leurs premières années sont essentielles pour recevoir le plein affectif nécessaire pour ensuite évoluer en se sentant en sécurité dans la vie.

Aujourd’hui, dans nos sociétés occidentales, les enfants se retrouvent souvent chez une nounou à quelques mois de vie (ou dans une crèche), puis à l’école à l’âge de 3 ans. Ce n’est pas une critique mais juste une explication pour comprendre pourquoi c’est un contexte difficile émotionnellement pour l’enfant : la séparation d’avec sa figure d’attachement + gérer ses émotions + évoluer dans un cadre différent de la maison avec de nouvelles règles + être avec d’autres enfants (qui n’ont pas les mêmes besoins) + s’éveiller au monde et apprendre + le rythme de vie assez soutenu + peu de temps en extérieur… Tout cela à un âge où l’enfant préfèrerait être avec ses parents, jouer et avancer à son rythme.

Donc un enfant de moins de 6 ans peut entendre pourquoi c’est nécessaire que ses parents aillent travailler, mais il ne peut pas le comprendre. C’est à des années lumières de ce qu’il ressent. Certains enfants arrivent à gérer cela plus facilement que d’autres, mais comme vous le savez, nous ne sommes pas tous à égalité face aux émotions.

Enfin, certaines circonstances accentuent le sentiment d’insécurité de l’enfant : un changement de style de vie (divorce, déménagement, arrivée d’un petit frère, une copine qui déménage, nouvel instituteur, etc.), un manque de familiarité (besoin d’un temps d’adaptation), la timidité, la peur (l’enfant n’a pas peur d’être sans ses parents mais peur d’autre chose comme la peur de l’inconnu, des monstres, de se faire mal…), des angoisses (de la mort par exemple), de la honte, etc. L’enfant ne choisit pas d’éprouver ce qu’il ressent, il n’aime pas ressentir les effets (il préfèrerait ne pas en avoir) et il ne sait pas comment s’en débarrasser. Il faut savoir que lorsque l’être humain a peur, soit il fuit, soit il lutte. Le petit enfant ne peut ni fuir, ni se défendre seul. Il s’appuie donc sur ses parents.

 

Comment mieux vivre la séparation en tant que parent ?

Pour aider son enfant à bien vivre la séparation, il faut déjà bien la vivre soi-même. Voici quelques pistes :

  • Faire le bilan sur nos propres expériences de séparation étant enfant,
  • Savoir pourquoi on le fait,
  • Accepter l’idée que ça peut être dur et ne pas culpabiliser : on peut le dire à l’enfant sans que cela pèse sur lui. Par exemple “je vais penser à toi, mais je sais que ça va aller parce que tu vas t’amuser de ton côté pendant que je vais travailler. Et ce soir, on aura plein de choses à se raconter.”
  • Y aller en douceur,
  • En parler à une oreille attentive si besoin.

 

10 façons d’aider l’enfant à bien vivre la séparation

  1. Materner sans culpabiliser : plus nous répondons aux besoins d’attachement de l’enfant dans sa petite enfance, plus il deviendra confiant et sûr de lui en grandissant.
  2. Jouer à cache-cache, pour habituer l’enfant à se séparer et à se retrouver.
  3. Favoriser les temps calmes et en autonomie : un bébé peut être éveillé et seul, calme, observer les murs, rêver les yeux ouverts, jouer (s’il n’appelle pas c’est qu’il est bien). C’est valable aussi pour les plus grands (vous avez un article sur ce sujet ici).
  4. Installer un rituel de séparation : prévenir l’enfant avant (lui dire quand nous partons et où, et quand nous reviendrons) + utiliser une même phrase ou un même geste à chaque fois (un câlin, 3 bisous, un check, une chansonnette) + prendre 5 minutes (une séparation qui s’effectue dans la précipitation augmente le risque d’anxiété) + ne pas s’éterniser (une fois le “au-revoir” dit, il est important de partir vraiment).
  5. Les mots qui font du bien (pour un enfant qui sait lire) : écrire ou imprimer des petites phrases que l’on glisse dans les poches de l’enfant et qu’il lit dès qu’il se sent triste sans nous. Ces petites phrases peuvent être des mots d’amour, des compliments, des choses positives sur lui, des phrases de motivation, etc.
  6. Le jeu du lapin calme : à faire avant la séparation (on peut l’inclure dans le rituel de séparation) : on est des lapins calmes. On ferme les yeux, on se détend, on inspire, on expire. C’est l’heure où le lapin s’installe confortablement et se repose. On remue nos nez de lapin. Maintenant, nos visages de lapin ne bougent plus, ils ne parlent plus. On remue les doigts de pieds. Maintenant on ne les bouge plus. On remue les doigts. Maintenant on ne les bouge plus. Et ainsi de suite avec les bras, les épaules, les jambes… On inspire, on expire. Maintenant on est des lapins contents, détendus et calmes.
  7. Le bracelet “magique” : cette idée a été proposée par Elisabeth Pantley (une auteure et maman américaine). Le bracelet est un objet transitionnel (comme le doudou) qui aide à se séparer en toute confiance de ses parents. Le bracelet doit être solide, facile à enlever et à remettre, assez discret et facile à remplacer s’il se casse ou s’il est perdu. On offre le bracelet à l’enfant comme quelque chose de spécial qui rappellera à l’enfant qu’on l’aime tout le temps, même quand on n’est pas avec lui. On peut vaporiser notre parfum dessus. Le bracelet devient comme un bout de nous qui amène un sentiment de sécurité à l’enfant.
  8. Le smiley dans la main : avec un feutre indélébile on peut dessiner un smiley qui sourit. On peut lui rajouter des lunettes si nous en portons, ou des cheveux comme les nôtres. C’est comme si l’enfant portait un mini papa ou une mini maman toute la journée avec lui.
  9. Le bisou dans la main : dans son livre « Le Bisou secret », Audrey Penn raconte l’histoire d’un petit raton laveur qui a peur de son premier jour d’école. Sa maman, pleine de sagesse, embrasse la paume de sa main et lui explique que s’il s’inquiète, il peut la presser contre sa joue et se dire « Maman m’aime ». Elle ajoute que son bisou sautera de sa main à son visage et lui fera tout chaud au cœur. L’enfant peut donc à tout moment poser sa main sur sa joue et se remonter le moral. L’auteure termine l’histoire ainsi : le petit raton laveur offre son propre bisou dans la main de sa maman afin qu’elle passe elle aussi une bonne journée.
  10. La main : sur une feuille un peu épaisse, posez votre main et dessinez le contour de votre main au feutre. Offrez votre dessin à votre enfant. La feuille peut se plier pour entrer dans sa poche. Quand l’enfant se sent seul, il déplie la feuille et pose sa main sur l’empreinte de la vôtre et se sent proche de vous donc en sécurité.

 

J’espère sincèrement que cet article vous aura aidé et que vous pourrez accompagner les plus sensibles dans leur gestion des émotions. Car on le sait bien, quand les émotions prennent toute la place, impossible de réfléchir, de se concentrer et donc d’apprendre. N’hésitez pas à partager vous aussi vos astuces qui ont aidé vos enfants à se séparer de vous plus facilement.

 

Pour aller plus loin dans la gestion des émotions, n’hésitez pas à vous inscrire (en cliquant ici) au programme “Bien vivre les émotions, l’attention et la concentration au sein de la famille”, avec des explications en vidéos et 25 exercices pratiques à tester avec vos enfants 🙂

    Découvrez GRATUITEMENT
    LA MALLETTE PLAISIR D'APPRENDRE
    1 Livret avec mes 20 meilleures astuces
    4 vidéos pour des enfants heureux d'apprendre
    1 box plaisir d'apprendre
    Et régulièrement conseils, découvertes et offres commerciales sur les apprentissages
    Vos données personnelles sont sécurisées. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire en cliquant sur un lien "unsubscribe" présent au bas de chaque e-mail.
    Lisez aussi :
    Ressources :

    8 Commentaires. En écrire un nouveau

    • Bonjour et merci bcp!!!

      votre article m’as donné de bons conseils via les 10 facons d’aider mon enfant a bien vivre la séparation.

      Je vous remercie de tout coeur pour votre feedback.

      je vous souhaite une belle journnée ensolleilé.

      SAM. A.

      Répondre
    • Bonjour, merci pour ces conseils et prises de conscience. Maman d’une fille de 2,5ans et d’un petit gars de 4mois je crois sincèrement et expérimente qu’il est bon que l’enfant exprime ses emotions cela montre qu’il ne les enfouit pas ! Il demande simplement de l’aide pour les gérer.
      Mon premier reflexe est de le baisser pour etre a sa hauteur et la prendre ds les bras si cest possible, d’accuser reception de l’emotion que je crois entendre en la nommant et demandant validation de sa part “j’entends que tu es en colère/triste/…/, est ce que c’est cela?” et de lui rappeler qu’elle a le droit de pleurer car cela fait du bien de se libérer de la tension qu’elle a en elle. Autre chose à laquelle j’essaie d’être vugilante c’est d’éviter les formules du type “je dois partir travailler, je suis désolée, je n’ai pas le choix ” en le remplaçant par l’affirmation que c’est un choix que je fais “je. choisis de travailler a 1:00 de la maison car ce job me plait beaucoup, il le permet de m’epanouir et de me sentir bien ensuite quand je vous retrouve tout en gagnant sufisamment ma vie et contribuer a la vie de la famille telle que jen ai envie” (car je pourrai faire le choix d’arrêter de travailler privilegiant le temps avc ma famille mais pour un niveau de vie moindre ou de trouver un travail alimentaire a 20mn de chez moi mais non epanouissant)… Bref, poser les choses positivement et de manière responsable, je pense, aide l’enfant a grzndir meme sil ne comprend pas tout. L’état d’esprit me semble très important. Une dernière idée que j’apprends a mettre en oeuvre est de mentionner une baguette magique ex:”tu sais, si javais une baguette magique je t’emporterais avec moi la où je vais et on construirait une grande salle de jeux avec un toboggan entre mon bureau et le jardin et avec la baguette magique on pourrait aussi faire apparaitre de très gros pinceaux pour peindre partout sur les murs …..! Toi aussi tu aimerais cela ? Tu aurais envie de peindre ensemble ?…” Bref l’emmener dans un imaginaire qu’il puisse attraper…
      Quelques idées, si cela peut aider ! Bon courage !

      Répondre
    • Bonjour bonjour^^
      J’avais pensé aux petites phrases d’Amour écritent mais mon fils ne sait pas encore lire du coup j’ai cherché une alterntive^^ j’ai fini par trouver et imprimet une photo de nous deux en train de rire où j’avais écrit “je t’aime très fort” ensuite j’ai fait une copie je lui ai donné l’une des copies et j’en ai gardé une je lui ai lu la phrase et j’ai fait un bisous sur sa copie en lui expliquant que si il veut il peut l’a regarder pour se rappeler que je l’aime et que je suis peut être moi aussi entrain de regarder notre photo^^ ça a bien fonctionné jusqu’à ce que la maîtresse lui confisque la photo en disant que c’était l’heure de l’école et pas de jouer. Il était inconsolable et ils ont fini par m’appeler en disant qu’il devait être malade…. en discutant avec lui j’ai compris ce qu’il a ressenti et on a trouvé une autre solution alternative : le bracelet! Par contre j’ai pris les devants le matin même j’ai été expliqué à la maîtresse ce qu’avait représentée la photo pour mon fils et qu’on l’avait remplacé par un bracelet. Bon malheureusement la prof m’a dit que tant qu’il ne joue pas avec en classe ça ira… du coup Léo l’a entendu et forcément il a joué avec… et ça a aussi été confisqué! Bref je suis assez fâchée envers la maîtresse et Comme mon fils l’aura encore à la rentrée 2017 je sens pas du tout cette nouvelle année… Auriez vous des solutions pour apaiser les tensions et le dialogue entre parent et enseignants ?

      Répondre
      • Pour la photo je ne comprends pas pourquoi elle a été confisquée. C’était une super idée. Peut-être demander à votre fils de la garder dans sa poche et de poser sa main dessus quand il en a besoin, sans la sortir ? Après, ce serait moi, j’expliquerai à la maîtresse pourquoi la photo, “que je comprends qu’il ne faut pas que ça devienne un jeu ou une excuse pour être distrait mais que c’est important que mon fils l’ait sur lui, dans sa poche ou dans sa trousse. La maîtresse peut très bien rappeler la consigne mais en aucun cas confisquer la photo. Si jamais il y a besoin d’intervenir, c’est mon fils avec nous les parents qui prendrons la décision adéquate, en respectant la bon fonctionnement de la classe”.

        Répondre
    • Toujours des articles géniaux qui nous permettre de nous recentrer et revenir à l’essentiel. Le bien être de l’enfant et de la famille. Milles merci et gros bisous

      Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Fill out this field
    Fill out this field
    Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
    Vous devez accepter les conditions pour continuer

    5 × 2 =

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Menu