L’IEF en 6 étapes : étape 2 – pour quelles raisons déscolariser son enfant ?

  1. Accueil
  2. Outils pour apprendre avec plaisir
  3. L’IEF en 6 étapes : étape 2 – pour quelles raisons déscolariser son enfant ?

Dans ce dossier sur l’instruction à la maison, je vous propose 6 étapes pour réfléchir et mettre en place un projet qui vous ressemble. Si vous souhaitez allez plus loin avec un accompagnement guidé, notre programme « 21 jours pour démarrer l’instruction à la maison » est fait pour vous ! Lors de l’étape numéro 1, je vous ai invité à réfléchir sur l’école actuelle de votre enfant. Pour cette deuxième étape, voyons quelles sont les raisons qui poussent les parents à déscolariser leurs enfants.

2EME ÉTAPE : POUR QUELLES RAISONS DÉSCOLARISER SON ENFANT ?

La première étape vous a permis de vous poser quelques questions au sujet de l’école que fréquente votre enfant. Deux sentiments peuvent alors apparaître : soit vous êtes satisfait de l’établissement de votre enfant, soit vous avez quelques doutes. Je vous propose d’aller encore un peu plus loin : voici les raisons principales qui motivent certains parents à déscolariser leurs enfants. Peut-être que cela vous parlera… ou peut-être pas 🙂

 

L’éloignement de l’école la plus proche
  • Soit parce qu’on habite dans un endroit isolé, loin d’une ville qui possède une école (ou un collège, ou un lycée).
  • Soit parce qu’on habite à l’étranger, loin d’un établissement français.
  • Soit parce qu’on est trop éloigné(e) de l’établissement qui correspond le plus à nos attentes et à nos besoins.

 

Un désaccord avec le système de l’éducation national
  • Un désaccord avec le contenu du programme et/ou la méthode d’apprentissage
  • Un désaccord avec le système de “classes” par âge
  • Un désaccord avec le non respect de rythme et de personnalité de chaque enfant
  • Un désaccord avec les horaires d’apprentissage (que l’on peut juger « trop lourds » et « pas assez efficaces »)
  • Un désaccord avec certaines règles (l’interdiction de bouger en classe par exemple, ou encore l’interdiction de donner la réponse à son voisin ce qui apprend l’individualisme plutôt que la coopération…)

 

Un climat de violence et d’insécurité
  • Certains établissements sont plus dangereux que d’autres, et c’est légitime d’avoir des doutes ou de réelles craintes sur celui que fréquente son enfant
  • Parfois c’est lorsque l’enfant est victime d’agression, de harcèlement, d’humiliation (ou autre) et qu’il vit dans la peur que les parents choisissent la déscolarisation
  • Mais il se peut aussi que ce soit parce que l’enfant est celui qui est violent, que la seule solution est de le sortir de ce système pour l’aider

 

Un enfant malheureux qui dit qu’il ne veut plus aller à l’école
  • parce que c’est trop dur pour lui physiquement : il est fatigué par le rythme, épuisé de devoir contrôler son envie de bouger et de parler, etc.
  • parce qu’il n’aime pas son enseignant ou ses camarades : il se sent dévalorisé, jugé, rejeté, mis à l’écart
  • parce qu’il ne se sent pas en sécurité, qu’il a peur (voir paragraphe précédent)
  • parce qu’il n’aime pas apprendre ou parce qu’il a de mauvaises notes : si votre enfant a perdu son enthousiasme et s’il fait partie de ceux qui sont en échec scolaire, alors l’instruction en famille est une solution pour l’aider à reprendre confiance en lui et à lui montrer qu’apprendre par le plaisir c’est possible, et que réussir c’est accessible. Si votre enfant est dans ce cas là, c’est qu’il est clairement à l’opposé de la méthode d’apprentissage de l’école qu’il fréquente.
Les lecteurs de cet article ont également lu :  Développer une super mémoire grâce à la table de rappel

 

Un enfant différent
  • un enfant dit « hyperactif » : il ne peut tout simplement pas tenir en place, ce qui gène le bon déroulement des cours et empêche l’enfant de réussir dans ses apprentissages
  • un enfant est DYS (« dyslexique », « dysorthographique », « dyscalculique », « dyspraxique ») : La réalité que l’on ne vous dira pas, c’est que les enfants n’arrivent pas à apprendre avec de mauvaises méthodes ou en tous cas avec des méthodes non adaptées à leur fonctionnement. Dans ces cas là, ce n’est pas l’enfant, le problème, mais l’école. Tous les enfants peuvent apprendre, pourvu que la méthode soit la bonne. Alors ne paniquez pas à cause d’un étiquetage médical.
  • un enfant porteur de handicap
  • un enfant qui pratique un sport à haut niveau

 

Finalement, peu importe la ou les raisons qui peuvent donner envie de déscolariser un enfant. Si vous gardez en tête que tous les enfants peuvent réussir un très bon parcours scolaire quand on leur donne ce dont ils ont besoin, alors vous pouvez déterminer clairement ce dont votre enfant a besoin, et s’il l’a déjà à l’école (ou s’il l’aura le jour où il sera scolarisé).

Votre enfant n’est pas un problème, et il n’a probablement pas non plus de problème (grave). En revanche, beaucoup d’enfants on un ou des problèmes à l’école et avec l’école.

 

Si cet article soulève encore plus de questions et de doutes, si vous avez besoin d’aide, si vous voulez en savoir plus, si vous nous faites confiance, alors notre programme complet « 21 jours pour démarrer l’instruction à la maison » est peut être fait pour vous.

Lisez aussi :
Ressources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu